Identification

Aorte adorée, Christophe Esnault (par Didier Ayres)

Ecrit par Didier Ayres le 27.06.22 dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres, Poésie

Aorte adorée, Christophe Esnault, éditions Conspiration, avril 2022, 42 pages, 7 €

Aorte adorée, Christophe Esnault (par Didier Ayres)

 

Faut-il survivre ?

Ce nouvel opus de Christophe Esnault se construit entre la douleur et la mort, et plus précisément, comme une ode morbide du suicide. L’on en retient une forme ambiguë de la notion de vivre, de survie. La vie est donc stupide, elle ne sert à rien, elle n’est qu’absurdité. Telle est la déclaration de ce recueil des 32 manières de mettre fin à ses jours. Et si l’on pousse le trait un peu plus loin, l’on voit le constat d’une existence faite d’un grand désespoir, et qui justifie de sa noblesse justement par ce dessein, imaginé 32 fois, du suicide. Et s’il n’y avait l’humour, tout deviendrait insupportable, le quotidien resterait étouffant, car seule peut-être la littérature a-t-elle le pouvoir de faire plier l’angoisse avec le rire.

 

Le mythique fusil de chasse

Fusil caché dans les latrines pendant la seconde guerre

Présent depuis trois générations dans l’histoire familiale

Il a tué lapins, lièvres et faisans en très grandes quantités

Et vous le ressortez du grenier pour votre happy-hour

Il y a culte sous roche, pensez à laisser une œuvre

Avant d’appuyer, déterminé, sur l’héroïque gâchette

 

Ainsi, ce catalogue des manières de mourir volontairement s’entend comme une mise à distance. Humour, ironie, cynisme, autant de façon de faire face à notre faiblesse et à notre irréductible condition d’être physiquement porté à disparaître. Ici, un peu du Diogène le Sinope qui, voyant Alexandre le Grand devant son tonneau, lui dit « Ôte-te toi de mon soleil ».

Faut-il survivre à cette leçon de désespoir ? peut-être, mais chaque lecteur lira pour son propre usage ces textes, pour enfin voir le peu d’importance de nos vanités ou, au moins, en faire découler une sorte de scepticisme à la Cioran. Mais l’image de la mort édifie chacun, et pousse à continuer le chemin malgré tout, car c’est notre seul fondement. Le reste est lucidité.

 

Les réseaux sociaux

Tous les suicides ne sont pas recensés

Il existe des lieux très fréquentés

Où s’opère le suicide des heures

 

Didier Ayres


  • Vu: 434

A propos du rédacteur

Didier Ayres

 

Lire tous les textes et articles de Didier Ayres


Rédacteur

domaines : littérature française et étrangère

genres : poésie, théâtre, arts

période : XXème, XXIème

 

Didier Ayres est né le 31 octobre 1963 à Paris et est diplômé d'une thèse de troisième cycle sur B. M. Koltès. Il a voyagé dans sa jeunesse dans des pays lointains, où il a commencé d'écrire. Après des années de recherches tant du point de vue moral qu'esthétique, il a trouvé une assiette dans l'activité de poète. Il a publié essentiellement chez Arfuyen.  Il écrit aussi pour le théâtre. L'auteur vit actuellement en Limousin. Il dirige la revue L'Hôte avec sa compagne. Il chronique sur le web magazine La Cause Littéraire.