Identification

Enlacement(s), Raharimanana

Ecrit par Theo Ananissoh 19.04.13 dans La Une Livres, Afrique, Les Livres, Recensions, Poésie, Récits, Vents d'ailleurs

Enlacement(s), 3 ouvrages de 64 pages chacun, novembre 2012, 29,90 €

Ecrivain(s): Raharimanana Edition: Vents d'ailleurs

Enlacement(s), Raharimanana

 

C’est un objet inhabituel. Trois ouvrages distincts en un coffret, trois textes qui mélangent les genres, qui sont à la fois récits, poèmes, chants. Le titre Enlacement(s) dit bien l’intention de l’auteur qui est de tisser les mots sans le souci d’être contenu dans un genre donné afin d’exprimer le mieux possible un état d’âme précis : la fatigue. Le mot et le sentiment reviennent régulièrement dans chacun des textes.

« J’ai encore plusieurs de ces histoires, mais cela me fatigue d’y penser… » (« Des ruines »).

Quelles histoires ? Celles des « ruines » qui le constituent et d’où il écrit : esclavage, colonisation, oppressions, génocides… Raharimanana, né en 1967, a l’insigne (et lourd) privilège d’être le prosateur qui dote son pays – Madagascar – d’une œuvre littéraire très nourrie par la conscience de l’Histoire. Ses romans, nouvelles et récits explorent les limites de l’écriture et des genres littéraires, recourent à des images et des documents d’archives afin de restituer à la conscience des siens (et des autres) toutes leurs ruines amères donc.

Madagascar, 1947 (éd. Vents d’ailleurs, 2007) est l’un de ses ouvrages les plus remarquables.Enlacement(s), ici, semble faire une sorte de bilan d’écrivain ; un bilan de la sensibilité, des écritures et des thèmes que l’auteur a pu développer depuis ses débuts, il y a près de vingt ans. Exercice courageux, absolument pas factice ; à risque. C’est que (l’âge venant, après tout !) fatigue n’est pas ici l’euphémisme de lassitude, et un prélude feutré au reniement. Non. L’auteur rappelle, au présent, sa constante :

« J’habite ma douleur, tout près de ma mort, à chair vive… » (« Obscena »).

« Je suis encore debout. Des paroles figées dans la décrépitude magnifique » (« Des ruines »).

Mais, aussitôt :

« Que vaut la peine d’avoir vu ?

Que nous vaut la lucidité ?

Quel intérêt à se souvenir ?

Quel intérêt à se dire témoin du monde ? » (« Il n’y a plus de pays »)

Ou :

« Sur le temps, je me retourne, c’est ainsi que je me vois, je suis fatigué d’espérer, mes mots essaimés le long de mon espérance, mes combats, je retiens mon souffle de peur de les rendre soupirs, je chuchote, je murmure, et l’on me félicite de l’originalité de ma langue, “novatrice”, “flamboyante”, “lyrique”, “violente”… » (« Des ruines »).

Interrogations sur soi, sur ses options esthétiques, sans doute sur l’œuvre accomplie étant donné l’état de déconfiture généralisée là-bas. Des questions qui déstabilisent par moments. Il sourd alors un sentiment de rage. Le poète se révolte…

« Passez-moi le sel…

Le sel des seuls mots qui m’assaillent. Ras-le-bol de la culpabilisation de l’Occident.

Ras-le-bol de la mort nègre ! Ils sont comme ça. De nature. De constitution. De mentalité.

Il faut que je me pose, que je m’arrête de penser. Me tenir hors de la vertigineuse obscénité de mon histoire…

Ne pas penser à l’enfant. Ne pas convoquer les souvenirs… » (« Des ruines »).

Parfois il rit ou ricane même, afin d’exorciser ce vertige ou cette rage.

« et tandis que je bois à longs traits

je viens à me regarder dans l’eau puisée

en mes mains je ris de ma soif je ris de

ma gorge palpitant de ce désir d’être

encore, de continuer d’être encore sur une humanité qui jongle sur sa raison d’être… » (« Il n’y a plus de pays »).

On le voit, au-delà de ses « ruines », l’écrivain se débat contre le piège mortel que peut être une époque politique. Son mérite (et sa lucidité) a été, dès ses débuts littéraires, d’enlacer justement sans cesse explorations formelles et thématiques. Ces trois textes sont comme un point d’orgue de cet itinéraire littéraire et intellectuel.

 

Théo Ananissoh

 


  • Vu : 3112

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Raharimanana

 

Raharimanana est né en 1967 à Antananarivo (Madagascar). Il a fait des études de lettres et a été journaliste à la radio. Ecrivain engagé et productif, il est l’auteur de plus d’une dizaine d’œuvres composées de romans, de nouvelles, de pièces de théâtre préoccupées par l’Histoire et les recherches stylistiques. Il vit en Touraine. Enlacement(s) est issu d’une résidence d’écriture à Athénor, scène nomade (Saint-Nazaire/Nantes).

 

A propos du rédacteur

Theo Ananissoh

 

Lire tous les articles de Theo Ananissoh

 

Domaines de prédilection : Afrique, romans anglophones (de la diaspora).
Genre : Romans
Maisons d'édition les plus fréquentes : Groupe Gallimard, Elyzad (Tunisie), éd. Sabine Wespieser

Théo Ananissoh est un écrivain togolais, né en Centrafrique en 1962, où il a vécu jusqu'à l'âge de 12 ans.

Il a suivi des études de lettres modernes et de littérature comparée à l’université de Paris 3 – Sorbonne nouvelle. Il a enseigné en France et en Allemagne. Il vit en Allemagne depuis 1994 et a publié trois romans chez Gallimard dans la collection Continents noirs.

Il a aussi écrit un récit à l'occasion d'une résidence d'écriture en Tunisie, publié dans un ouvrage collectif : "1 moins un", in Vingt ans pour plus tard, Tunis, Ed. Elyzad, 2009.

 

Lisahoé, roman, 2005 (ISBN 978-2070771646)

Un reptile par habitant, roman, 2007 (ISBN 978-2070782949)

Ténèbres à midi, roman, 2010 (ISBN 978-2070127757)

L'invitation, roman, Éditions Elyzad, Tunis 2013

1 moins un, récit, (dans Vingt ans pour plus tard), 2009