Identification

Roman Dormant, Antoine Brea

Ecrit par Philippe Chauché 04.07.14 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman

Roman Dormant, Ed. Le Quartanier, avril 2014, 152 pages, 16 €

Ecrivain(s): Antoine Brea

Roman Dormant, Antoine Brea

 

« Il est vrai que Dieu t’a fait don du rêve mais qui te dit qu’Il t’a fait là un beau cadeau ? Le rêve est le trône de misère où Dieu s’assoit sur les visages. Le rêve est la froide chambre des reclus que ne pénètrent pas les tueurs à l’aube. Le rêve te fendra le tronc comme l’hiver. En rêve l’homme est un vautour stupide et sale comme il l’est aussi dans l’autre vie ».

Antoine Brea a plus d’un rêve dans son sac à malice, et plus d’une interprétation dans sa vision des songes de Mohamed Ibn Sîrîne, le rêveur des rêveurs, comme l’on dit le voleur des voleurs, qui ne manque pas d’à-propos. Le rêveur est à prendre au sérieux, d’autant plus si c’est un ascète vertueux, comme l’on prend au sérieux Maldoror ou La Divine Comédie, et le sourd (Allez voir le sourd, c’est-à-dire Mohamed Ibn Sîrîne) est là pour lui rappeler que le rêve mène à tout, à condition de bien apprendre à identifier les créatures et ses habitants et de ne pas s’endormir sur ses rêves et ses lauriers, et surtout à veiller à bien se réveiller.

« Rêveur méfie-toi des anges sortis du ciel sur des montures volantes qui sont venus collectionner ta tête. Rêveur certains anges sont plus noirs que des nègres auréolés de plumes ils ont le sang dans le sang. On appelle de tels anges les anges-chevals. Les principaux anges-chevals dont tu dois te méfier sont Gabriel et Michel et aussi Raphaël ».

Contrairement à Antoine Brea, Mohamed Ibn Sîrîne est né en Irak en 654, il lui arrivait de porter un pallium, un habit blanc, un long turban, il se défrisait, se teignait les cheveux et taillait avec attention ses moustaches. Spécialiste des rêves et de leur interprétation dans l’Islam, il n’a contrairement à Antoine Brea rien écrit sur Charles Bukowski, mais il en sait beaucoup sur le diable, le désir et la vérité, ce qui n’est pas pour déplaire à Antoine Brea qui en a fait un Roman d’or mais (qui) par endroit ment.

« Si Dieu en rêve t’envoie une terrible épreuve offre-Lui un bien de ce monde. Si Dieu en rêve se montre avec toi de mauvaise nature passe ton index sur ta langue et offre-Lui le reste d’un vieux pain ».

« Si la femme pleure en rêve la mort d’un gouvernant elle est suspecte. Pour moi je lui raserai volontiers la tête et lui incrusterais de jolis tatouages mais les lois du rêve ne sont pas celles de la morale ».

Le rêveur lecteur passe ses aventures nocturnes au tamis onirocritique de l’écrivain-interprète, ce qui n’est pas de tout repos, car le sourd a réponse à tout et ne craint aucune extravagance. Il répond même aux questions que ne se posera jamais le rêveur. Le lecteur éveillé s’en réjouit de la première à la dernière page et attache une attention particulière aux djinns, ces êtres passoul (qui veut dire périmé) que l’on ne peut voir qu’en rêve ou en leur jetant de la teinture d’iode, avant qu’il ne se rendorme et vérifie non sans effroi qu’il n’est pas en train de rêver ce qu’il vient d’écrire. Le Roman Dormant n’est pas de tout repos pour le lecteur éveillé, il va devoir y rencontrer des anges, la mort, la Résurrection, l’enfer, le paradis, quelques humains, et se demander si tout cela est bien sérieux, lui qui se prend au sérieux quand il rêve, mais il n’est pas à une Plaisanterie prêt.

Si Mohamed Ibn Sîrîne avait rencontré Antoine Brea, tout porte à croire qu’il en aurait fait son scribe, son Cid Hamet Ben Engeli comme dans le Quichotte, et d’ailleurs qui peut affirmer que ce n’est pas le cas.

 

Philippe Chauché

 


  • Vu : 2632

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Antoine Brea

 

Antoine Brea est né en 1975, on lui doit notamment Méduses, Ed. Le Quartanier ; Asseyons-nous, prêt pour la poésie, Editions Derrière la Salle de Bains ; Petites vies d’écrivains du XX° siècle, Ed. Louise Bottu.

 

A propos du rédacteur

Philippe Chauché

 

Lire tous les articles de Philippe Chauché

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, espagnole, du Liban et d'Israël

Genres : romans, romans noirs, cahiers dessinés, revues littéraires, essais

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Minuit, Seuil, Grasset, Louise Bottu, Quidam, L'Atelier contemporain, Tinbad, Rivages

 

Philippe Chauché est né en Gascogne, il vit, travaille et écrit à Avignon. Journaliste à  Radio France, il suit notamment le Festival d’Avignon. Il a collaboré à « Pourquoi ils vont voir des corridas » publié par les Editions Atlantica et publie quelques petites choses sur son blog : http://chauchecrit.blogspot.com