Identification

Chevreuse, Patrick Modiano (par Philippe Leuckx)

Ecrit par Philippe Leuckx 12.11.21 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Roman, Gallimard

Chevreuse, octobre 2021, 176 pages, 18 €

Ecrivain(s): Patrick Modiano Edition: Gallimard

Chevreuse, Patrick Modiano (par Philippe Leuckx)

 

Depuis 1968, et une reconnaissance rapide, Modiano s’est fait le romancier du passé à retrouver. Il en est devenu l’expert romanesque, à travers nombre de romans qui, sur base de bottins et de cartes géographiques, dessinent la carte mémorielle de son propre passé, plein d’adresses vérifiables, de noms qui portent francité ou gourme étrangère. Il a témoigné de ces traces dans son livre Un pedigree, qui relate comment son propre passé a pu générer les fictions qui l’ont rendu célèbre, jusqu’à ce Prix Nobel de Littérature. On reconnaît très vite la griffe et la patte du romancier qui s’évertue, le temps d’un livre bref, à démêler un passé glauque, à éclaircir des zones au départ bien troubles.

Ce vingt-sixième roman de l’auteur, né à Boulogne-Billancourt en 1945, ne déroge guère à l’esthétique que Modiano s’est donnée depuis toujours : graver dans le romanesque les ressources fluides d’une vie, passée à courir les pensionnats et les rues de Paris et de sa banlieue cossue.

Nous suivons ici la quête de Jean Bosmans, romancier, qui, cinquante ans après les faits, tente de se remémorer une période féconde de son passé et les personnages qu’il avait l’habitude de croiser, dans les années soixante-quatre ou soixante-cinq, entre Paris, La Vallée de Chevreuse, et un appartement d’Auteuil. Une topographie totalement modianesque. La recherche n’est pas aisée, et tout l’art du romancier, et de son narrateur, est de nous plonger dans l’inextricable fouillis d’un passé mystérieux.

Plusieurs chronologies sont proposées au lecteur, et le passé s’y stratifie, selon des périodes et des zones territoriales. Il y a les années cinquante, quand, enfant, Jean Bosmans a habité une maison dans La Vallée de Chevreuse ; quinze années vont passer et de curieuses coïncidences et reconnaissances ; un long laps de temps jusqu’au désir de « reconstituer » ce bloc de temps informe, d’où nageaient quelques souvenirs.

Les personnages peu à peu tracent leur voie, éclairent le rôle de Jean : Camille Lucas, Martine Hayward, Rose-Marie Krawell. Deux lieux retrouvent ces personnages, et, progressivement, le romancier Bosmans relate les liens qui unissaient tout ce groupe trouble de personnages, dont il écrira un roman. Chaque mémoire est un carnet d’adresses ; chaque nom peut relier d’autres noms ; la quête, pour être malaisée, réserve toujours des surprises, et au bout du compte, au terme du livre, mystère levé, le lecteur vérifie une fois de plus l’art consommé de Modiano pour donner foi, consistance et densité à ce passé volatil, à ces signes qu’il faut sans cesse pêcher, sans savoir si la prise est bonne. On retrouve, avec la maestria habituelle, ce réservoir de signes modianesques en diable : les numéros de téléphone établis par quartier, les carnets d’adresses, les lieux insolites, l’odeur poussiéreuse des chambres d’hôtel ou les lointains pittoresques des banlieues.

Quelques clins d’œil : le Docteur dont il est question ici ne s’appelle-t-il pas comme le troisième mari de Martine Carol, Rouveix ? Les personnages troubles (à l’aune de ce que fut le père du romancier), celui du romancier lui-même (double de Modiano), la chronologie : tout ici mêle réalité autobiographique (il s’agit des pensionnats) et vérité romanesque. C’est là tout le charme des romans de Modiano, de tisser sans cesse les entrelacs du réel et de ses transpositions. Le lecteur ainsi est posté comme un chercheur, comme un détective du passé. L’écriture, fluide, en toutes petites phrases descriptives, réussit à nous insérer dans le romanesque le plus flou et à nous inviter à l’éclairer, logiquement, trace après trace.

Un très beau roman, d’un ton où flotte sans cesse la nostalgie de ce qui fut perdu.

 

Philippe Leuckx

 

Patrick Modiano, écrivain français, né en 1945, Prix Nobel de Littérature pour une œuvre qui se compose de romans, d’entretiens, de pièces de théâtre. Citons : La Place de l’Étoile Les Boulevards de ceinture Rue des Boutiques obscures L’Herbe des nuits.

  • Vu : 1075

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Patrick Modiano

 

Fils d'une actrice d'origine flamande et d'un homme d'affaires italien, Patrick Modiano grandit entre Jouy-en-Josas et la Haute-Savoie. Les absences répétées de ses parents et sa scolarité passée en pension le rapprochent de son frère aîné, qui meurt d'une maladie à 10 ans. Cette disparition annonce la fin de l'enfance de l'auteur qui gardera une nostalgie marquée de cette période et dédiera la plupart de ses livres à Rudy. Après avoir fait ses études à Thônes et au lycée Henri-IV de Paris, il décide, son bac en poche, de se consacrer entièrement à l'écriture. Raymond Queneau l'y introduit et sera le témoin de son futur mariage dont naîtront deux filles. C'est en 1967 qu'il publie 'La Place de l'étoile', un premier roman sur l'Occupation couronné du prix Roger Nimier. Après 'La Ronde de nuit' de 1969, il reçoit en 1972 le Grand prix du roman de l'Académie française pour 'Les Boulevards de ceinture'. S'il sort aussi 'Villa triste' et 'Livret de famille' en 1975 et 1977, c'est en 1978 qu'il obtient le prix Goncourt pour 'Rue des boutiques obscures'. Publiant également 'Une jeunesse' et 'De si braves garçons' en 1981 et 1982, le romancier reçoit en 1984 le prix de la fondation Pierre de Monaco pour l'ensemble de son oeuvre. Auteur à la sensibilité écorchée à la tête d'une trentaine d'ouvrages - notamment 'Remise de peine', 'Voyage de noces', 'Chien de printemps', 'Des inconnues', 'Accident nocturne', 'Un pedigree'... -, il publie en 2007 'Dans le café de la jeunesse perdue', roman portant sur le Paris des années 1960. En 2012 sort L’Herbe des nuits chez Gallimard. Patrick Modiano est aujourd'hui reconnu comme l'un des écrivains les plus talentueux de sa génération. Il a par ailleurs signé les scénarios de quelques films, dont Lacombe Lucien, de Louis Malle (1974) et Bon Voyage de Jean-Paul Rappeneau (2003)

Prix NOBEL de littérature 2014

 

(Source Evenement.fr)

 

A propos du rédacteur

Philippe Leuckx

 

Lire tous les articles de Philippe Leuckx

 

Philippe Leuckx est un écrivain et critique belge né à Havay (Hainaut) le 22 décembre 1955.

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, italienne, portugaise, japonaise

Genres : romans, poésie, essai

Editeurs : La Table Ronde, Gallimard, Actes sud, Albin Michel, Seuil, Cherche midi, ...