9.3 blondes light, Jean-Luc Despax

Identification

9.3 blondes light, Jean-Luc Despax

Ecrit par France Burghelle Rey 16.12.16 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Poésie, Le Temps des Cerises

9.3 blondes light, 150 pages, 12 €

Ecrivain(s): Jean-Luc Despax Edition: Le Temps des Cerises

9.3 blondes light, Jean-Luc Despax

 

9.3 blondes light : recueil, par définition, d’une poésie engagée. Pour défendre le peuple, il faut défiler la cigarette à la bouche, écrire, à l’aide d’une blonde, texte après texte, une diatribe inspirée. A chaque bouffée correspond alors une inspiration et une expiration pour 93 textes et un excipit sans tabac qui crache son venin contre ce siècle et celui qui le précède.

Juste à la suite de l’incipit Cigarette 2, Liberty est déjà l’annonce de ces paris-inventaires qui par leurs jeux de mots et de sons – rimes et assonances – instaurent la musique ironique nécessaire. Une poétique qui empêche le réalisme de transmuer la poésie en prosaïque, et laisse le lecteur interloqué par une culture foisonnante en prise avec le monde moderne où est entraînée façon Apollinaire, pour y danser, une certaine Mary Ann. Surréalisme, également, entaché de Villon, si on veut parler d’influences. Les contrastes de tons sont remarquables, l’humour contrarie le tragique et se fait grinçant : « Marie-Antoinette époque Weight Watchers ». Jean-Luc Despax est encore imprégné de ses 220 slams sur la voie de gauche, publiés en 2010.

D’un côté, l’espace avec un cosmopolitisme exprimé au moyen de la musicale langue anglaise. De l’autre, le temps qui s’exprime, de manière récurrente, depuis la guerre d’Algérie aux 30 glorieuses jusqu’à l’époque Facebook.

La cigarette connote la liberté et l’inspiration mais aussi le dandysme nié de celui qui, choqué par les autodafés, veut, par ailleurs, plaire à « la fille aux yeux verts ». Cigarette 40 : hommage encore à la dame dès l’incipit : « Celle-ci je l’allume au feu de ton visage ». Avec une ode à la métaphore, une autre aux bibelots suivie de deux poèmes d’amour que clôt La danse des pervers narcissiques en Cigarette 29, s’affirme, comme dans l’ensemble du recueil, l’idée que la poésie est indispensable.

A chaque fois qu’une cigarette s’éteint, une autre s’allume qui nourrit le poète-phénix. Celui-ci se prend pour Ronsard et s’exerce aux sonnets, préfère à l’éloge le blâme, sans oublier ses classiques : « La terre est bleue comme une facture d’Orange ».

C’est un véritable feu d’artifice que le Stand-up final offre au lecteur, dont l’art résume l’ensemble du recueil et dit, par exemple : « Avec très peu d’alcool il n’y a pas de hic / Apollinaire ainsi a conquis l’Amérique ». Le texte utilise le « calembour créateur » défini par Jacqueline de Romilly et des expressions comme « Casanova casanier » y côtoient des vérités culturelles qui font choc : « Sartre ne fait pas gagner l’Euromillion ». Des chutes, pour finir, provoquent même une certaine émotion : « Sur la playlist Imagine de John Lennon ».

Petite bible pour les écœurés du système mais branchés-malgré-tout, ce recueil, pour beaucoup, se refermera à regret.

 

France Burghelle Rey

 


  • Vu : 1510

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Jean-Luc Despax

 

Jean-Luc Despax est un poète français né en 1968. Professeur agrégé, diplômé en littérature comparée, il enseigne les lettres modernes à Versailles. Poète, il reçoit le prix Arthur Rimbaud en 1991. Romancier, il a écrit sur le poète russe Ossip Mandelstam et sur la condition politique des enseignants. Il fut également critique au journal Aujourd'hui poème et rédacteur en chef de la Revue Commune.

Il tient un blog depuis mai 2007 : Les Douze de Blog.

Derniers livres parus : Des raisons de chanter et 9.3 blondes light aux éditions du Temps des Cerises (2015), Mozart s'est échappé aux éditions Henry/Écrits du Nord (2016).

Jean-Luc Despax est Président du PEN club français (poètes, essayistes, nouvellistes), membre de l'Académie Mallarmé et du jury du Grand prix de la critique littéraire. Il fait partie du comité de rédaction de Zone sensible, la revue de la Biennale internationale du Val-de-Marne.

 

A propos du rédacteur

France Burghelle Rey

Lire tous les articles de France Burghelle Rey

 

Rédactrice

Domaines de prédilection : poésie, littérature

Genres : recueils, essais, récit

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, éditeurs divers

France Burghelle Rey est Paris, a enseigné les Lettres classiques et vit actuellement à Paris où elle écrit et pratique la critique littéraire. Elle est membre de l'Association des Amis de Jean Cocteau et du P.E.N. Club français.

Plus de cent textes parus dans de nombreuses revues et anthologies ainsi que plus de soixante-dix notes critiques(Nouvelle Quinzaine littéraire, Poezibao, Europe, La Cause littéraire, Place de la Sorbonne, CCP, Recours au poème, Texture, Temporel etc.).

Elle a écrit une quinzaine de recueils dont Lyre en double paru aux éditions Interventions àHaute voixen 2010 puis chez La PorteRévolution en 2013 suivi de Comme un chapitre d'Histoire en 2014 et de Révolution IIen 2016. Le Chant de l'enfance(Prix Blaise Cendrarsadultes)a été publié aux éditions du Cygneen juillet 2015, Petite anthologie, ( Confiance, Patiences et Les Tesselles du jour )chezUnicitéen 2017 et Après la foudrechez Bleu d'encreen 2018.

 

Les derniers textes augmentés de L'Enfant et le drapeau (à paraître chez Vagamundo), naissance rédemptrice d'un " ange " dans un monde en désolation, veulent exprimer l'expression d'une nécessaire présence au monde en souffrance. Elle achève en 2017 un recueil encore inédit en trois parties sur le thème du lieu puis en 2018 commence un récit poétique.

 

Elle a collaboré avec des peintres (Georges Badin) et la graveur Hélène Baumel pour un certain nombre de livres d'artistes.

L'un des ses romans, le premier,  L'Aventure, est publié chez Unicitéau printemps 2018

http://france.burghellerey.over-blog.com/# :Un blog de plus de 27.000 pages de vues