Identification

Aller en paix, Ludovic Robin

Ecrit par Martine L. Petauton 01.03.17 dans La Brune (Le Rouergue), La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman

Aller en paix, janvier 2017, 345 pages, 21,80 €

Ecrivain(s): Ludovic Robin Edition: La Brune (Le Rouergue)

Aller en paix, Ludovic Robin

 

« Je me repliais aussi souvent que possible dans mes appartements, où l’amour d’une vie crevait à petit feu… »

Comme souvent dans La Brune du Rouergue, un drôle de livre, unique, marquant, tranche de vie les pieds dedans, avec tous ses ustensiles. Encore une fois, une remarquable réussite de livre. D’un livre, de celui-là. Cette histoire, cette mémoire, cette écriture et les respirations – on les entend, on les ressent – de l’auteur. On pourrait bien y aller de notre larme, quoiqu’en fait rien d’absolument dramatique ne s’y passe, si ce n’est une complète et minutieuse autopsie à l’ancienne d’un couple et d’une famille qui se défait, se rompt, s’évapore peut-être. Il prend, L. Robin – philosophe, au passage – tout le temps qu’il faut pour « dire » à la façon des chansons de geste auprès des cheminées d’antan cet itinéraire heurté, de saison en saison – beaucoup d’hivers, les pages sont cousues de neige – de jour en jour, et en deçà ; minutes, jusqu’aux battements du cœur. Observer à la loupe ce qui se passe dehors – le village familial Savoyard, voisins, beaux-parents, maire, le verglas de chaque tournant, les fonds de ciel de chaque bout de belle saison. Le champ professionnel – vous saurez tout ou presque de l’entreprise de travaux forestiers où travaille l’élagueur, seul nom de celui qui dit « je », le mari, le père.

Souci de précisions diverses, méticuleuses, qui n’obéit qu’à participer à l’enquête que mène l’homme après les faits, dans la maturité, comme on dit, de ses 50 ans : pourquoi, comment, par quels chemins, par quelles minuscules raisons croisées sans doute, sa Lily – un nom fleur bleue ou bien Gainsbourg – est partie avec ses 2 enfants et demi sous le bras, un matin, même pas pour un autre amour, mais, bien pour quitter l’univers qui était le sien, et en visiter d’autres, ce dont on n’est même pas sûr. Ludovic Robin écrit le livre d’une question, une seule, la seule. L’observation du coup, dans cette volonté de ne rien laisser dans l’ombre, hier, ici et maintenant, de ratisser comme on fait pour nettoyer les forêts, a quelque chose de presque scientifique, de maniaque parfois – ce qui pourrait rebuter, mais à la vérité, fascine et emporte. Méthode des cercles, y compris le sien, l’intime, son historique à lui, depuis l’enfance, où il est tombé « en amour » de sa Lily. Le familial « notre famille réduite à l’essentiel, insécable, cinq esprits des forêts soudés contre vents et marées », ce qu’il aurait fallu qui soit dans la logique amoureuse (mais en quoi ça n’a pas marché ?? est comme le refrain obsessionnel du récit, un mantra). Magnifiques portraits des enfants, le plus grand et ses caprices pathologiques, à l’abri d’un doudou patte de lapin ; écho terrible au déséquilibre ressenti de la famille ; le tout petit, Bouddha silencieux. Nager dans la souffrance, heurtée, diaprée, par moments, de la famille à travers eux, vaut, pour nous lecteurs, expérience. Pléonasme que d’affirmer qu’ils ne quitteront pas notre mémoire, secouée, à tout le moins. Et puis, Lily, la femme, la mère ; Lily, évidemment, l’objet du récit, en même temps que sa quête constante et tâtonnante : « Elle avait toujours un pied dans ses limbes, des absences que les gosses lui faisaient remarquer quand à table, elle en oubliait de manger, toute prostrée devant son assiette. Thierry surtout qui lui réclamait alors un bécot de sa petite voix de souris ». Lily, comment ça se défait ce tissu-là ? Comment on subit face à elle, avec elle, ce qu’on essaye de comprendre, par bribes ramassées avec un soin de policier sur une scène de crime. Car il y a du thriller dans ce voyage-là, de page en page, on attend – ce qui va se passer, dans les faits, dans les têtes, bref, on est embarqué sans une seule ratée dans cette histoire, qu’on quitte sans fermer complètement le livre.

Un exercice de littérature parfaitement réussi.

 

Martine L Petauton

 


  • Vu : 1721

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Ludovic Robin

 

Ludovic Robin est né en 1978. A fait des études de philosophie et vit aujourd’hui en Bretagne.

 

A propos du rédacteur

Martine L. Petauton

Tous les articles de Martine L. Petauton

 

Rédactrice

 

Professeure d'histoire-géographie

Auteure de publications régionales (Corrèze/Limousin)