Identification

Les rayons de la liberté, Mon tour du monde à vélo, Jacques Sirat

Ecrit par Jean Durry 11.01.18 dans La Une Livres, Les Livres, Voyages, Critiques, Récits, Le Rouergue

Les rayons de la liberté, Mon tour du monde à vélo, novembre 2017, 224 pages, 25,90 €

Ecrivain(s): Jacques Sirat Edition: Le Rouergue

Les rayons de la liberté, Mon tour du monde à vélo, Jacques Sirat

Ce livre est de douze ans le frère cadet de Cyclo-nomade, Sept ans autour du monde, du même auteur paru en 2005 aux mêmes éditions du Rouergue, publication assez remarquable dans la famille des explorations vélocipédiques de la planète Terre, aussi bien par son large format carré (0,255 x 0,255) que par sa très belle et forte couverture glacée, ainsi que par la qualité visuelle et typographique de sa présentation en deux colonnes illustrées des multiples photos captées au fil de son périple par le pédaleur. Jacques Sirat, ancien postier, refusant un beau jour une vie routinière et tracée d’avance, avait largué les amarres le 31 juillet 1994 depuis Sainte-Mère, son petit village familial du Gers, prenant son élan pour une randonnée pédestre qui allait lui permettre de courir en seize mois et demi à travers 32 pays d’Europe. Après son retour, refusant de « renouer avec un quotidien sédentaire », il redéployait déjà des cartes ; et le lundi de Pâques 31 mars 1997, se lançait à nouveau, mais sur un destrier à deux roues, ignorant qu’il ne reviendrait qu’un septennat plus tard après avoir touché au long de 80.000 kilomètres plus de 50 contrées. Le voyage est devenu pour lui « un réel mode de vie qui m’engloutit peu à peu » ; il s’y trouve « en totale union avec ce qui m’entoure, en parfaite concordance avec cette itinérance ».

Cette fois-ci, le 2 juillet 2011, il est reparti encore, à la quête de lui-même, sur sa machine lestée toujours de 70 kilos de paquetages divers – tente, hamac, réserves de nourriture pour plusieurs jours – lui assurant indépendance et autonomie. Le principe de narration n’a pas changé : celle d’un carnet de voyage, dans une langue fluide et simple de bon niveau – à l’exception de l’usage impropre de « dénoter » au lieu de détonner. Les paysages, les émotions, les rencontres et l’accueil hospitalier si généreux par les plus démunis ; le rejet de la civilisation du vacarme, de la consommation forcenée, du tourisme massif ; de la violence et des guerres. Dans une équipée derechef de près de 45 pays : Europe de l’Ouest et de l’Est ; route de la soie jusqu’en Chine ; Asie du Sud-Est ; Australie et Nouvelle-Zélande ; Afrique – de l’Afrique du Sud au Kenya lorsqu’une chute violente interrompt brutalement la pédalée manquant de coûter la vie au bourlingueur au long cours, qui sauvé de justesse et rapatrié mettra presque deux années à se remettre d’aplomb.

Sans doute souhaiterait-on quelques précisions : sur les dates successives du parcours ; les développements utilisés pour se désembourber, venir à bout du sable des déserts, gravir avec obstination et plaisir les ascensions interminables. Mais ce qui importe à Jacques Sirat, auteur et photographe, c’est de partager avec nous sa douce philosophie ambulatoire, celle d’un homme qui a su se créer à sa manière un univers de liberté, quelles que soient les routes, les sentiers ou les pistes conquis, au gré de sa fantaisie – voilà qui n’est pas donné à tous. Si ce n’est toutefois par la magie de la lecture et de l’imagination.

 

Jean Durry

 


  • Vu : 349

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Jacques Sirat

 

Jacques Sirat est "cyclonomade" et "vagamondiste".

 

A propos du rédacteur

Jean Durry

Lire tous les articles de Jean Durry


Rédacteur

Ardent défenseur de la langue française, Jean Durry a rejoint avec un vif plaisir l’équipe de « La Cause Littéraire ». Fils de Marie-Jeanne Durry, créatrice en 1945 du « Bulletin Critique », et lui-même président (2001-2013) des « Amis du Bulletin Critique du Livre en Français », il a fait du « Sport, culture vécue » son propre fil conducteur. Ecrivain – grand prix « Sport et littérature » 1992 -, historien et analyste du sport et de l’olympisme, fondateur du Musée National du Sport qu’il a dirigé près de 4 décennies (1963-2001), conférencier international, chroniqueur (presse, radio, télévision), président de la Fédération International du cinéma et de la vidéo sportifs (1987-1991), il a été le concepteur de quelque 200 expositions en France et hors de France.