Identification

Souffles - Mémoricide ou autodafé à Alger !

Ecrit par Amin Zaoui le 23.06.12 dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

Souffles - Mémoricide ou autodafé à Alger !

Aujourd’hui, le 7 juin 2012, je réveille  Mahmoud Bouayad et Jean Sénac de leur sommeil, de leur quiétude éternelle. Cinquante ans, jour pour jour, depuis l’incendie de la Bibliothèque universitaire d’Alger ! Ce jour du 7 juin 1962, à 12 heures 27 minutes, la prestigieuse  Bibliothèque universitaire d’Alger a été incendiée. Une opération de “purification culturelle” est déclenchée. L’OAS (Organisation de l’armée secrète) ne cherchait pas à jeter le pays dans un bain de sang, mais à mettre le feu dans les espaces du "livre", symbole de la lumière! De la politique de la terre brûlée à une autre semblable, jumelle, celle des livres brûlés. Il n’y a pas d’application de la politique de la terre brulée sans l’application, d’abord et avant tout, de celle pratiquée à l’encontre des bibliothèques brûlées. Cet acte criminel livresque et intellectuel est défini comme un "autodafé" ! Il existe une guerre féroce appelée “la guerre contre les bibliothèques”. Des guerres préméditées et programmées à l’avance mais souvent oubliées ou minimisées ! Qui parmi nous n’a pas lu quelques détails sur la destruction de la bibliothèque de Baghdad, Cité de Beyt el-Hikma, où les manuscrits furent noyés dans l'Euphrate et le Tigre, et l’eau des deux fleuves s’est métamorphosée, selon des historiens, en fluide  noire à cause de l’encre des millions d’ouvrages ? Qui parmi nous n’a pas lu quelques histoires sur les atrocités de l’incendie et de la dévastation de la bibliothèque d’Alexandrie ? L’histoire retient les actes abjects des Allemands avec la bibliothèque belge de Louvain en 1914, Milosevic avec les bibliothèques de la Bosnie… l’histoire c’est aussi un grand incendie de livres !

On lit dans La guerre d’Algérie (tome 4, Les feux du désespoir, 1971, page 637), de Yves Courrière : “Trois puissantes déflagrations secouaient vers midi quarante le centre d’Alger. Des bombes au phosphore venaient d’exploser dans l’enceinte des Facultés, provoquant un incendie monstre ; d’épais nuages de fumée noire s’élevaient au-dessus des bâtiments en flammes, obscurcissant  le ciel, barrant l’horizon”.

L’incendie de la Bibliothèque universitaire d’Alger n’était pas un acte isolé, mais plutôt  un fait en harmonie et en concordance avec la logique du colonialisme culturel. Depuis 1830, “les porteurs de civilisation !!” n’ont pas cessé de détruire la culture locale : “Fermeture des medersas, interdiction de la langue arabe, pillage des manuscrits.” Si le colonialisme, en tant que “bêtise humaine”, “monstre historique”, a commencé son invasion par les enfumades commises par Pélissier contre les Ouled Riah, cent trente-deux ans après, cette logique n’a pas changé. Ainsi, le colonialisme a fini “son séjour pernicieux et maléfique” en Algérie par d’autres enfumades, celles contre les livres. Ce jour du 7 juin 1962, à 12 heures 27 minutes, les nouveaux généraux, les petits-fils de Pélissier, ont brûlé la Bibliothèque universitaire d’Alger.

