Identification

Ces missiles d'allégresse, Anna Jouy

Ecrit par Cathy Garcia 03.07.11 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Poésie, Editions de l'Atlantique

Avec une reproduction de Rouge de Zèbre, collage de Cathy Garcia. Edition à tirage limité et numéroté – 45 pages - 15 €

Ecrivain(s): Anna Jouy Edition: Editions de l'Atlantique

Ces missiles d'allégresse, Anna Jouy

 

Et la femme fut… Et la femme fuit, de toute part, comme une passoire, et s’enfuit en flaques,


comme un étang pris entre deux écluses

comme une flaque


en rivières,


batik de soupirs teinture de lapements assurant les rivières

incrusté du venin d’ecchymoses

aspire tantôt au puits,

je cherche le noir profond des cuves le noir du puits et le blanc de la mémoire


tantôt à l’océan,


Tête basse collée contre mon souffle j’ouvre les passages secrets pour que l’ailleurs m’inonde. Ses mots radeaux ses bouées légères. J’y bois j’y pense : l’océan l’océan…


Et la femme fut… Funambule, elle marche sur le fil de la lame, inspirée, emportée dans son propre vertige, ciel et chute, elle enfle, elle gémit, elle crisse, elle grince.

Plutôt que d’évoquer l’écriture d’Anna Jouy, il faudrait parler de sa langue. Cette langue amoureuse qui chante, envoûtante, qui claque, qui appelle, cherche la peau, cherche à toucher, cherche la langue de l’Autre,


je te bois te suce papille contre papille ma langue dans ton vin


l’Autre, le mâle et sa male mort, pour enrober de salive et dissoudre ce bonbon amer, la lancinante solitude,


je te bois solitaire muette les yeux cousus d’épigrammes


La solitude comme un jardin de couvent, de fleurs et d’épines.


Dans le déambulatoire je passe je passe à l’endroit à l envers

Toutes laines à la lune


Et la femme fume, comme l’eau jetée sur le feu… Vapeur, désir.


Infusion de sueurs sur les toiles du lit


Toujours ce fleuve qui embrasse sa source

(…)


Et la femme toute entière dans son désir de fusion, fustige la mort qui emporte le vif amant.


Qu’est-il arrivé au feu pour qu’il brûle ta peau et te foute en jachères de vivre

(…)


Je t’ai perdu comme une trace dans une eau de fortune

Perdu comme un doigt dessinant l’océan

Et le noir qui se noie sans cesse dans le noir


Et la douceur tangue avec la douleur, et la langue se tord, en chant de souffrance appelant la sentence


Je veux entortiller ma langue la nouer d’épicentre la tirer au fusil comme un oiseau nié de migration


Et la femme fut… Futile, elle aimerait, mais la nacre des ongles


Je les aiguise lames d’émeri contre corne de poudre pour l’affûtage du futile. De quoi est-ce que je pitonne mon parcours de vie ? Ongleries et nacres.


et l’ombre de la dentelle, ne peuvent taire le trou, le manque, et la terre devient baume


Terre. Je m’allonge me glisse au sol et tente des épousailles d’herbe. (…) Mise à terre qui me rend si aérienne et qui arrose mon ventre d’un azur chaud déleste mes membres de leurs comités d’entreprise subtilise mes « marche ou crève ».


La terre accueille et l’eau coule, en bain,


cette tiédeur d’huiles et des transparences de moire


en larmes,


la journée tient sur le crin d’un archet. Et je bascule entre joue et salières…


en rivière,


entre baies et comètes, l’obscur des rivières


coule entre les seins,


la soif dégouline entre mes seins la gorge rigole. Une rivière sue.


se fait feu entre les cuisses


l’intérieur de moi immense large comme ces bras ouverts profond comme l’antre d’un volcan empli de ces sueurs de ces odeurs magiciennes


et l’eau et la terre, forment la boue de la langue pour lancer ces missiles d’allégresse, ce cri engouffré, noyé de silence. L’eau…


Elle finira bien par m’ensabler quelque part sur une anse de bras


Dans ce recueil intense, se concentre toute la splendeur d’une femme débordante de suc, qui marche vers son zénith.


J’ai l’espace d’aimer comme un arbre en hiver. Ma peau devient si douce qu’elle ouvre tous les sens. (…) Je vais vers l’âge à tâtons de bonheur. On pourrait même m’en aimer.


Cathy Garcia


  • Vu : 1913

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Anna Jouy

Anna Jouy vit en Suisse romande où elle travaille dans un centre de formation pour jeunes femmes en grandes difficultés. Agée de 55 ans, elle a commencé par écrire et mettre en scène des pièces de théâtre, se spécialisant ensuite dans l’élaboration de spectacles musicaux et poétiques ainsi que dans l’écriture de chants pour divers compositeurs d’art choral. Elle s’est fait connaître dans sa région également en publiant plusieurs romans policiers dont les actions étaient intimement liées à sa ville, Fribourg, ainsi qu’un recueil de nouvelles. Ces missiles d’allégresse est le quatrième de ses recueils de poèmes, tous édités en France dont chez le même éditeur Au crible de la folie, paru en mai 2009.

Le blog d’Anna Jouy : http://annajouy.over-blog.fr/


A propos du rédacteur

Cathy Garcia

 

Lire tous les articles de Cathy Garcia

 

Rédactrice

Domaines de prédilection : littérature française et étrangère (surtout latino-américaine & asiatique)

Genres : romans, poésie, romans noirs, nouvelles, jeunesse

Maisons d’édition les plus fréquentes : Métailié,  Actes Sud

 

Née en 1970 dans le Var.

Premier Prix de poésie à 18 ans. Premiers recueils publiés en 2001.

A Créé en 2003 la revue de poésie vive NOUVEAUX DÉLITS. http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com

Fin 2009, elle fonde l’association NOUVEAUX DÉLITS :

http://associationeditionsnouveauxdelits.hautetfort.com/

Plasticienne autodidacte, elle compose ce qu’elle appelle des gribouglyphes,  mélange de diverses techniques et de collages. Elle illustre plusieurs revues littéraires et des recueils d’autres auteurs. Travail présenté publiquement depuis fin 2008 et sur le net :

http://ledecompresseuratelierpictopoetiquedecathygarcia.hautetfort.com

Elle s’exprime aussi à travers la photo, pas en tant que photographe professionnelle, mais en tant que poète ayant troqué le crayon contre un appareil photo : http://imagesducausse.hautetfort.com/ Ce qui  a donné lieu à trois Livr’art visibles sur internet dans la collection Evazine :

http://evazine.com/livre_art.htm