Identification

Peau d’Âne et la Princesse qui-pue-du-bec, Stéphane Botti (par François Baillon)

Ecrit par François Baillon 06.02.20 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Jeunesse, Magnard

Peau d’Âne et la Princesse qui-pue-du-bec, Stéphane Botti, Magnard Jeunesse – Janvier 2020, 144 pages – 11,90 €

Edition: Magnard

Peau d’Âne et la Princesse qui-pue-du-bec, Stéphane Botti (par François Baillon)

 

En reprenant les figures mythiques héritées de Grimm ou de Perrault, Stéphane Botti nous plonge dans un conte résolument moderne, aux prises avec les problématiques qui peuvent être celles des enfants du XXIème siècle. Attention, cependant : la modernité ne s’entend pas avec un iPhone. Ici, la poésie et la magie sont bien présentes, et l’humour y tient une place très grande.

Peau d’Âne se voit apprendre par sa marraine fée qu’elle a désormais l’obligation d’aller à l’école – elle qui vivait jusque-là paisiblement dans sa cabane au fond des bois. Elle rencontre alors plusieurs princesses en devenir, comme elle, et se fait rapidement des amies. L’une de ses camarades suscite l’admiration de toutes, en raison de ses talents divers et de sa beauté : Boucles-Parfaites. Mais il y a un envers au décor : Boucles-Parfaites est sans doute la plus pernicieuse aussi…

Avec de multiples rebondissements qui nous font croiser l’Ogre, le Petit Poucet et des tontons charmants, Stéphane Botti donne une évolution très forte à la petite Peau d’Âne, la faisant passer de la colère et du sentiment d’injustice à l’isolement et la tristesse, puis à l’espoir renaissant jusqu’à une victoire plus complexe qu’il n’y paraît. C’est bien le harcèlement à l’école qui est abordé ici, mais en miroir de cette thématique, se dresse l’importance de l’amitié. Par ailleurs, en dépit des nombreux tracas de l’héroïne, ce livre est doté d’un humour à toute épreuve, auquel ne résisteront pas les enfants. C’est un merveilleux prolongement à la lecture des contes traditionnels, ancrant davantage les jeunes lecteurs dans leur époque sans que l’enchantement n’en soit retiré. Incontestablement, les filles autant que les garçons s’identifieront naturellement à la célèbre protagoniste de Perrault, transformée ici en une petite fille (presque) comme les autres, et l’air de rien, elles/ils se seront glissé/es dans sa peau, comme si l’âne avait été réellement sur leur dos.

 

François Baillon

 

Stéphane Botti est comédien et auteur. Il a mis en scène de nombreuses pièces de théâtre écrites par son frère Christophe Botti, avec la Compagnie des Hommes Papillons. Il est le créateur et l’interprète du spectacle Une Merveilleuse Évasion, hommage à l’univers burlesque de Chaplin et de Keaton, qui a été représenté de nombreuses fois depuis 2011. Au sein du Théâtre de l’Etoile Pliante, il crée avec Franck Chassagnac les marionnettes des Copains du Bocage, sous forme de spectacle vivant et de web journal sur la faune et la flore. Peau d’Âne et la Princesse qui-pue-du-bec est son premier roman pour la jeunesse.

  • Vu : 909

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

François Baillon

 

Diplômé en Lettres Modernes à la Sorbonne et ancien élève du Cours Florent, François Baillon a contribué à la revue de littérature Les Cahiers de la rue Ventura, entre 2010 et 2018, où certains de ses poèmes et proses poétiques ont paru. On retrouve également ses textes dans des revues comme Le Capital des Mots, ou Délits d’encre. En 2017, il publie le recueil poétique 17ème Arr. aux Editions Le Coudrier.