Nous étions un peuple de "livres", une société de "lecture". Quelqu’un des leurs témoigne : “À notre arrivée (en 1830) (les civilisateurs !), il y avait plus de cent écoles à Alger, 86 à Constantine, 50 à Tlemcen. Alger et Constantine avaient chacune 6 à 7 collèges secondaires et l’Algérie était dotée de 10 zaouias (universités). Le 7 juin 1962, des mains criminelles posèrent des bombes à l’intérieur de la Bibliothèque universitaire d’Alger. Au bout de quelques heures, le plus beau fleuron de la "mission civilisatrice" n’est qu’un amas de cendres ! Le quotidien France-Soir écrit : “Les flammes dévorent la Bibliothèque universitaire où brûlent 600 000 volumes”. Le Figaro mentionne : “500 000 volumes de la BU ont été détruits par le feu.” Le Monde souligne : “Près de 600 000 volumes et documents ont été la proie des flammes.” Pour décrire la catastrophe qui a frappé la BU d’Alger, nous empruntons la langue et le témoignage d’un certain Kamel Bakarsic, conservateur de la bibliothèque du Musée national de Bosnie-Herzégovine, commentant l’incendie de la Bibliothèque nationale et universitaire de la Bosnie commis par les forces racistes de Milosevic : “Livres en flammes ; des pages calcinées flottaient et retombaient comme de la neige noire dans toute la ville. Si on attrapait une page, on pouvait sentir sa chaleur et, pendant un instant, lire un bout de texte présentant l’étrange aspect d’un négatif en noir et gris. Puis, la chaleur dissipée, la page tombait en poussière entre nos doigts.” Brûler la Bibliothèque universitaire d’Alger, pour l’OAS, c’était priver tout un pays d’une partie de sa mémoire. 19 décembre 1962, à 18 heures, au siège de la Bibliothèque nationale, le Bureau du Comité international pour la reconstitution de la Bibliothèque universitaire d’Alger (Cirbua) fut constitué. Il se compose de M. Mahmoud Bouayad (président), M. Nour-eddine Skander (vice-président), M. Jean Sénac (secrétaire général), Mlle Jeanne-Marie Frances (secrétaire adjoint), Mme Salah-Bey (trésorière), M. Saâd-Edine Bencheneb (chargé des relations extérieures), M. Mustapha Hartrati (chargé des relations intérieures avec l’Ugema). Les Algériens des années 60 pensaient que l’Algérie rêvée (libre, plurielle et savante) ne peut voir le grand jour, le jour de l’indépendance, en l’absence des livres et des  bibliothèques. Le 20 décembre 1962, M. Mahmoud Bouayad, en sa qualité de président du Cirbua, lance un appel aux intellectuels et aux étudiants, un appel très symbolique,  culturellement historique : “…Vous allez vous rendre dans vos familles pour ces prochains congés scolaires. Expliquez à vos amis, à vos connaissances, surtout dans les milieux intellectuels, le sens de cette campagne, la nécessité de la reconstruction de cette bibliothèque, outil indispensable pour l’enseignement supérieur et la formation de nos cadres. Essayez d’organiser dans chaque région des comités locaux qui prendront toutes les initiatives… pour venir en aide au Cirbua, récupérez le plus d’adhésions possibles au comité (membre actif 50 NF, membre bienfaiteur 250 NF, étudiants et lycéens 5 NF)… C’est pour vous, c’est pour nous, pour nos enfants que cette bibliothèque doit être reconstruite.” Juin 1963, au premier anniversaire de l’acte culturel criminel, l’incendie de la BU d’Alger, des cours, des conférences sur les bibliothèques et sur le rôle du livre dans l’Algérie nouvelle furent donnés dans les établissements scolaires, et un colloque télévisé fut organisé autour de la lecture. Ce qui est drôle, inimaginable et fou, c’est qu’à la date de 31/12/1984, un quart de siècle après l’incendie de la Bibliothèque universitaire d’Alger, la somme d’argent réunie par le Cirbua durant sa campagne dort encore, et jusqu’à nos jours, dans un compte bancaire !!! Allah yarham Mahmoud Bouayed, Jean Sénac et les autres. Bon courage à toute l’équipe de la BU d’Alger, à leur tête son directeur M. Abdallah Abdi et ses collaborateurs, qui continuent leur noble combat pour le livre et pour la mémoire de cette institution mémoriale.  Jadis, les Algériens aimaient le livre et respectaient les bibliothèques ! Peut-être parce qu’ils avaient la force de rêver et l’amour de construire. Ils rêvaient d’une Algérie forte, belle et prometteuse.

 

Amin Zaoui

 

(Publié dans le quotidien Liberté en deux parties  le jeudi 07 juin et le jeudi 14 Juin 2012 chronique Souffles)

  • Vu: 2001

A propos du rédacteur

Amin Zaoui

Lire Tous les textes d'Amin Zaoui

 

Rédacteur


Amin Zaoui est un écrivain algérien né le 25 novembre 1956 à Bab el Assa (Algérie). il écrit chaque jeudi deux articles un en arabe dans le quotidien arabophone echorouk et en français dans le quotidien francophone liberté.

 

 

 

1984-1995 : enseignant à l’université d'Oran (département des langues étrangères)

1988 : Doctorat d'État en littératures maghrébines comparées

1991-1994 : directeur général du Palais des Arts et de la Culture d’Oran

2000-2002 : enseignant à l’université d’Oran (département de la traduction)

2002-2008 : directeur général de la Bibliothèque nationale d'Algérie

2009 : membre du conseil de direction du Fonds arabe pour la culture et les arts (AFAC)

Conférencier auprès de plusieurs universités : Tunis, Jordanie, France, Grande-Bretagne.

 

Publications en français

Les romans d’Amin Zaoui ont été traduits dans une douzaine de langues : anglais, espagnol, italien, tchèque, serbe, chinois, persan, turque, arabe, suédois, grec…

 

Sommeil du mimosa suivi de Sonate des loups (roman), éditions le Serpent à plumes, Paris, 1997

Fatwa pour Schéhérazade et autres récits de la censure ordinaire (essai collectif), éditions L'Art des livres, Jean-Pierre Huguet éditeur, 1997

La Soumission (roman), édition le Serpent à Plumes, Paris, 1998 ; 2e édition Marsa, Alger. Prix Fnac Attention talent + Prix des lycéens France

La Razzia (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 1999

Histoire de lecture (essai collectif), éditions Ministère de la Culture, Paris, 1999

L’Empire de la peur (essai), éditions Jean-Pierre Huguet, 2000

Haras de femmes (roman), éditions le Serpent à Plumes, 2001

Les Gens du parfum (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

La Culture du sang (essai), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

Festin de mensonges (roman), éditions Fayard, Paris, 2007

La Chambre de la vierge impure (roman), éditions Fayard, Paris, 2009

Irruption d’une chair dormante (nouvelle), éditions El Beyt, Alger, 2009

 

En arabe

 

Le Hennissement du corps (roman), éditions Al Wathba, 1985

Introduction théorique à l’histoire de la culture et des intellectuels au Maghreb, éditions OPU, 1994

Le Frisson (roman), éditions Kounouz Adabiya, Beyrouth, 1999

L'Odeur de la femelle (roman), éditions Dar Kanaân, 2002

Se réveille la soie (roman), éditions Dar-El-Gharb, Alger, 2002

Le Retour de l'intelligentsia, éditions Naya Damas, Syrie, 2007

Le Huitième Ciel (roman), éditions Madbouli, Égypte, 2008

La Voie de Satan (roman), éditions Dar Arabiyya Lil Ouloume, Beyrouth ; éditions El Ikhtilaf, Alger, 2009

L'Intellectuel maghrébin : pouvoir - femme et l’autre, éditions Radjai, Alger, 2009