Identification

Les Lundis en Coulisse ou Lire le Théâtre, par Marie du Crest

Ecrit par Marie du Crest le 10.05.16 dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

Les Lundis en Coulisse ou Lire le Théâtre, par Marie du Crest

 

Le lundi, les gens de théâtre font relâche ; ils peuvent ainsi appréhender autrement et ailleurs leur travail. Ainsi en 2002, Gislaine Drahy du Théâtre Narration à Lyon lance la belle idée des Lundis en Coulisse, reprise par François Rancillac au Théâtre de l’Aquarium (Cartoucherie de Vincennes), à Dijon et en Belgique.

Un lundi par mois donc, des comédiens, metteurs en scène se rencontrent pour une journée autour d’un hôte (auteur, éditeur, critique, membre d’un comité de lecture…) qui leur soumet un choix de pièces contemporaines qu’ils vont s’approprier en première lecture. Le protocole met en place selon les textes (distribués ou non distribués) un processus de lecture faisant correspondre comédiens et rôles ou voix multiples, parfois interchangeables, très présentes dans les écritures contemporaines. Ainsi les professionnels se rencontrent-ils hors de leur compagnie, se retrouvent, « s’expérimentent » autour d’œuvres d’une très grande diversité de forme et de propos.

Le lundi 25 avril, c’est Sabine Chevallier, fondatrice des Editions Espaces 34, l’une des maisons importantes en matière de publications de textes contemporains français et étrangers, mais également de théâtre pour le jeune public et de théâtre du XVIIIème siècle, qui convie à la lecture de cinq textes de « ses auteurs », dans le cadre serein de la Villa Gillet, à La Croix-Rousse. Le programme s’affiche sur le grand miroir, au-dessus de la cheminée :

Défaut de fabrication, de Jérôme Richer

Zou, de Remi Checcheto

Alliance, de Claudine Galea

Dévastation, de Dimitris Dimitriadis

La nuit la Chair, de David Léon

Les comédiens volontaires s’installent derrière une longue table, face à l’auditoire (l’écoute ici est première), à la manière de conférenciers, avec devant eux les feuilles des textes à tourner. Une feuille A4, collée, indique quel rôle, quelle voix ils vont investir : un homme, une femme, une lectrice à haute voix des abondantes didascalies du premier texte, celui de Jérôme Richer. Pour le deuxième texte, Zou,écrit comme un poème polyphonique, le texte est divisé en quatre temps pour quatre comédiens (trois femmes et un homme), aux registres interprétatifs très différents. Deux lecteurs ensuite, à nouveau un homme et une femme travaillent sur un texte non distribué de Claudine Galea, jouant sur deux temporalités (souvenirs d’enfance et présent). Qui lit ? Et à quel moment ? Leurs deux voix parfois se superposent, se décalent insensiblement comme dans un chant, comme dans la comptine ancienne citée dans la pièce A la volette.

La pièce grecque elle, exige une distribution importance (treize lecteurs), sur le modèle de l’antique tragédie : nourrice et chœur de femmes, rois et reines, Arides accablés par le Destin. Il s’agit de ne pas se tromper de rôle, de parler à la place d’un autre personnage. Enfin retour à un dispositif plus simple pour le texte de David Léon, présent dans la salle : un couple homme femme mais qui pourrait tout aussi bien être constitué d’un homme et d’un homme, ou, selon ses indications, d’une seule voix (féminine), comme ce sera la cas lors du spectacle au tout prochain Printemps des Comédiens de Montpellier.

Lire le théâtre est comme une expérimentation ascétique : le texte ne fait que se dire même si les comédiens habités par leur métier quelquefois s’abandonnent au jeu en posant les yeux sur l’autre lecteur comme dans un face-à face de plateau, ou en arrêtant leur regard sur l’assemblée, en faisant des gestes comme marteler de ses doigts la table sur laquelle repose le texte. Les comédiens dévoilent pour la première fois le sens des pièces, leur chair, que la lecture silencieuse plonge souvent dans le mystère du sens. Plaisir partagé de ceux qui écoutent et de ceux qui articulent les mots et annoncent les promesses du spectacle à venir.

On peut retrouver et suivre les Lundis en Coulisse sur www.theatrenarration.com

 

Marie Du Crest

 


  • Vu: 1726

A propos du rédacteur

Marie du Crest

Lire tous les articles et textes de Marie Du Crest


Rédactrice

Théâtre

Marie Du Crest  Agrégée de lettres modernes et diplômée  en Philosophie. A publié dans les revues Infusion et Dissonances des textes de poésie en prose. Un de ses récits a été retenu chez un éditeur belge. Chroniqueuse littéraire ( romans) pour le magazine culturel  Zibeline dans lé région sud. Aime lire, voir le Théâtre contemporain et en parler pour La Cause Littéraire.