Identification

Mourir ne me suffit pas, Pascal Boulanger

Ecrit par Philippe Chauché 07.10.16 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Poésie

Mourir ne me suffit pas, éd. Corlevour, Revue Nunc, juin 2016, préface Jean-Pierre Lemaire, 101 pages, 15 €

Ecrivain(s): Pascal Boulanger

Mourir ne me suffit pas, Pascal Boulanger

 

« Je regarde autour de moi / les vases se brisent / Dès lors j’ouvre les yeux / et le jardin » (Jardin).

« Sur la falaise / la maison est prise de vertige / Quand on me fermera les yeux sur le vent / il ne faudra pas pleurer / mais dans la rosée de l’herbe / célébrer mes noces aux vitraux du ciel » (Rosée).

Mourir ne me suffit pas est un recueil de libres poèmes, près d’une centaine, habité de cette liberté libre que l’auteur fréquente. Tout est net et précis dans ce livre traversé d’éclairs – Quand je marche je m’appuie sur l’orage, Derrière le monde / les visages que je croise s’enflamment – et il y a de l’électricité dans la trame des poèmes de Pascal Boulanger. La vivacité de sa phrase, le juste mot, la suspension, l’art de voir et de bien voir ce qui défile sous ses yeux, les visions réelles ou imaginaires, éphémères ou persistantes, la poésie romanesque de l’écrivain s’en saisit et offre au lecteur ces frémissements. Et si la mort rode, il convient de ne pas se laisser impressionner, et d’un trait de phrases s’en défaire ou pour le moins la mettre en suspension.

« C’est une dentelle de mouettes / qui console la mer » (Lumière).

« Le feu du ciel lance un caillou / & c’est un jardin sur terre qui se construit » (Mouvement).

« Parfois le ciel s’étendait / à ras de terre / des dentelles de musique / s’avançaient sur des terrasses » (Premier raisins).

Mourir ne me suffit pas est un beau titre, rien d’ailleurs ne suffit à l’auteur, sauf ce qu’il voit et vit, sauf ce qu’il écrit et ce qu’il écrira, les tensions, les torsions du temps et de la nature, les baisers volés, la neige, les roses trémières, les failles et les feuilles, il s’en saisit et nous les livre comme une évidence. Ecrire d’ailleurs semble une évidence pour Pascal Boulanger, un exercice spirituel – J’ai besoin d’une lumière grise / loin des chiens qui aboient / pour m’habituer à la mort – une façon d’être au monde, en se demandant à chaque instant, si un baiser prolongera-t-il mon souffle ?

« Pendant la vertigineuse abréviation / quand toute mon existence défilera / l’inachevé survivra-t-il ? » (L’inachevé).

« De sable en sable / un chemin foisonne de sommeils / & sous l’ombrage des platanes / la porte sans porte est franchie » (Abondance).

L’écrivain le pense, le poète est toujours le dramaturge, et non le penseur, de l’idée, et Pascal Boulanger applique sa remarque à la lettre. Si autour de lui, les vases se brisent, si des ruisseaux baignent ses yeux, si les eaux encerclent le monde, si le temps (qui) s’efface vidé de son soleil, l’écrivain, le poète, est vivant – je suis vivant et vous êtes morts –, il écrit et rend présent ce qui est absent, il flirte avec le divin et les hautes flammes, il se confronte à des tremblements et des doutes, les met en lumière, les nomme, et les nommer revient à s’en défaire. S’il chute, il se relève, s’il tombe, il renaît, s’il s’endort, il se réveille, plus vivant que jamais, survivant aux secousses telluriques qui le font trembler. L’art poétique est ici un art littéral, il suit le chemin de la vie, lettre à lettre. Mourir ne me suffit pas, ou la beauté du geste, sa naturelle évidence, tout y est affiné, l’idée se glisse dans la peau du mouvement de la phrase. Poésie de verdad, comme l’on dit en espagnol pour une faena, poésie de vérité, d’engagement total, sans artifice, poésie de consolation.

 

Philippe Chauché

 


  • Vu : 3041

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Pascal Boulanger

 

Pascal Boulanger, né en 1957, vit et travaille, comme bibliothécaire, à Montreuil. Parallèlement à son travail d’écriture, il cherche depuis une vingtaine d’années, à interroger autrement et à resituer historiquement le champ poétique contemporain qui, pour lui, passe par la prose. Marqué par la poésie rimbaldienne et le verset claudélien, il a donné de nombreuses rubriques à des revues telles que Action poétique, Artpress, Le cahier critique de poésie, Europe, Formes poétiques contemporaines et La Polygraphe. Il a été responsable de la collection Le corps certain aux éditions Comp’Act. Il participe à des lectures, des débats et des conférences en France et à l’étranger et il a mené des ateliers d’écriture dans un lycée de Créteil en 2003 et 2004.
Il a publié des poèmes dans les revues : Action poétique, Le Nouveau Recueil, Petite, Po&sie, Rehauts… 
Parmi les études qui lui ont été consacrées, signalons celles de Gérard Noiret dans des numéros de La Quinzaine Littéraire, de Claude Adelen dans Action poétique, d’Emmanuel Laugier dans Le Matricule des anges, de Bruno Cany dans La Polygraphe, de Serge Martin dans Europe et une analyse formelle de Jean-François Puff (sur le recueil : Tacite) dans Formes poétiques contemporaines.

 

Source : Maison des écrivains


A propos du rédacteur

Philippe Chauché

 

Lire tous les articles de Philippe Chauché

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, espagnole, du Liban et d'Israël

Genres : romans, romans noirs, cahiers dessinés, revues littéraires, essais

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Minuit, Seuil, Grasset, Louise Bottu, Quidam, L'Atelier contemporain, Tinbad, Rivages

 

Philippe Chauché est né en Gascogne, il vit et écrit à St-Saturnin-les-Avignon. Journaliste à Radio France durant 32 ans. Il a collaboré à « Pourquoi ils vont voir des corridas » (Editions Atlantica), et récemment " En avant la chronique " (Editions Louise Bottu) reprenant des chroniques parues dans La Cause Littéraire.

Il publie également quelques petites choses sur son blog : http://chauchecrit.blogspot.com