Identification

Les tristes champs d’asphodèles, Patrick Kermann

Ecrit par Marie du Crest 28.10.15 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Théâtre, Espaces 34

Les tristes champs d’asphodèles, 2015, 90 pages 14,80 €

Ecrivain(s): Patrick Kermann Edition: Espaces 34

Les tristes champs d’asphodèles, Patrick Kermann

 

« Dans la ville nocturne d’un monde catastrophé »

La pièce Les tristes champs d’asphodèles, de Patrick Kermann, a été publiée en 1999 aux éditions Phénix et créée au théâtre de la Digue à Toulouse par le groupe Arrière, mis en scène par Solange Oswald, qui a beaucoup travaillé sur Kermann. La relire en 2015 est une urgence, celle de la (re)découverte d’une parole théâtrale incandescente, qui va aux confins d’elle-même, celle du poète qui nous parle de notre monde mais surtout des mots qui portent ce monde à bout de mots. Le texte s’ouvre sur une dédicace à des frères de théâtre : Béhar, Gabily, Lerch et Piemme, comme si Kermann fondait sa propre recherche au sein d’une communauté artistique et littéraire.

De quoi s’agit-il ? D’une épopée, qui se souvient en épigraphe de la source mésopotamienne (Kermann cite Gilgamesh). Ou plutôt d’une suite de rencontres et d’épreuves, numérotées et titrées pour deux personnages indissociables, soudés dans l’orthographe de leur nom : Lun ; Lautre. Lun parle et Lautre n’y parvient pas. Il est incapable de « dire quoi ». Ils se meuvent tous deux, se séparant et se retrouvant, dans la ville du crépuscule (1) jusqu’à la nuit « agonisante avec ses brumes matinales » (14).

Ils croisent ainsi des garçons et des filles, le spectre d’un père, Mora l’amoureuse éperdue, trois empuses menaçantes, la femme-point-trop-vieille, le spectre de la mère, le meneur et tant d’autres simplement numérotés et tous ceux et celles qui passent et circulent dans les rues de la ville dangereuse (cf. les didascalies). A chacun sa voix, son articulation singulière du langage jusqu’au mutisme radical de Lautre, qui pourtant finira par se briser en chanson, venant de l’intérieur de lui, celle répétitive et réverbérée par la guitare de Rodolphe Burger, The shape on the ground, et que Lun reprend : A man is dead, a man is gone.

La parole seule, sans musique, dans le texte de Kermann, ne peut que buter, buter sur les mots, bégayer et bégayer toujours, toutoutoujours dirait Paul Celan. Dans les premiers tableaux, la phrase s’absente totalement : des listes de quelques mots sur la page et des mots souvent déchiquetés sur le mode de l’aphérèse, amputés de leur première syllabe (1) p.9 :

‘spire profond

‘pire ‘core

Peu à peu, elle cherche à s’élancer sans ponctuation, à occuper davantage l’entière page blanche comme lorsque le spectre du père d’une syntaxe toute en ruptures poétiques et médiévales :

alors quand cris bruits arrivent à mon ouïe

tout ébahi suis

tiens tiens m’dis

un nouveau chez les décrépis

le toutim du début

l’ahuri qui s’écrie…

Le tragique en quelque sorte n’est pas affaire de narration, de situations, mais bien de langage qui se consume ; ainsi la logorrhée de la Femme-point-trop-vieille dont les propos s’anéantissent au moment même où elle poursuit son monologue. Le principe du dialogue lui aussi est mis à mal : Lun parle tout seul face à Lautre ; Mora crie son amour dans le vide, les spectres sont dans l’au-delà irrémédiablement seuls. Kermann met en œuvre des formes du renoncement au sens, à la communication honnie : tentatives du dire quoi (1-7-14) ; thrène ou lamentation (2), rengaine (5), brève considération (9) ; échos (13). Kermann va jusqu’à placer l’effet réaliste, descriptif par convention des indications scéniques, dans une incertitude vacillante comme si sa pièce n’était qu’une hypothèse (il recourt ainsi au mode conditionnel. Des gens passeraient, p.50).

Mais ce qui fonde cette lutte du langage avec lui-même, ce pugilat entre les personnages, c’est la redite, le piétinement du sens comme l’on dirait tourner en rond. La dernière didascalie d’ailleurs invite à une reprise, à une sorte de Da capo al coda (p.90). Répétition d’un mot comme dis, p.10, repris huit fois ou des passages devenant litanies. Il y a quelque chose que révèle la pièce de Kermann, c’est que l’impuissance du langage fait toujours basculer les hommes dans la violence du corps à corps. Les empuses sont des mantes religieuses, des violeuses, Mora la désespérée, une suicidaire et Lun, l’étrangleur, l’assassin de Lautre. Rouge est la couleur du texte.

 

Marie Du Crest

 


  • Vu : 2196

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Patrick Kermann

 

Patrick Kermann est né en 1959. Germaniste de formation, il écrit des livrets d’opéra, des textes pour des installations, et une dizaine de pièces de théâtre dont La mastication des morts qui fit date lors de sa création par Solange Oswald et le Groupe Merci, au festival d’Avignon en 1999. Il se donne la mort en 2000. Les éditions Espaces 34 ont entrepris de publier ses textes inédits et introuvables. Ses pièces continuent d’être montées un peu partout en France. Chez le même éditeur : Le jardin des reliques, inédit, 2014 ; De quelques choses vues la nuit, 2012. A paraître : Thrène ; Prédelles.

 

A propos du rédacteur

Marie du Crest

Lire tous les articles et textes de Marie Du Crest

 

Rédactrice

Théâtre

Espaces 34, Actes Sud Papiers

 

Née en 1959 à Lyon. Diplômée de philosophie et agrégée de Lettres modernes. Des passions : le théâtre contemporain français et étranger, les arts, l'Asie.

A vécu longtemps à Marseille, ville qu'elle n'oubliera pas. Mer Plages Tongs.

Enseigne depuis cinq ans  avec ironie les cultures de la communication.