Identification

Aventures dans l’armée rouge, Jaroslav Hašek

Ecrit par Marc Ossorguine 01.03.16 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Pays de l'Est, Roman, La Baconnière

Aventures dans l’armée rouge, novembre 2015 (première traduction française en 1979 sous le titre Les formes du secret), trad. tchèque Héléna Fantl, Rudolph Bénès (Velitelem města Bugulmy, 1921), illustrations de Josef La

Ecrivain(s): Jaroslav Hašek Edition: La Baconnière

Aventures dans l’armée rouge, Jaroslav Hašek

 

Jaroslav Hašek (1883-1923) pourrait bien faire partie de ces quelques écrivains qui ne sont souvent pour le public, que les auteurs d’un seul livre, en l’occurrence Le Brave Soldat Chveïk, largement traduit de par le monde, dont on connaît surtout le premier des trois volumes que finalisa leur auteur (sur les six qu’il avait prévus).

Pour apprécier pleinement l’humour férocement absurde et trop réaliste de Jaroslav Hašek, il n’est sans doute pas inutile de savoir que l’homme était connu pour un engagement anarchiste, mâtiné de revendications proprement tchèques et qui ne l’a pas empêché de fréquenter différentes armées, autrichienne puis soviétique, dans les temps troublés de la première guerre mondiale. Ce sont ces quelques mois passés au sein de l’Armée rouge en tant que « commissaire », entre 1918 et 1920, qui lui inspireront les pages de ces aventures. Il y apparaît bien en tant que lui-même (le passage par la langue russe transformant son nom en Gasek) et non sous la figure de Chveïk qu’il adoptera peu après.

Très rapidement nous sommes plongés dans un monde absurde et chaotique où une administration militaire – dans sa volonté de contrôler le peuple comme ses troupes et d’anticiper les mouvements réactionnaires comme les mouvements stratégiques de l’armée blanche – en rajoute dans l’arbitraire et l’absurde tatillon et très approximatif, dans l’autosatisfaction ronflante et le cynisme cruel et indifférent. Il y a surtout ce décalage permanent où les choses les plus terribles et les plus radicales sont évoquées par les responsables mis en scène avec un détachement, une courtoisie policée et surjouée. Ces responsables, passablement irresponsables dans leur soumission à une hiérarchie bien distante, semblent bien souvent ignorants du réel, qu’il soit celui des données stratégiques (extrêmement confuses) ou celui de la vie ou de la survie de ceux qui habitent ce bourg perdu, Bougoulma (situé à quelque mille km à l’est de Moscou, Bougoulma comptait alors quelque 10.000 habitants et environ 85.000 aujourd’hui), oublié de l’administration, tous régimes confondus. A l’humanité bienveillante attentive à ne pas heurter la population du tovarich (« camarade » en russe) gouverneur Gasek, répondra la stupidité toute administrative, sans pitié mais pas foncièrement méchante, du tovarich Ierokhymov qui, à la tête son régiment, a du mal à résister à l’envie de remplacer le gouverneur, quitte à faire arrêter celui-ci sous n’importe quel prétexte et à la première occasion, quitte à aussitôt renoncer.

En ce royaume d’Absurdie, toute république qu’il cherche à être en ces temps de guerre mondiale et civile, l’humour est une nécessité pour survivre, plus qu’une stratégie. Cela vaut sans nul doute ailleurs de par le monde, quel que soit le ou les pouvoirs auxquels l’on a affaire. C’est sans doute ce qui donne aux récits de Jaroslav Hašek une valeur universelle et ainsi qu’une allure de « manuel de survie ». Toujours utile à garder par devers soi car en la matière, rien ne disparaît totalement de l’histoire, et le pire est toujours prêt à ressurgir. Que voilà un bon antidote !

Pour terminer, remercions aussi l’éditeur (La Baconnière, dans une collection dirigée par Ibolya Virag qui depuis des années milite pour faire découvrir les trésors de la littérature d’Europe centrale aux lecteurs francophones) qui a assez naturellement inclus les illustrations originales de Josef Lada dans ce volume.

 

Marc Ossorguine

 


  • Vu : 1920

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Jaroslav Hašek

 

Jaroslav Hašek (1883-1923) fut une figure typique de la bohème pragoise et des milieux anarchistes. Tour à tour journaliste, voleur et vendeur de chiens, soldat et pilier de brasserie, il fonda dans la littérature tchèque moderne le genre de la tradition orale, continuée ensuite par Bohumil Hrabal notamment. Son Brave soldat Chveïk, traduit dans plus de cent cinquante langues, est reconnu comme l’un des meilleurs romans satiriques de la littérature.

Les 3 volumes du Soldat Chveïk sont disponibles dans diverses collections chez Gallimard (Le Brave soldat Chveïk, Les nouvelles aventures du soldat Chveïk, Les dernières aventures du soldat Chveïk). Les éditions Fayard ont pour leur part publié Histoire du Parti pour un progrès modéré dans les limites de la loi (Un vrai parti politique créé par dérision provocatrice par l’auteur en 1911).

 

A propos du rédacteur

Marc Ossorguine

 

Lire tous les articles de Marc Ossorguine

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature espagnole (et hispanophone, notamment Argentine) et catalane, littératures d'Europe centrale (surtout tchèque et hongroise), Suisse, littératures caraïbéennes, littératures scandinaves et parfois extrême orient (Japon, Corée, Chine) - en général les littératures non-francophone (avec exception pour la Suisse)

Genres et/ou formes : roman, poésie, théâtre, nouvelles, noir et polar... et les inclassables!

Maisons d'édition plus particulièrement suivies : La Contre Allée, Quidam, Métailié, Agone, L'Age d'homme, Zulma, Viviane Hamy - dans l'ensemble, très curieux du travail des "petits" éditeurs

 

Né la même année que la Ve République, et impliqué depuis plus de vingt ans dans le travail social et la formation, j'écris assez régulièrement pour des revues professionnelles mais je n'ai jamais renié mes passions premières, la musique (classique et jazz surtout) et les livres et la langue, les langues. Les livres envahissent ma maison chaque jour un peu plus et le monde entier y est bienvenu, que ce soit sous la forme de romans, de poésies, de théâtre, d'essais, de BD… traduits ou en V.O., en français, en anglais, en espagnol ou en catalan… Mon plaisir depuis quelques temps, est de les partager au travers de blogs et de groupes de lecture.

Blog : filsdelectures.fr