Identification

Encore cent ans pour Melville, Claude Minière (par Philippe Chauché)

Ecrit par Philippe Chauché 12.10.18 dans La Une Livres, En Vitrine, Les Livres, Critiques, Biographie, Essais, Gallimard

Encore cent ans pour Melville, juin 2018, 112 pages, 11,50 €

Ecrivain(s): Claude Minière Edition: Gallimard

Encore cent ans pour Melville, Claude Minière (par Philippe Chauché)

 

« Il faudra encore cent ans pour qu’Herman Melville soit lu, soit vu avec ses multiples visages, son côté noir et son côté lumineux… Trois cents ans de parenthèse. Trois siècles de tortue » (Encore cent ans pour Melville).

« Il faisait un temps merveilleux le jour où vint pour la première fois mon tour de poste à la haute vigie (Moby Dick).

« Par une illusion d’optique, flottent haut dans une brume d’azur, des terres ensoleillées comme des cygnes ou des paons aux brillantes couleurs. Le ciel et la terre se confondent, les nuages ensoleillés traînent sur la plaine » (Mardi).

Encore cent ans pour Melville est une biographie légère comme une chaloupe qui glisse sur la houle vers le Cachalot Blanc, un exercice d’équilibre littéraire pour éviter qu’Herman ne nous échappe, pour éclairer en quelques chapitres de haute tenue la vie du marin écrivain, de l’écrivain silencieux, qui n’a point cherché à écrire des livres plaisants et faciles. Melville est un aventurier, en mer et devant sa feuille, ses feuilles blanches qu’il anime, qu’il fait vivre de romans et de poèmes.

Comme à bord du Pequod, il est de toutes les manœuvres – il met les voiles, déploie ou replie la voilure, c’est son allure, son entrain. Un tel écrivain singulier, unique, méritait une biographie à son image, singulière et précise, ramassée et affutée, comme une pirogue.

« Il avait le goût du secret, je verrais bien Herman Melville en agent double : d’un côté loup d’Océan, de l’autre fermier dans la lumière rose qui nimbe les collines de Berkshire. Ou : dog rose, c’est ainsi que les Américains nomment l’églantier. Melville en églantier, en rosier sauvage au long des chemins où divaguent les bêtes sans collier ».

Encore cent ans pour Melville est le roman de Monsieur de Melville, qui écrit comme il l’entend. Il choisit toujours un poste avancé, pour plonger profondément et remonter les yeux injectés de sang, c’est de sa véranda d’Arrowhead qu’il plonge, qu’il écrit en silence, dans ce que les anciens Grecs jugeaient être l’antichambre des plus hauts mystères. Ses livres, Billy BuddPierre ou les ambigüitésLes Contes de la VérandaMardiMoby Dick, restent des énigmes, et des mystères que Claude Minière révèle, met en lumière dans cet océan littéraire où se rencontrent mille courants, vagues marines et baïnes, et ainsi dresse le portrait de cet harponneur de la littérature.

« Melville a toujours accordé un soin jaloux à la définition physique et morale de son poste d’écriture. Dans la ferme qu’il occupa pendant neuf années, enfouie dans la campagne du Berkshire, la véranda qu’il avait fait construire avait été orientée vers le nord, vers les montagnes, “car là, une fois encore, la barbe mêlée de givre, j’arpente le pont, doublant le cap Horn” ».

Claude Minière comme Paul Cézanne écrit par touches, les surfaces se superposent, les couleurs surprennent, tranchent, chantent, ses natures endormies vibrent, comme vibrent les poèmes et les romans de Melville, cette vibration, ce sont les éclats que renvoie l’océan si on le fixe au coucher du soleil – On découvre les choses une à une, jour après jour, par beau temps calme ou dans les tempêtes, traçant une ligne sur une éternité plissée.Eclats de la critique, qui a du mal à comprendre ce qu’elle a sous les yeux, des éditeurs qui se font prier, face à ces livres trop libres, trop précis, trop échevelés, où l’on ne sait sur quel pied danser. Fictions ou réalités, réalités et fictions, vérité et mensonges, beau programme romanesque que dévoile avec justesse Claude Minière.

 

Philippe Chauché


  • Vu : 714

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Claude Minière

 

Claude Minière est né à Paris le 25 octobre 1938, dans le 18e arrondissement. Poète et essayiste, il est l’auteur d’une quinzaine de livres de poésie, dont La mort des héros chez Carte Blanche éditions, Lucrèce chez Flammarion, Perfection chez Rouge Profond, La trame d’or chez Marie Delabre éditions, Le temps est un dieu dissipé, Hymnes, Je Hiéroglyphe, Grand Poème Prose chez Tarabuste, ainsi que de plusieurs essais dont Traité du scandale chez Rouge Profond, L’art en France (1960-1995) aux Nouvelles éditions françaises, Pound caractère chinois collection L’Infini chez Gallimard, Notes sur le départ chez Tarabuste, Le théâtre de verdure chez Marie Delabre éditions, et d’un journal Pall Mall 2002-2003 aux éditions Comp’Act.

 

A propos du rédacteur

Philippe Chauché

 

Lire tous les articles de Philippe Chauché

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, espagnole, du Liban et d'Israël

Genres : romans, romans noirs, cahiers dessinés, revues littéraires, essais

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Minuit, Seuil, Grasset, Louise Bottu, Quidam, L'Atelier contemporain, Tinbad, Rivages

 

Philippe Chauché est né en Gascogne, il vit, travaille et écrit à Avignon. Journaliste à  Radio France, il suit notamment le Festival d’Avignon. Il a collaboré à « Pourquoi ils vont voir des corridas » publié par les Editions Atlantica et publie quelques petites choses sur son blog : http://chauchecrit.blogspot.com