Identification

Et mon luth constellé, Ariane Schréder

Ecrit par Theo Ananissoh 28.03.18 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Roman, Héloïse D'Ormesson

Et mon luth constellé, janvier 2018, 253 pages, 18 €

Ecrivain(s): Ariane Schréder Edition: Héloïse D'Ormesson

Et mon luth constellé, Ariane Schréder

 

Iris est entrée dans la vie de Louise alors que celle-ci n’avait que dix ans. C’était dans son village des Pyrénées. Iris est arrivée un jour au volant d’une deux chevaux, s’est installée dans une mansarde au-dessus de la librairie du vieux Georges. Personnalité charismatique, attachante, affectivement accessible à la petite Louise qui vivait là entre ses parents, son frère et sa sœur, un chien et un chat. Une existence dans un endroit un peu morne, en vérité.

Une amitié vraie et forte, par-delà la différence d’âge, naît aussitôt entre elles.

« Nous deux bien au chaud dans la mansarde, assises sur le lit sous le plaid lavande que Luce m’avait forcée à lui apporter – je venais si souvent –, David Bowie royal entre nous, et le carré de ciel sombre de la fin de journée m’indiquant que bientôt j’allais devoir rentrer, à contrecœur. Et Iris, généreuse, courageuse, m’accompagnerait quand même, jusqu’au bout de la rue d’où elle pourrait me voir entrer dans la boutique, d’où je la quitterais à regret, d’un dernier signe de la main, et elle d’un baiser soufflé envoyé, alors moi aussi, baiser soufflé ».

Iris est comédienne. Elle a lâché sans prévenir la troupe avec laquelle elle faisait une tournée à la suite d’une « trahison d’amour » dont tous les autres étaient complices. Dans le village de Louise où elle arrête sa deux chevaux pour la nuit, le vieux Georges lui accorde l’hébergement en échange – c’est une idée d’Iris – de séances de lectures, le soir, pour les habitants du lieu qui sont intéressés. L’IliadeLa Chanson de RolandMadame Bovary… Saint-John Perse, Marguerite Duras… Mais aussi – et alors la petite Louise n’y assiste pas – Belle du Seigneur ou L'Amant de Lady Chatterley…

« Dans le bistrot de Josette, je voyais des casques à crinières, des chevaux et des lances. En face, derrière les remparts du comptoir, les Troyens, semblables à des brebis dans l’enclos, élevaient leur clameur jusqu’au ciel.

La lutte commençait, épouvantable évidemment. Les hommes heurtent leurs lances, leurs écus,

“leurs fureurs d’hommes bardés de bronze…”

La phrase retournée, savourée, comme un bonbon dans la bouche ».

« Elle éveille un village à la littérature, rend vie à la librairie » résumera Louise devenue adulte et enseignante. Très peinée d’apprendre la mort dans un accident d’avion de la comédienne connue et admirée… Iris Dambre. Le roman débute avec cette triste nouvelle. C’est le début de l’été, et Louise s’apprête à retourner dans le village de son enfance où continuent de vivre ses parents, mais aussi tous les autres, auditeurs ou pas des lectures publiques d’Iris quinze ans plus tôt.

Ariane Schréder développe très finement un ensemble d’éléments imbriqués qui ne s’impose pas du tout à l’attention du lecteur. L’auteure tisse tout très habilement : le passé et le présent, la vie en apparence paisible mais en réalité dense des différents villageois, les œuvres littéraires et la lecture qui en est faite, les réactions des villageois… Tout cela est conté avec un art naturel et une écriture limpide comme le prouvent les extraits cités.

Iris laisse une petite fille après elle. L’idée première qui vient à Louise est d’écrire une lettre à cette enfant – le mari d’Iris se trouvait aussi dans l’avion abîmé en mer.

« Un jour que j’ai décidé d’écrire à cette petite fille. Une sorte de lettre. Lui raconter ce qu’Iris avait été pour moi, qui avais à l’époque dix ans. J’en ai vingt-cinq aujourd’hui ».

Revenue sur les lieux où elle a vécu cette courte mais intense amitié avec Iris, Louise n’arrive pas à commencer cette lettre, sans cesse bousculée par l’émotion et les souvenirs – les siens, mais aussi ceux des autres. En vérité, ce qui est ou a été n’existe pas en dehors de nos têtes. C’est à vingt-cinq ans, pendant cet été de remémoration peinée, que Louise va peu à peu deviner certaines choses de l’époque, apprendre et comprendre certains faits qui se sont passés entre adultes et qui expliquent le départ subit d’Iris – départ que Louise avait ressenti comme un abandon de la part de son amie…

 

Théo Ananissoh

  • Vu : 1878

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Ariane Schréder

 

Et mon luth constellé est le deuxième roman d’Ariane Schréder, après La Silencieuse paru en 2013, récompensé par le Prix René-Fallet et le Prix Folire.

A propos du rédacteur

Theo Ananissoh

 

Lire tous les articles de Theo Ananissoh

 

Domaines de prédilection : Afrique, romans anglophones (de la diaspora).
Genre : Romans
Maisons d'édition les plus fréquentes : Groupe Gallimard, Elyzad (Tunisie), éd. Sabine Wespieser

Théo Ananissoh est un écrivain togolais, né en Centrafrique en 1962, où il a vécu jusqu'à l'âge de 12 ans.

Il a suivi des études de lettres modernes et de littérature comparée à l’université de Paris 3 – Sorbonne nouvelle. Il a enseigné en France et en Allemagne. Il vit en Allemagne depuis 1994 et a publié trois romans chez Gallimard dans la collection Continents noirs.

Il a aussi écrit un récit à l'occasion d'une résidence d'écriture en Tunisie, publié dans un ouvrage collectif : "1 moins un", in Vingt ans pour plus tard, Tunis, Ed. Elyzad, 2009.

 

Lisahoé, roman, 2005 (ISBN 978-2070771646)

Un reptile par habitant, roman, 2007 (ISBN 978-2070782949)

Ténèbres à midi, roman, 2010 (ISBN 978-2070127757)

L'invitation, roman, Éditions Elyzad, Tunis 2013

1 moins un, récit, (dans Vingt ans pour plus tard), 2009