Identification

Dancers, Jean-Philippe Blondel (par Sylvie Zobda)

Ecrit par Sylvie Zobda 12.10.18 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Actes Sud Junior, Jeunesse

Dancers, août 2018, 163 pages, 13,90 €

Ecrivain(s): Jean-Philippe Blondel Edition: Actes Sud Junior

Dancers, Jean-Philippe Blondel (par Sylvie Zobda)

 

La danse est au cœur du nouveau récit du très productif Jean-Philippe Blondel, qui excelle une fois encore dans l’art de l’analyse des sentiments humains. Son écriture faussement légère, parfaitement maîtrisée, empathique, dévoile au fur et à mesure de l’histoire une intensité dévorante. Le roman choral implique trois narrateurs, Adrien, Anaïs et Sanjeewa, trois lycéens qui se retrouvent en cours d’option danse. Comme souvent chez l’auteur, un triangle amoureux apparaît (lire par exemple le très biographique Et rester vivant, Buchet/Chastel, 2011). Chacun a une perception particulière de la situation. Les points de vue alternent. Adrien aime Anaïs. Anaïs se rapproche de Sanjeewa. Sanjeewa hésite. Leur code commun : la danse. Suite à un événement dramatique, les deux garçons que tout oppose vont devoir s’entendre. Y arriveront-ils ?

Jean-Philippe Blondel explore à merveille le thème de l’adolescence, si présent dans son travail. Il décrit des jeunes en devenir, en proie aux questionnements :

– sur leur identité

… c’est quand même un immigré, non ? Et puis il est foncé de peau. Il doit habiter dans un HLM et profiter des allocs, comme les autres

– leur sexualité où pointe parfois une attirance homosexuelle

… c’était très étrange. Je n’ai pas l’habitude de toucher les corps masculins. Evidemment, dans les vestiaires, dans les couloirs, sur la piste, on n’arrête pas de se croiser et même parfois de se frôler. De se défier, aussi. Mais c’est très différent de voir quelqu’un à poil en train de se changer et de la tenir dans ses bras, en contact avec ses cuisses, ses mollets et même son cul. C’est perturbant.

– leur place dans le monde

… Je me plonge dans mes cours d’histoire. C’est bien, l’histoire, pour oublier. La géographie aussi. Au bout d’un moment on comprend qu’il y a des milliards d’humains sur terre, qu’ils ont des problèmes bien plus importants que les nôtres, qu’ils se battent souvent pour leur survie, qu’ils meurent pour leurs droits, que tu n’es qu’une poussière dans l’univers.

Les adultes occupent les seconds rôles. Parents qui font parfois honte, que l’on souhaite rejeter. Mais aussi adultes tuteurs quand interviennent les enseignants (comme dans ces deux derniers ouvrages, La Mise à nu, Buchet-Chastel, 2018, et Le Groupe, Actes Sud Junior, 2017). Mme Lhermine déclenche la passion de la danse pour Adrien. Mme Minard, la professeure de danse au lycée, fait se rencontrer les personnages principaux et reste dans l’ombre jusqu’à la fin pour que les jeunes danseurs puissent s’épanouir.

L’univers adolescent se couvre d’un fond sonore :

… Je suis arrivée avec London Grammar et I’m Wasting My Young Years, un truc hypnotique, très lent, avec une voix haut perchée. Ça a jeté un froid.

Jean-Philippe Bondel ne cesse de rendre ses romans musicaux (lire Accès direct à la plage, Editions Delphine Montalant, 2003 ; Juke-box, Editions Robert Laffont, 2004 ; This is not a love song, Editions Robert Laffont, 2007 ; qui évoquent tous la musique).

Enfin, l’auteur utilise un révélateur artistique. Mais point de caméra comme dans Mariages de saison (Buchet-Chastel, 2016), d’atelier d’écriture comme dans Le Groupe ou de peinture comme dans La Mise à nu. Juste la danse. Libre, spontanée, créative.

Nous suivons volontiers Jean-Philippe Blondel dans son questionnement : Et si danser n’était que l’apprentissage de la vie ?

 

Sylvie Zobda

 


  • Vu : 463

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Jean-Philippe Blondel

Jean-Philippe Blondel a 43 ans et enseigne l’anglais au lycée de Sainte-Savine (Aube) depuis vingt ans. Son premier roman, Accès direct à la plage (2003), a obtenu le Prix des librairies Initiales. Après plusieurs publications chez Robert Laffont, il a rejoint, avec Le Baby-sitter (2010) puis G229 (2011), les éditions Buchet/Chastel.

A propos du rédacteur

Sylvie Zobda

 

Sylvie Zobda, née en 1973, vit et travaille à Fontenay-Le-Comte en Vendée. Depuis plus de 20 ans, elle enseigne l’histoire-géographie et l’éducation socio-culturelle dans un lycée agricole. Son blog littéraire https://sylvie-zobda.comvient de naître.