Identification

Les Travaux et les jours (extrait), par Ivanne Rialland

Ecrit par Ivanne Rialland 14.12.16 dans La Une CED, Ecriture

Les Travaux et les jours (extrait), par Ivanne Rialland

 

Album de famille

Une fresque ou tapisserie aux motifs vifs mais indistincts et devant vingt petits visages inconnus. Elle au premier rang, avec un pantalon de velours côtelé bordeaux, de grosses chaussures d’hiver. Deux nattes, la mine sérieuse des enfants timides, qui aimeraient être ailleurs. De ces années de maternelle ne surnagent dans sa mémoire que quelques images au contour flou, et cette attente, diffuse, que cela finisse, qu’on puisse rentrer chez soi. Attente qui a innervé ensuite tant d’années de sa vie – attendre la fin du jour, de la semaine, attendre Noël, l’été, les vacances – fantôme scolaire tenace jusqu’à ce qu’elle se rende compte qu’étaient bons le jour, la semaine et l’année, et qu’attendre la fin c’était presser sa mort. Il avait fallu que s’estompe goutte à goutte ce désagrément d’être avec, le groupe, les autres, le bruit, cette tension dans l’apparaître, que se renforce cette capacité à s’abstraire, que se développe, douloureusement, une aptitude à la fluidité sociale – passer, repasser, circuler, se frôler, tissage superficiel et subtil qu’elle met en œuvre aujourd’hui avec une aisance qui l’émerveille encore tout en gardant persistant avec les années le sentiment de sa vacuité. Compagnonnages éphémères dont elle doute toujours de la réciprocité.

Vingt petits visages inconnus. Tout petits garçons aux chemises blanches, toutes petites filles en robes longues, aux cheveux bouclant sur les épaules, en sandales. Elle nattée pantalonnée chaussée de dur et de solide. Elle n’a pas souvenir que cela ait eu de l’importance. Elle n’a d’ailleurs pas souvenir de ces visages, ni du nom de la maîtresse, jeune brune ronde et bronzée. Un visage seulement lui est plus familier de l’avoir vu sur les photos d’une antique fête déguisée : camarade proche, amie, il n’en est rien resté qu’un costume de petit chaperon rouge qui n’ôte ni n’ajoute rien à l’énigme d’une mémoire scellée.

 

Ivanne Rialland

 


  • Vu : 2342

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Ivanne Rialland

 

Lire les textes et articles d'Ivanne Rialland


Rédactrice


Ivanne Rialland est écrivain et chercheur.

Elle travaille notamment sur l'écrit sur l'art au XXe siècle et sur le récit surréaliste.

Agrégée de lettres, elle enseigne à l'heure actuelle à l'université de Versailles-St Quentin en Yvelines.

Elle a publié deux romans chez Alexipharmaque, C (2009) et Pacific Haven (2012)