Identification

Nouvelles brésiliennes (III) - Hector Bisi, Les paons albinos boivent du champagne

07.12.18 dans Nouvelles, La Une CED, Ecriture

Nouvelles brésiliennes (III) - Hector Bisi, Les paons albinos boivent du champagne

 

Pete Doherty descend du black cab à Tite Street avec ce style mou-titubant qui ne permet jamais de savoir s’il est ivre ou à moitié et il se rend dans un sous-sol où le doorman est en soutane violette et confirme son nom sur la liste. Oh Mr Doherty, notre seul invité de la soirée. Il est rare que nous ayons cet honneur. C’est un Borsalino ?, j’aime les chapeaux de votre phase Libertines, enjoy your night, et Pete Doherty entre par un tunnel rouge où les murs sont couverts d’une flopée de selfies tous encadrés, Whatahell is this ? Attends, celui-là c’est pas Oscar Wilde ?, bordel, comme il est jeune sur cette photo, et il y a une lumière rouge à la fin du tunnel et des mecs avec des manteaux en fourrure par-dessus leur costume Paul Smith ou Gareth Pugh ou McQueen ou Saint-Laurent ou Gucci voire Saville Row, Ah non, encore un de ces clubs anglais ennuyeux à mourir, j’espère qu’il y a quelque chose de bon à boire au moins, et le salon est décoré avec des sièges Chesterfield cliché des lambris cliché et des étagères cliché prouvant que l’Angleterre victorienne n’était pas un pays mais une bibliothèque monster, On gèle, la clim est à zéro ?, où est donc ce putain de serveur ?, et Pete-Doherty-Esquimau titube en direction de types qui sont debout au milieu de la grande pièce et qui ont tous ce bronzage crevettesque d’anglais en liberté sur la plage et voilà qu’arrive la crevette en chef,

Mr. Doherty, it’s a pleasure, je suis heureux que vous ayez accepté notre invitation. Votre costume est un Comme des Garçons ? Nous savions que vous ne nous décevriez pas, vous habitez encore à Paris ? By night, monsieur. Où je peux prendre un gin tonic ? Le dîner sera servi dans cinq minutes, Mr. Doherty. Vous ne préférez pas du champagne ? Il n’y a pas de gin tonic ? Le champagne c’est le lait des artistes, Mr Doherty. Puisque vous insistez. Venez, je vais vous présenter à ces gentlemen, nous vous attendions avec impatience. Putain, le plus jeune ici doit avoir deux cents ans hahaha. J’admire Fuck Forever, c’était votre phase Babyshambles, n’est-ce pas Mr. Doherty ? Merci, man. Celui-là doit avoir deux cent cinquante ans, c’est sûr, et le majordome, avec son total look rouge Dolce & Gabbana, frappe le sol avec un bâton pour annoncer le dîner et Pete-Doherty-Esquimau s’assied à droite de la crevette en chef qui est lui-même assis au bout d’une table de vingt-et-une places avec des chandeliers, Est-ce que je suis sur le tournage d’un remake de Eyes wide shot, le film de Kubrick ? Mais où sont passées les nanas ?, et Pete a déjà fini la première bouteille de Dom Pérignon lorsque la crevette en chef prononce un discours de bienvenue et le dîner commence, Cela fait des siècles que je n’ai pas fait un tel repas, Mr. Doherty. Avez-vous goûté notre pudding aux rognons ? Yeah, man, des siècles, tu l’as dit. Celui-là ressemble à Lord Byron hahaha. C’est la canicule dehors, on ne peut pas baisser un peu la clim, non ? I beg your pardon a million times, Mr Doherty. C’est le seul de vos désirs que nous ne pouvons pas exaucer. May I ask you a question, personne ne vous a pas prévenu du dress code ? Pas de souci, man, faites monter une autre bouteille de Dom Pérignon et je lui règle son compte, et il y avait des plats partout et chacun avait un nom plus pompeux que le mot pompeux lui-même et ensuite les desserts, Ce ne sont pas des desserts français, mais ils ont été spécialement préparés pour votre visite, monsieur Doherty. Ces types commencent à me gonfler, qu’est-ce qu’ils veulent ?, mes organes ?, et ils passent tous dans une autre pièce rouge dépourvue de tout mobilier hormis une cheminée et un backdrop couvert de noms calligraphiés d’artistes de toutes les époques de tous les genres artistiques et les gentlemen prennent leurs iPhones et font des selfies pendant que le majordome au total look rouge Dolce & Gabbana déambule en apportant du Porto et du thé, C’est votre tour, Mr Doherty, où est votre portable ? Qu’est-ce-que, cela, signifie, monsieur ? La beauté, Mr. Doherty. La beauté n’est plus éphémère, les réseaux sociaux ont réalisé ce que nous et les gentlemen du passé recherchons depuis des siècles. Prenons place devant le backdrop, ou vous préférez faire un selfie à côté de la cheminée ?, et il prend un selfie avec une cigarette qui lui pend à la bouche et il fait une grimace et un doigt d’honneur jusqu’à ce que la crevette en chef demande à voir son IPhone, Celui-là est parfait pour notre galerie, Mr Doherty, regardez, admirez la beauté de notre temps, et Pete-Doherty-Esquimau paraît dix ans plus jeune sur le selfie, Whatafuuuck, man. Signez ici, Mr. Doherty, if you don’t mind. C’est seulement une autorisation pour utiliser votre image. OK, c’est fait, maintenant je dois y aller, bye bye, je m’en fous, avant que je sois congelé. I do beg your pardon, Mr Doherty. Chaque enfer a sa clim.

 

Traduction du portugais (Brésil) Stéphane Chao


Texte initialement publié en portugais dans le numéro de janvier 2018 de L’Officiel Hommes Brésil.

  • Vu : 164

Réseaux Sociaux