Identification

Trame : Anthologie 1991-2018 suivie de L’Amour là, Pascal Boulanger (par Philippe Chauché)

Ecrit par Philippe Chauché le 16.11.18 dans La Une CED, Les Chroniques, Les Livres

Trame : Anthologie 1991-2018 suivie de L’Amour là, Pascal Boulanger, Tinbad Poésie, octobre 2018, 368 pages, 30 €

Trame : Anthologie 1991-2018 suivie de L’Amour là, Pascal Boulanger (par Philippe Chauché)

« Le chant sera pur élan du cœur

Il détache une page il la plie

Les gris sont bleus

Il renonce au repas sanglant

La goutte d’encre est la nuit

Il écrit : la poésie doit être négation de la négation… »

(Le bel aujourd’hui)

Trame est une anthologie, un mot bienvenu qui s’appuie sur une fleur grecque, anthoset que l’on pourrait associer à anthèse, l’épanouissement de la fleur. Une anthologie qui n’a jamais aussi radicalement porté son nom : les épanouissements de la lettre et donc de la poésie libre et vivante.

Les écritures de Pascal Boulanger sont placées sous de vibrantes protections : Nietzsche : Le ciel est doux, il est comme un tapis déroulé à nos pieds ; Marcelin Pleynet : Les livres sont sur le bureau / au pied du lit / sur l’herbe mauve / les guirlandes mais aussi Baudelaire, Isidore Ducasse : les vagues de feu sur lesquelles danse la pensée ; Rimbaud : le temps disparaît dans le présent pur et William Faulkner : Je sais, un monde se défait.

Les poésies rassemblées dans Trame, cette texture, sont des mots filés, et des phrases entrecroisées, tissées, et qui laissent passer la lumière divine, comme un vitrail de Matisse. Trame livre un combat, l’écrivain s’arme de sa langue, combat contre la chute, vise l’effondrement, le vulgaire (qui) naît à chaque instant, la dévastation du monde et de la pensée. Mais Trame n’est pas une plainte, c’est une lutte, mot à mot, verbe à verbe, terre à terre, sous les meilleurs auspices, une lutte et une joie, une résurrection permanente face à la mer.

 

« J’appelle poésie cette intrigue de l’infini

où je me fais auteur de ce que je vois, de ce que j’entends.

Musique et pensée.

Poignée d’images dans la brume.

Vallées qui serpentent.

Pourquoi faudrait-il que la mort soit la religion absolue ?

L’œil habillé d’une paupière n’est pas dans la tombe.

D’ailleurs, placé en ce lieu de parole qui fait parole,

Rien ne meurt qui a commencé ».

(L’émotion L’émeute)

 

Trame relie plus de trente ans d’écritures, plus de trente ans d’attentions au monde, au bleu du ciel – Huit fenêtres s’ouvrent dans un fouillis de verdure et laissent voir le bleu du ciel –, au silence, à la nuit, à l’exil intérieur, à l’amour – Quand je tombe dans ses bras à l’aube du premier baiser–, au Livre, à la Lettre – Le feu éclaire le récit en hébreu lumière veut dire secret –, au Cantique des cantiques, à la nature – Les montagnes deviennent nuages au-dessus des prairies.

Pascal Boulanger dialogue avec le réel, avec l’histoire qui s’écrit sous ses yeux, et sous les nôtres, avec les tragédies, les joies intenses, les regards, les attentions, les faiblesses, les illusions et les trahisons, les ombres rassurantes des écrivains disparus qui illuminent la littérature, mais point de nostalgie chez l’écrivain, une simple nécessité de vivre sa liberté les yeux ouverts. Mêmes attentions lorsqu’il dédie des poèmes à ses deux filles – J’écoute vos paroles en sachant qu’une voix quand elle chante, chante toujours un amour et sa perte et touche un instant le ciel, touche un instant l’abîme –, un père qui écoute, qui regarde, qui se tait, est un père qui écrit.

« Ce soir, dans cette nouvelle maison qui m’est étrangère – Dieppe, Varengeville, Sotteville, Veules-les-Roses – ne sont plus des villes mais de merveilleuses épiphanies qui s’invitent dans mes souvenirs.

Avec vous, je redescends les marches pour accéder à la mer.

Avec vous, je revois le ciel immense et rond comme un galet.

Avec vous, je profite, à nouveau, des vitraux bleus de Braque dans l’église au-dessus de la falaise.

Avec vous, allongé sur la douce paresse des herbes et des fleurs, je relis un album qui enchante ».

(Un ciel ouvert en toute saison)

 

Pascal Boulanger est un écrivain au long cours, un corsaire, qui a toujours un livre ouvert sur sa table d’orientation, un jongleur, un magicien qui dévoile ce que le monde voile. Le style de Pascal Boulanger a la souplesse du mistral, il en a sa force, sa violence, un vent qui donne vie à la vie – c’est que le génie ne saurait vivre dans un air sec et un ciel pur, c’est-à-dire sans échanges rapides, sans la possibilité de se ravitailler continuellement en énergie par énormes quantités (1) – un vent qui vivifie cœur et âme, et éparpille sur son passage mille graines de nouveaux livres à venir.

 

Philippe Chauché

 

(1) Friedrich Nietzche, Ecce Homo, trad. Alexandre Vialatte, 10-18, 1988

 

Pascal Boulanger publie son premier recueil en 1991 aux Editions Messidor, Septembre, déjà. Plus de 30 ans plus tard, avant cette anthologie, les Editions Passages d’Encres publient Guerre perdue, il annonce Jusqu’à présent je suis un chemin : Carnets 2016-18, à La Librairie Editions Tituli pour l’an qui vient.

  • Vu: 317

A propos du rédacteur

Philippe Chauché

 

Lire tous les articles de Philippe Chauché

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, espagnole, du Liban et d'Israël

Genres : romans, romans noirs, cahiers dessinés, revues littéraires, essais

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Minuit, Seuil, Grasset, Louise Bottu, Quidam, L'Atelier contemporain, Tinbad, Rivages

 

Philippe Chauché est né en Gascogne, il vit, travaille et écrit à Avignon. Journaliste à  Radio France, il suit notamment le Festival d’Avignon. Il a collaboré à « Pourquoi ils vont voir des corridas » publié par les Editions Atlantica et publie quelques petites choses sur son blog : http://chauchecrit.blogspot.com