Identification

Trois auteurs et quelques livres, Duetto et Pierre-Guillaume de Roux (par Philippe Chauché)

Ecrit par Philippe Chauché 18.09.19 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres

Trois auteurs et quelques livres, Duetto et Pierre-Guillaume de Roux (par Philippe Chauché)

 

Carson McCullers, Josyane Savigneau :

« J’ai passé trois ans en compagnie de Carson, et après avoir fini cette biographie, Carson McCullers, Un cœur de jeune fille (Stock), j’avais envie de reprendre cette phrase qu’un étudiant lui avait lancée à la fin d’une conférence : “Mrs McCullers je vous aime” ».

Josyane Savigneau a des principes et du talent, principes dans ses passions littéraires (Marguerite Yourcenar, Philip Roth, Simone de Beauvoir, Philippe Sollers, Dominique Rolin (la clandestine), Françoise Sagan : cette femme qui était pour moi le meilleur écrivain, le plus sensible en tout cas, de l’Amérique d’alors : Carson McCullers), et le talent pour saisir en deux phrases et trois remarques ce qui fait l’originalité et la force de l’écrivain du Sud : ce Sud qui l’obsède, qu’elle rejette et vers lequel elle revient toujours. Un art du roman (La passion des écrivains, Gallimard), qui effleure, parfume, envoûte, trouble le lecteur, une musique unique, le style, la composition – comme dirait son ami Philippe Sollers –, parfois un tressaillement, un tremblement magnifique, une leçon d’écriture.

Jean-Claude Izzo, Jean-Marc Matalon :

Une ville, comme passion commune : Marseille. Jean-Marc Matalon et Fabio Montale, l’ombre littéraire de Jean-Claude Izzo, la connaissent sur le bout des doigts, aucun quartier ne leur échappe, Le Panier, la Cannebière, le Palais du Pharo, le Vieux Port, les rues de Marseille la frondeuse, gardent la silhouette de l’ancien journaliste de La Marseillaise devenu auteur à succès de la Série Noire : « Total Khéops, Chourmo, Soléa… Trois enquêtes à tiroir dans lesquelles les mêmes personnages surgissent et s’effacent dans l’ombre de Fabio Montale pour composer la trilogie marseillaise de Jean-Claude Izzo. Soixante ans après celle de Pagnol, le journaliste devenu romancier ne parle en réalité que de sa ville à travers ces trois histoires gorgées d’amour et de mort ».

Les grands écrivains de romans policiers sont des géographes et des sismologues, leur mémoire vibre quand leurs pieds arpentent une rue, quand leur regard se pose sur le large, loin du sang, des trahisons et du désespoir. Leurs biographes doivent avoir les mêmes exigences, se livrer aux mêmes dérives, avoir du flair, et l’oreille fine, Jean-Marc Matalon en regorge.

 

Belmondo et moi Noblesse du barbecue, Thomas Morales (Duetto, hors collection), Un été chez Max Pécas (Pierre-Guillaume de Roux, juillet 2019, 15 €) :

« Catherine Deneuve est enfin devenue une femme et pas cette blondinette asexuée des années 70. Je me garde bien de l’avouer à Julia qui ressemble à Deneuve dans L’Africain et roule en Mini. Belmondo porte des chemises à carreaux avec les manches retroussées sur l’île de la Réunion dans ce film de Truffaut. Là aussi, il est le seul à pouvoir se permettre cet accoutrement », La Sirène du Mississippi, 1969.

« Bon ou mauvais, on ne saurait dire, fruité ou pétillant, on s’en fout, charpenté ou léger, ça reste un mystère, le rosé ne se déguste pas, ne s’explique pas, il se boit dans les rires sous les parasols », Noblesse du barbecue.

Thomas Morales a l’art de tout dynamiter sur son passage, son arme : l’humour et la dérision ; ses cibles : les tenants du charabia artistique, les mauvais joueurs, les intellectuels qui s’écoutent radoter ; et dans le désordre, ceux qui d’un mot envoient en enfer, le Tour de France et Yvette Orner : Des Hautes-Pyrénées à Nogent-sur-Marne, on la reconnaissait et l’estimait comme un témoin essentiel de notre vie. Aussi solide qu’une borne Michelin. Les films de Max Pécas : Ce documentariste des vacances fantasmées où le rigolo s’allie à la bimbo n’a aucune limite. Les comédies avec Jean-Paul Belmondo, les maîtres censeurs, les courtisans, et les petits coqs qui s’agitent de leur suffisance, le tout dans un grand éclat de rire.

Thomas Morales est le feuilletoniste de nos temps modernes, l’écrivain nostalgique d’un temps où l’on prenait le temps de ne pas trop se prendre au sérieux, le chroniqueur stylé et racé d’un monde qui sombre.

Thomas Morales est à la littérature ce que Groucho Marx est au cinématographe : agile, piquant, impertinent, élégant, séducteur et follement amusant.

 

Philippe Chauché

 

Josyane Savigneau a dirigé Le Monde des Livres. On lui doit notamment deux biographies, Marguerite Yourcenar, L’invention d’une vie (Gallimard), et Carson McCullers, Un cœur de jeune fille(Stock) ; un récit, Point de côté (Stock) ; et un essai sur Philip Roth (Gallimard).

Jean-Marc Matalon, né à Marseille, journaliste dans la presse régionale (La Marseillaise, Le Provençal, Radio Monte Carlo) et nationale (Associated Press, Le Moniteur), mène actuellement un travail de recherche sur les faits divers et les drames sociaux qui ont marqué la mémoire collective des Marseillais à travers les siècles.

Thomas Morales est notamment l’auteur d’Un Patachon dans la mondialisation (Pierre-Guillaume de Roux), Eloge de la voiture, Défense d’une espèce en voie de disparition (Le Rocher), et Tais-toi quand tu écris (Pierre-Guillaume de Roux).

 

  • Vu : 455

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Philippe Chauché

 

Lire tous les articles de Philippe Chauché

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, espagnole, du Liban et d'Israël

Genres : romans, romans noirs, cahiers dessinés, revues littéraires, essais

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Minuit, Seuil, Grasset, Louise Bottu, Quidam, L'Atelier contemporain, Tinbad, Rivages

 

Philippe Chauché est né en Gascogne, il vit, travaille et écrit à Avignon. Journaliste à  Radio France, il suit notamment le Festival d’Avignon. Il a collaboré à « Pourquoi ils vont voir des corridas » publié par les Editions Atlantica et publie quelques petites choses sur son blog : http://chauchecrit.blogspot.com