Identification

Ni loin ni plus jamais suivi de Salabreuil le magnifique, Isabelle Levesque

Ecrit par Philippe Leuckx 03.07.18 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Poésie

Ni loin ni plus jamais suivi de Salabreuil le magnifique, éd. Le Silence qui roule, avril 2018, 36 pages, 9 €

Ecrivain(s): Isabelle Levesque

Ni loin ni plus jamais suivi de Salabreuil le magnifique, Isabelle Levesque

 

Rendre vie et hommage à un grand poète tôt disparu, Salabreuil, né en 1940, décédé en 1970 : tel est le vœu de l’auteure, versée dans la lecture du grand aîné depuis longtemps. Sur le terreau de citations tirées de L’Inespéré (Gallimard, 1969), Isabelle Lévesque – quinze recueils depuis 2010 – donne à Il a neigé sur de l’aurore et à « l’ossuaire d’en haut qui s’écroule » de dignes prolongements, où « l’ardeur est telle/encore », la ferveur et la lucide appréhension d’un univers marqué, chez le poète regretté, du sceau d’un « cri » non entendu, d’amour mal vécu, de l’Absence qui trouve ici à se décliner. À rebours, la neige, le poème, cette flambée de mots à l’adresse de celui qui a « brûlé » ses espérances. Lévesque, page 29, nous dit :

Un poète aimé ne meurt pas. Il renaît dans les mots du poème… il habite ce que nous écrivons à notre tour…

La poète convoque, saganesque, « les bleus de l’âme », multiplie les appositions, joue de l’intime correspondance :

Poids de l’âme infime

aimer souffle, seule voix.

Corps pur, prouesse de plume :

système solaire (p.10).

 

L’écriture, aérienne, « frôle », la « craie du ciel », perfore le bleu des étoiles, incise, à l’aide de métaphores, « le fantôme » vénéré :

 

Poète sans nom décrit l’Aimée sans fin

Fulgurante aux faveurs de la nuit…(p.12)

 

Du petit livre s’élève un chant que les mots heurtent, puisqu’il faut bien relayer le parcours brusque et brusqué d’un poète véritable, que le destin a mangé :

 

Quelle nuit si pâle

te protège enfin ?

Les pierres seules

s’éloignent gravées

(pas d’oiseau)

Allées si claires

qu’aucune étoile ne fera vœu (p.18)

 

On dirait qu’Isabelle, voulant approcher le poète en son domaine de neige (le bas), d’étoiles (l’impossible demeure), souhaite jumeler les paradoxes : la négation de l’oiseau, le poids de la pierre, le refuge qui « protège »…

Les lointains du temps ordonnent cette poésie, intemporelle, à la fois respiration en hommage, et concertation d’une écriture entre lignes, ombre et accent solaire ; oui, le « poète revit » d’un souffle, d’une eau même si « elle ne se boit ». La poésie est à ce prix : une solitude, un partage.

Mission accomplie.

 

Philippe Leuckx

 


  • Vu : 372

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Isabelle Levesque

 

Isabelle Lévesque écrit et lit des poèmes. Elle photographie beaucoup les fleurs aussi (nette prédilection pour le coquelicot).
Elle a été membre du comité de rédaction de la revue Diérèse (du numéro 52 au 64) et a codirigé les numéros spéciaux de la revue sur Thierry Metz, figure tutélaire pour elle en poésie, Nicolas Dieterlé et Gérard Titus-Carmel en particulier. Elle écrit des articles pour plusieurs revues.
Elle est née en Normandie, près d’un château millénaire dont il subsiste la tour et des fragments du mur d’enceinte. On le voit s’élever en s’approchant des Andelys. Ces ruines et les encres de son père ont guidé l’écriture d’Ossature du silence (préface de Pierre Dhainaut – Les Deux-Siciles, 2012). Ce que fut ce château, difficile de le deviner tant ce qu’il est devenu a imprégné sa mémoire. Ses murs de calcaire gardent des fossiles, des histoires – des poèmes. Elle vit ce lieu comme le point d’origine de l’écriture, un point fragile que les fleurs vivifient ; la craie friable des falaises guide son écriture. Des rêves floraux sont nés Or et le jour (anthologie Triages, Tarabuste, 2011), Un peu de ciel ou de matin (postface de Pierre Dhainaut – Les Deux-Siciles, 2013) et Va-tout (éditions des Vanneaux, 2013). Ce qui unit ces perceptions minérale et florale, c’est aimer. Aimer entre toujours dans « écrire ». Ravin des nuits que tout bouscule, paru en 2014 aux éditions Henry, en témoigne comme Nous le temps l’oubli qui vient de paraître en 2015 aux éditions L’Herbe qui tremble.

 

A propos du rédacteur

Philippe Leuckx

 

Lire tous les articles de Philippe Leuckx

 

Philippe Leuckx est un écrivain et critique belge né à Havay (Hainaut) le 22 décembre 1955.

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, italienne, portugaise, japonaise

Genres : romans, poésie, essai

Editeurs : La Table Ronde, Gallimard, Actes sud, Albin Michel, Seuil, Cherche midi, ...