Identification

Désolations, David Vann

Ecrit par Yann Suty 31.08.11 dans La Une Livres, La rentrée littéraire, Les Livres, Recensions, USA, Gallmeister

Désolations, 300 pages, 23 €

Ecrivain(s): David Vann Edition: Gallmeister

Désolations, David Vann

Le premier roman de David Vann, Sukwann Island, avait été un choc. Un véritable coup de poing littéraire, aussi âpre et lyrique, qui entraînait très loin dans les noirceurs de l’âme humaine et laissait pantois. Le deuxième roman de l’auteur était fortement attendu. Peut-être trop. Ce qui fait que, malgré d’indéniables qualités, Désolations ne convainc pas entièrement. Sans doute est-ce aussi dû au fait que David Vann reprend les mêmes ingrédients, la même recette, comme si, d’une certaine manière, il n’avait pas su se renouveler. La trop grande similitude entre les deux livres pousse à la comparaison et elle n’est malheureusement pas en faveur de Désolations. On a ainsi parfois l’impression de lire une version longue, et quelque peu diluée, du premier ouvrage.

Alors que Sukwann Island se concentrait sur la confrontation entre un père et son fils, Désolations voit plus large et convoque toute une famille.

La retraite arrivant, Gary et Irene ont décidé d’aller vivre sur l’île de Caribou Island (le titre original du livre), en Alaska. Pour Gary, s’installer au milieu de la nature est le rêve de toute une vie. Sa femme, elle, est beaucoup plus sceptique.

« Si vous vouliez jouer les idiots et tester vos limites, voir jusqu’où les choses pouvaient mal tourner, c’était l’endroit idéal ».

Elle confie à sa fille, Rhoda, que les faire emménager dans cette île est pour Gary un moyen de la quitter, car il n’oserait jamais partir de lui-même. Même si elle y rechigne, elle le suit quand même car elle ne supporterait pas d’être abandonnée.

Pour ne rien arranger, elle est victime de maux de tête d’une rare violence qui l’empêchent de dormir. Tous les médecins qui l’ont examinée n’ont pourtant pas été en mesure de diagnostiquer quoi que ce soit…

Gary est un homme impatient, qui veut tout, tout de suite. S’installer à Caribou Island est le projet de toute une vie, mais il ne s’est pas organisé comme il l’aurait dû. Il a pris beaucoup de retard. Il aurait été plus sage de laisser passer l’hiver avant de se lancer, mais il n’en peut plus d’attendre. Pour Irene, leur installation à Caribou Island va être un échec car Gary n’a connu que des désillusions dans tous ses projets.

« Quand il aura échoué à construire sa cabane, un rêve de trente ans, il sera obligé de s’éloigner, en quête d’une distraction plus grande ».

Le naufrage de Gary et Irene a pour témoin leur fille, Rhoda. Elle aimerait bien que Jim, avec qui elle vit, la demande en mariage. Mais il la trompe avec Monique, une fille de passage, vague connaissance du fils, Mark, qui préfère, lui, se tenir à l’écart de sa famille…

David Vann possède un vrai talent pour faire monter la tension. En quelques petites touches, un détail ou une réplique, il parvient à créer une atmosphère plus glaçante encore que l’hiver alaskien dans lequel s’empêtrent ses personnages.

Vivre dans la nature n’a rien d’un paradis, au contraire. Car la nature, en Alaska, aux premières heures de l’hiver, est redoutable. Le froid transperce, ne laisse pas une seconde de répit. Quelques minutes d’inattention et l’issue peut être fatale.

La nature a également ce don de mettre en exergue les défauts des hommes, de les mettre face à leurs problèmes et leurs responsabilités. Elle devient un révélateur, subjugue toutes les folies. La tension monte. Plus le froid se fait intense, plus les rapports se font électriques. Jusqu’à l’explosion.


Yann Suty


  • Vu : 6021

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

David Vann

 

David Vann est né en 1966 sur l’île Adak, en Alaska, et y a passé une partie de son enfance avant de s’installer en Californie avec sa mère et sa sœur. Il a travaillé à l’écriture d’un premier roman pendant dix ans avant de rédiger en dix-sept jours, lors d’un voyage en mer, le livre qui deviendra Sukkwan Island. Pendant douze ans, il cherche sans succès à se faire publier aux États-Unis : aucun agent n’accepte de soumettre le manuscrit, jugé trop noir, à un éditeur. Ses difficultés à faire publier son livre le conduisent vers la mer : il gagnera sa vie en naviguant pendant plusieurs années dans les Caraïbes et en Méditerranée. Après avoir traversé les États-Unis en char à voile et parcouru plus de 40.000 milles sur les océans, il échoue lors de sa tentative de tour du monde en solitaire sur un trimaran qu’il a dessiné et construit lui-même. En 2005, il publie A mile down, récit de son propre naufrage dans les Caraïbes lors de son voyage de noces quelques années plus tôt. Ce livre fait partie de la liste des best-sellers du Washington Post et du Los Angeles Times. Ce premier succès lui permet de gagner partiellement sa vie grâce à sa plume et il commence à enseigner. David Vann propose alors Sukkwan Island à un concours de nouvelles qu’il remporte et, en guise de prix, voit son livre publié en 2008 aux Presses de l’Université du Massachusetts. L’ouvrage est tiré à 800 exemplaires puis réimprimé à la suite de la parution d’une excellente critique dans le New York Times. Au total, ce sont pourtant moins de 3000 exemplaires de cette édition qui seront distribués sur le marché américain. Publié en France en janvier 2010, Sukkwan Island remporte immédiatement un immense succès. Il remporte le prix Médicis étranger et s’est vendu à plus de 230.000 exemplaires. Porté par son succès français, David Vann est aujourd’hui traduit en dix-huit langues dans plus de soixante pays. Une adaptation cinématographique par une société de production française est en cours. Il est également l’auteur de DésolationsImpurs et de sept autres livres pour certains encore inédits aux États-Unis. Il partage aujourd’hui son temps entre la Nouvelle-Zélande où il vit et l’Angleterre où il enseigne tous les automnes la littérature (source Gallmeister).

 

A propos du rédacteur

Yann Suty

Tous les articles de Yann Suty

 

Membre fondateur


Yann Suty est écrivain, il a publié Cubes (2009) et Les Champs de Paris (2011), chez Stock