Identification

Lila, Goethe

Ecrit par Patryck Froissart 03.04.13 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Théâtre, Langue allemande

Lila, La Cause des Livres (2013), Edition bilingue (allemand/français), trad. de l’allemand Annemarie Neffgen, préface Maud Duval, postface Pierre Bourdariat, 123 p. 16 €

Ecrivain(s): Goethe

Lila, Goethe

 

Lila apprend par une lettre anonyme la mort de son mari le baron Sternthal. Elle tombe sans connaissance pour se réveiller folle, état qui empire lorsqu’on lui annonce que la nouvelle était dénuée de vérité et qu’elle voit réapparaître le baron. Elle le prend pour un spectre, assimile tous les membres de sa famille à des fantômes, et fuit dans les bois où elle erre en peine et en rond, épouvantée par toute tentative d’approche de la part de sa parentèle, plongée dans les ténèbres de nulle part (en donnant à son personnage le nom de Lila, Goethe savait probablement que ce mot, en arabe, désigne la nuit).

Pendant dix semaines se succèdent au château des charlatans qui lui appliquent sans succès les traitements courants à la fin du 18ème siècle (saignées, lavements, et autres thérapies bien plus douloureuses).

« Je frémis quand je pense aux cures que l’on a essayées sur elle, et je tremble à la pensée des autres cruautés qu’on voulait lui infliger avec mon accord », se lamente le baron, alors qu’on vient lui présenter un nouveau guérisseur, le médecin Verazio.

Mais voilà que Verazio, après avoir écouté avec attention les origines et les manifestations de la démence de Lila, propose un traitement inouï, consistant à entrer dans le délire de la jeune femme, mode thérapeutique qui, à l’époque de Goethe, anticipe d’un siècle Freud et ce qui deviendra par la suite la psychanalyse et, plus particulièrement, le psychodrame !

Tous les habitants du château, sous la férule de l’homme de science devenu dramaturge et metteur en scène, se déguisent et rejoignent Lila dans les bois où ils lui sont présentés par Verazio ayant endossé pour sa part le costume et le rôle de mage, comme des esprits bienveillants.

Alors commence une étrange sarabande avec chants, musiques et danses, dans cette atmosphère fantasmagorique qu’on retrouve de façon récurrente dans les pièces de Goethe.

le théâtre dans le théâtre

le rêve, l’illusion, le jeu, et la réalité qui s’entrelacent et se confondent

l’usage du masque trompeur pour démasquer la tromperie originelle

la puissance cathartique du verbe sur le public, et sa fonction d’auto-thérapie sur l’auteur lui-même

l’abolition, ou la transgression de la frontière entre l’ici et l’au-delà

l’amour qui vainc la maladie et la mort

une intrigue amoureuse qui vient s’intriquer dans la trame principale…

une telle richesse dans une pièce aussi courte (quatre actes brefs) procure au lecteur le vertige que seules provoquent les grandes œuvres et l’oblige à s’incliner devant l’éclatante évidence du génie.

Cerise sur le gâteau : cette édition comporte en préface une présentation érudite de la genèse de Lila, signée de Maud Duval, agrégée d’allemand, docteur en études germaniques, et offre en postface une intéressante réflexion de Pierre Bourdariat, psychanalyste et psychodramatiste, à propos de la relation qu’on est en droit d’établir entre cette œuvre de Goethe et les travaux du Docteur Jacob Levy Moreno (1892-1974) et de ses disciples contemporains sur la fonction thérapeutique du psychodrame.

 

Patryck Froissart


  • Vu : 6877

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Goethe

 

Johann Wolfgang van Goethe (1749-1832), célèbre poète allemand, se place avec ses nombreuses œuvres, au rang des plus grands poètes de l’histoire du monde.

 

A propos du rédacteur

Patryck Froissart

 

Tous les articles et textes de Patryck Froissart

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littératures française, indienne, arabe, africaine, créole, étrangère en général

Genres : romans, poésie, éssais

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Zulma, Actes Sud, JC Lattès

 

Patryck Froissart, originaire du Borinage, à la frontière franco-belge, a enseigné dans le Nord de la France, dans le Cantal, dans l'Aude, au Maroc, à La Réunion, à Mayotte, avant de devenir Inspecteur de l'Education Nationale puis proviseur, et de diriger à ce titre divers établissements à La Réunion et à Maurice.

Professeur de Lettres, il a publié: en 2011 La Mise à Nu, un roman (Mon Petit Editeur); en 2012, La Mystification, un conte fantastique (Mon Petit Editeur); en août 2013, Les bienheureux, un recueil de nouvelles (Ipagination Editions) pour lequel lui a été décerné le Prix Spécial Fondcombe 2014 ; en janvier 2015, La divine mascarade, un recueil de poèmes (Editions iPagination); en septembre 2016, Le feu d'Orphée, un conte poétique (Editions iPagination).

Il est co-auteur de Fantômes (2012) et de La dernière vague (2012), ouvrages publiés par Ipagination Editions.

Longtemps membre du Cercle Jehan Froissart de Recherches Poétiques de Valenciennes, il a collaboré à plusieurs revues de poésie et a reçu en 1971 le prix des Poètes au service de la Paix.

Actuellement conseiller en poésie et directeur de publication pour les Editions Ipagination, rédacteur de chroniques littéraires, Patryck Froissart est engagé dans diverses actions en faveur de la Francophonie.

Membre de la SGDL (Société des Gens de Lettres), et de la SPAF (Société des Poètes et Artistes de France), Patryck Froissart est également membre du jury du Prix Jean Fanchette, que préside JMG Le Clézio.