Identification

Côté Philo

Pourquoi Onfray est-il inéluctablement fasciste ?, par Léon-Marc Levy

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 29 Septembre 2016. , dans Côté Philo, Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

 

Revenir sur Onfray peut ressembler ici à une forme d’acharnement. Cependant, sa médiatisation outrancière, son évolution visible depuis quelques années et accélérée ces derniers mois, sa position d’imposture quand il prétend à la philosophie me semblent des raisons suffisantes pour souligner l’ornière conceptuelle dans laquelle ce bateleur des idées simples se meut.

Onfray est inéluctablement fasciste.

 

1) En raison d’une lecture de Nietzsche très mal digérée.

Chemins de lectures (21) - Roland Barthes nous manque

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 19 Février 2015. , dans Côté Philo, Les Chroniques, Chroniques régulières, La Une CED

 

En cette année anniversaire, il nous faut bien constater que Roland Barthes nous manque. Terriblement. C’est là un manque qui fait béance, tant notre époque – disons celle qui débute avec ce XXIème siècle qui s’annonce chaotique et illisible – aurait un besoin immense des outils de sa pensée et de l’acuité de son regard. Les outils, on peut penser que nous les avons. Mais que sont-ils sans son regard ?

C’est là le propre de la pensée de Roland Barthes : ce n’est pas un prêt-à-porter. Ce n’est pas non plus un « système » de lecture. C’est une myriade de pistes, de directions, de méthodes pour voir le monde, le langage et les analyser. La genèse linguistique du travail de Barthes a laissé le champ ouvert aux syntagmes, paradigmes, morphèmes d’une œuvre polymorphe et éclatante d’inventivité. Il n’y a pas de pensée-Barthes, il y a une intelligence-Barthes et c’est à la fois sa grandeur et sa difficulté.

Quand on lit S/Z ou Mythologies ou Fragments d’un discours amoureux, on sent bien que l’on n’a pas à faire à des œuvres de « philosophe », c’est-à-dire de faiseur de monde clos. L’écriture de Barthes est traversée par l’élégance poétique, par des illuminations littéraires, par un souffle qui se situe bien au-delà de la raison raisonnante.

How not to argue against hedonism – Jonathan Sturel’s La contre-histoire de Michel Onfray (version anglaise)

Ecrit par Sjoerd van Hoorn , le Vendredi, 23 Janvier 2015. , dans Côté Philo, Les Chroniques, La Une CED

 

There may be such a thing as the tone of the right (not to be mistaken for the right tone); its characteristics are anger, indignation, a measure of sanctimoniousness. The tone of the right is a travesty of victimhood. Having found that the downtrodden of the earth made legitimate claims to rights, the right have concluded that legitimacy resides in a show of being hounded down. The primus inter pares of the indignant right is the English writer Roger Scruton, who despite having held professorships at virtually every university of any name in the Anglophone world constantly presents himself as the underdog par excellence in British academia. In France of course things are not as different as perhaps they once were. One need not mention Éric Zemmour to see that the right in France too, so to speak, likes to be the black party in a chess game – it is always the other who started it. Now one of their party, the journalist Jonathan Sturel, has written a book against a figure who likes to think of himself as just a little less controversial than Zemmour himself, namely the soi-disant hedonist Michel Onfray. Sturel requires a 240-page pamphlet to get across the relatively simple idea that Onfray is a fake radical.

Deleuze, les mouvements aberrants, David Lapoujade

Ecrit par Didier Bazy , le Lundi, 27 Octobre 2014. , dans Côté Philo, Les Livres, Livres décortiqués, Essais, La Une Livres, Les éditions de Minuit

Deleuze, les mouvements aberrants, 2014, 300 pages, 27 € . Ecrivain(s): David Lapoujade Edition: Les éditions de Minuit

 

Logiques de Deleuze


Exprimer les logiques irrationnelles des mouvements aberrants dans une sorte d’encyclopédie est, selon David Lapoujade, l’entreprise philosophique de Gilles Deleuze. Excellente idée. Rare et difficile.

Rare. On réduit trop souvent Deleuze à des types de philosophie : de l’événement, de la vie, de l’immanence, des machines abstraites, des rhizomes, des déterritorialisations, des multiplicités, etc. – pour les plus savantes. On fait pencher, sur un autre plan, Deleuze du côté du philosophique non-philosophique et inversement. C’est possible mais c’est insuffisant. « Evitons le savant comme le familier ».

Difficile. Difficile encyclopédie car les multiplicités précisément prolifèrent. Difficile de donner une définition : un mouvement aberrant échappant à la raison et même, à l’ordre des raisons.