Identification

Connaître et apprécier, Guillermo De La Roca

Ecrit par Marc Ossorguine 03.10.15 dans La Une Livres, Critiques, Amérique Latine, Les Livres, Nouvelles

Connaître et apprécier, PhB éditions, Chroniques du ça et du là, 2013, 160 pages

Ecrivain(s): Guillermo De La Roca

Connaître et apprécier, Guillermo De La Roca

 

Né en 1929 en Argentine, Guillermo de La Roca est peut-être plus connu comme musicien que comme écrivain, du moins pour ceux qui s’intéressent à la musique andine qu’il pratique et qui l’a amené à jouer avec quelques groupes de renommée (Los Calchakis, par exemple).

Ce recueil de nouvelles, dont le titre, Connaître et apprécier, semble un programme, a été publié en 2013 par les éditions PhB et nous permet de découvrir un écrivain méconnu, pour ne pas dire inconnu, qui mérite que l’on porte plus d’attention à son travail. Au fil des 16 nouvelles du recueil, nous découvrons en effet une voix qui sait jouer d’une ironie séduisante au travers des territoires de l’imaginaire, des mythes et des croyances, de la rationalité. On craint parfois de glisser dans un registre et une sensibilité « new age » dont on peut penser qu’elle est « hors d’âge », pour ne pas dire suspecte, mais non. Ce qui se déploie au fil des pages est d’un autre ordre.

Le recueil tire son titre de la première nouvelle qui tisse d’étranges liens entre loisir extrême, tourisme pour riches et violences des situations de guerre, dans un no mans land dont on ne sait s’il témoigne de la folie des simulacres ou de la brutalité implacable du réel.

Chaque nouvelle explore un autre monde, mais on retrouve dans presque chacune un goût du paradoxe et de la fantaisie, un regard à la fois plein de rêves et sans aucune illusion sur le monde.

L’on passera ainsi d’un dialogue entre un vieux professeur et son ancien élève, devenu libraire, qui échange sur le surnaturel et la mythologie des anges sous le regard attentif… de leurs anges gardiens ! Des anges qui ont bien du travail et qui se sentent assez mal traités par leur hiérarchie, très administrative et plutôt maltraitante, même si divine.

Dans un mode où la rationalité technologique et le sens des affaires entendent régenter les vies des hommes, Guillermo de La Roca développe une résistance tranquille, radicale même si plutôt souriante, qui est de celles qui peuvent ré-enchanter le monde, le rendre infiniment plus vivable, même si assumer une vie et la mener à bien n’est jamais facile, que l’on soit homme ou cheval, indien des Andes ou informaticien surdoué sur la Côte d’Azur.

Une voix discrète mais des plus plaisantes, qui n’écrit pas pour ne rien dire, qui sait nous faire sourire et rêver tout en questionnant le monde avec la complicité du lecteur.

 

Marc Ossorguine

 


  • Vu : 2304

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Guillermo De La Roca

 

Né en 1929. Ayant travaillé comme ouvrier dans la banlieue de Buenos Aires, Guillermo de La Roca est devenu musicien réputé et nouvelliste. Il a contribué depuis les années 50 et, de façon notoire, à faire connaître la Musica criolla et la flûte des Andes. Il est passé sur de nombreuses scènes dont l’Olympia de Paris. Il a enregistré avec Los Incas, Los Calchakis, Los Machucambos, et a réalisé sous son propre nom des disques distribués dans le monde entier. Il a publié des contes et des nouvelles dans diverses revues. Il a également obtenu le prix de la nouvelle de la ville du Mans pour Le congrès d’Ankashttica.

 

A propos du rédacteur

Marc Ossorguine

 

Lire tous les articles de Marc Ossorguine

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature espagnole (et hispanophone, notamment Argentine) et catalane, littératures d'Europe centrale (surtout tchèque et hongroise), Suisse, littératures caraïbéennes, littératures scandinaves et parfois extrême orient (Japon, Corée, Chine) - en général les littératures non-francophone (avec exception pour la Suisse)

Genres et/ou formes : roman, poésie, théâtre, nouvelles, noir et polar... et les inclassables!

Maisons d'édition plus particulièrement suivies : La Contre Allée, Quidam, Métailié, Agone, L'Age d'homme, Zulma, Viviane Hamy - dans l'ensemble, très curieux du travail des "petits" éditeurs

 

Né la même année que la Ve République, et impliqué depuis plus de vingt ans dans le travail social et la formation, j'écris assez régulièrement pour des revues professionnelles mais je n'ai jamais renié mes passions premières, la musique (classique et jazz surtout) et les livres et la langue, les langues. Les livres envahissent ma maison chaque jour un peu plus et le monde entier y est bienvenu, que ce soit sous la forme de romans, de poésies, de théâtre, d'essais, de BD… traduits ou en V.O., en français, en anglais, en espagnol ou en catalan… Mon plaisir depuis quelques temps, est de les partager au travers de blogs et de groupes de lecture.

Blog : filsdelectures.fr