Identification

Constellation, Adrien Bosc

Ecrit par Philippe Chauché 06.09.14 dans La Une Livres, La rentrée littéraire, Critiques, Les Livres, Roman, Stock

Constellation, Août 2014, 18 €

Ecrivain(s): Adrien Bosc Edition: Stock

Constellation, Adrien Bosc

« L’ « Avion des stars » ne fait ce soir pas injure à son surnom : à côté du « Bombardier marocain », la virtuose Ginette Neveu, elle aussi, part à la conquête de l’Amérique. Pour France-Soir, une série de photos s’improvise dans le hall. Sur le premier cliché, Jean Neveu au centre, amusé, regarde sa sœur, Marcel tient dans ses mains le Stradivarius et Ginette, tout sourire, l’observe. Puis Jo remplace Jean et de son œil d’expert compare la petite main de la violoniste à la puissante poigne du boxeur. »

 

Il y a d’abord une date, le 27 octobre 1949, un avion, le Constellation, son train démesuré lui donne l’allure singulière d’un échassier, un équipage et son commandant Jean de La Noüe, des passagers, Cerdan et Jo Longman, lunettes noires, cheveux graissés au Pento, Ginette Neveu et ses deux violons, une constellation vibrante qui s’embarque. A la tristesse du départ, à la nostalgie de la vallée laisse place le parfum de la belle aventure, et un écrivain qui lit dans les lignes du ciel. Il y a le décollage, le survol de la mer et des vies,  et la chute, cette perte de repères. Constellation disparaît, et avec lui : « Quarante-huit personnes, autant d’agents d’incertitudes englobées dans une série de raisons improbables, le destin est toujours une affaire de point de vue. »


Il y a un roman, parsemé d’étoiles qu’aimante Adrien Bosc avec un rare et précieux talent narratif, une pépite aux mille éclats romanesques des destinées embarquées qui se croisent. Précision du style et style de la précision, qui offrent à ces noms présents ou oubliés, une histoire, une aventure  et des passions. Constellation les met en orbite, elles tournent en rond dans la nuit atlantique sous l’œil affuté de l’écrivain.

 

« Après avoir reçu l’ultime autorisation de routine, l’avion est en approche à mille mètres d’altitude. Les informations d’atterrissage sont transmises au Constellation, la vitesse et la direction du vent ainsi que le numéro de la piste. « Roger », répond le pilote L’alphabet radio tout comme les énoncées ésotériques de la météo marine fascinent : Dogger, Fischer, hectopascal, fraîchissant secteur sud-ouest, Viking, échelle de Beaufort, barre de brisants… »

 

Il y a un écrivain agile, qui a sous les yeux des constellations d’auteurs vibrants et vivants (Hemingway, Fitzgerald, Rimbaud, Fallet, Perec, Cendrars, Céline, Tabucchi), l’éclairant comme le faisceau d’un phare. Il en a retenu l’art de la précision, de la description et de la concision, du juste tempo, du muscle de l’écriture. Faire bref pour faire vif. Comme dans une arène, il ne s’agit pas de tout dire, mais de dire seulement ce qui doit l’être. Une passe ou une phrase de trop et toute la faena s’effondre, et l’art se ridiculise à jamais. Même sincérité dans l’engagement romanesque, même précision du geste, même passion à raconter une histoire, des histoires qui se croisent, qui se lient par un fil invisible qui fait la trame du roman et que tisse l’écrivain sur son métier à écrire.

 

« Tout a été si rapide et, le 27 octobre à Orly, Amélie ne réalise pas encore. C’est une nouvelle qu’elle espère entendre de vive voix, une prophétie en suspens. Pour un premier voyage, elle se retrouve à seize mille pieds au-dessus d’un océan qu’elle n’a jamais vu. »

« Thérèse Etchepare est une enfant de vingt ans aux longs yeux noirs. Elle serre son sac de toile pour ne pas pleurer. On l’engagera comme domestique dans un ranch à Tempe, dans l’Arizona. »

« Dans une lettre adressée au vice-président de sa compagnie, postée la veille du départ, le mercredi 26 octobre 1949, Kay Kamen s’amusait à rappeler à son plus proche collaborateur sa phobie de l’avion. C’était une blague entendue, tant l’homme d’affaires était sujet à ce que les médecins nommentaviophobie ou aérodromophobie. »

 

Il y a les « petites âmes » de Constellation qui brillent dans l’écrin de la montagne où il s’est abîmé, ces objets qui parlent, la montre de M. C., la volute du Stradivarius de Ginette Neveu,  des lettres, les derniers mots du pilote, ces hasards objectifs qui conduisent à la chute ou à son évitement.

Les objets singuliers comme les histoires particulières traversent des décennies, passent de main en main, jusqu’à ce qu’un écrivain de talent s’en saisisse et leur offre une nouvelle vie, une résurrection. Adrien Bosc pilote son roman sans crainte de la chute, les yeux grands ouverts sur ses personnages et  sa vie, porté par ses radars intimes. Une étoile est née !

 

Philippe Chauché

 

Lire Rencontre avec Adrien Bosc


  • Vu : 4687

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Adrien Bosc

 

Adrien Bosc : né en 1986 à Avignon, fondateur de la revue Feuilleton et co-fondateur de Desports (recensé ici), Constellation est son premier roman.

 

A propos du rédacteur

Philippe Chauché

 

Lire tous les articles de Philippe Chauché

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, espagnole, du Liban et d'Israël

Genres : romans, romans noirs, cahiers dessinés, revues littéraires, essais

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Minuit, Seuil, Grasset, Louise Bottu, Quidam, L'Atelier contemporain, Tinbad, Rivages

 

Philippe Chauché est né en Gascogne, il vit, travaille et écrit à Avignon. Journaliste à  Radio France, il suit notamment le Festival d’Avignon. Il a collaboré à « Pourquoi ils vont voir des corridas » publié par les Editions Atlantica et publie quelques petites choses sur son blog : http://chauchecrit.blogspot.com