Identification

Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison, Arto Paasilinna

Ecrit par Léon-Marc Levy 06.11.11 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Pays nordiques, Roman, Denoël

Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison. Trad. du finnois par Anne Colin du Terrail. Mai 2011. 343 p. 20 €

Ecrivain(s): Arto Paasilinna Edition: Denoël

Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison, Arto Paasilinna

 

Chaque moment de retrouvailles avec Arto Paasilinna et ses univers merveilleux (entendez bien « merveilleux » au sens de contes merveilleux) constitue une promesse – toujours tenue – de jubilation à la fois littéraire et humaine. Le maître finlandais possède cette aptitude magique à faire naître sous sa plume des univers et des êtres magnifiques de folie, d’étrangeté, de bonté, de délire. Et les histoires vont avec. Abracadabrantes, improbables, aux marges du conte fantastique et cependant tellement proches de l’humaine condition.

L’inspecteur principal Jalmari Jyllänketo, de la sûreté nationale finlandaise enquête dans le cadre pour le moins énigmatique d’un ancien Kolkhoze minier devenu  l’entreprise de culture bio la plus florissante du pays. On y fait pousser, dans les galeries souterraines, des champignons particulièrement succulents (!) et dans les champs immenses des herbes aromatiques sublimes.

Cette prospérité d’un domaine agricole sur des terres situées aux limites de la Laponie est justement ce qui a intrigué la sécurité nationale et notre inspecteur, se faisant passer pour un contrôleur du label « bio », vient y farfouiller pour comprendre les clés du succès. Et l’art de Paasilinna fait le reste ! Une aventure picaresque hilarante et un tableau attachant d’un monde peuplé de personnages aussi déjantés que séduisants.

L’ « Etang aux Rennes » (c’est le nom de domaine) est une sorte de kolkhoze en pleine Finlande européenne et capitaliste. Le projet avait bien alerté les pouvoirs publics, en raison des idéaux communistes affichés : « Le président de la république en personne, avait considéré le projet de l’Etang aux rennes comme une folie et une expérience politiquement dangereuse ». Mais en fin de compte :

 

« Il avait décidé de noyer ces rêves socialisants au plus profond des marécages lapons, dans l’espoir qu’aucune bouffée de délire collectiviste n’en remonte jamais à la surface.. Les tourbières ferrugineuses de Turtola n’étaient peuplées que de grues et de grenouilles, et aucun agriculteur sain d’esprit n’aurait jamais planté sa bêche dans ces terres spongieuses sujettes aux gelées blanches. On ne trouvait de cinglés pareils qu’en Laponie. »


Et l’inspecteur Jalmari Jyllänketo va aller de surprise en stupéfaction ! Au milieu de personnages plus fous les uns que les autres, peu à peu, il va percer le mystère de l’Etang aux Rennes (car il y a bien un mystère !), menant son enquête installé dans ce lieu auquel il va s’attacher au point de rêver de n’en plus partir !

Et quelles rencontres ! Entre la belle Sanna Saarinen qui le couvre de soins (et le couve du regard) et un aviateur devenu régisseur à la vie sexuelle agitée, qui rêve de faire installer une piste d’atterrissage au milieu des marécages, la vie de notre policier n’a jamais connu pareil chamboulement ! On y rencontre même des porcelets amoureux et jaloux !


« Une nuit, lors que l’aviateur, après une longue absence, se dépensait dans la chambre à coucher avec Irmeli, le porcelet jaloux les avait rejoints, avait grimpé sur le lit et tenté d’en déloger l’homme qui lui avait pris sa place. Kasurinen avait essayé de le chasser d’une main, mais rien à faire, avec cette tête de lard. Il avait ensuite tenté de le faire descendre de là à coups de pied, mais l’animal avait esquivé et crié comme si on l’égorgeait. Finalement le goret avait planté les dents dans son postérieur en mouvement. "Il m’a mordu, ce con !"

Mais le galant aviateur n’était pas du genre à se laisser interrompre dans son envol vers le nirvana. Tandis qu’Irmeli gémissait sous lui, il avait poursuivi sa besogne, tout en tentant de faire lâcher prise au cochon agrippé à ses fesses nues. »


Et puis, vous ne perdrez pas votre temps à ne lire qu’une histoire avec ce Paasilinna ! Vous avez droit, pour le même prix, à un cours complet de patois savolais (de Savonie !) auprès duquel le jargon de nos gamins et de leurs textos devient une langue d’une rare tenue ! Jugez donc, avec la vieille Emma Oikarinen :


« Nom de Djou ! Mi qui sonjwa d’jà quë j’dalwa m’rouleu dès l’foûrâje avèc in jonne couyu. Mès ëj’wa quë j’sû trop vièle poûr vous. » (La bienséance interdit ici toute traduction …)


Vous suivrez bien sûr en riant jusqu’au bout l’ « enquête » du limier Jyllänketo. Mais vous y découvrirez aussi, à chaque page, l’amour des hommes qui nourrit l’univers paasilinnien, et le rêve d’un monde plus juste et plus beau. Vous y trouverez même, entre les lignes mais en basse continue, une sorte de manifeste libertaire et écologiste ! Depuis « Le lièvre de Vatanen », Arto Paasilinna n’a jamais cessé de nous décliner ce rêve, dans un immense éclat de rire !


Léon-Marc Levy


VL3

NB : Vous verrez souvent apparaître une cotation de Valeur Littéraire des livres critiqués. Il ne s’agit en aucun cas d’une notation de qualité ou d’intérêt du livre mais de l’évaluation de sa position au regard de l’histoire de la littérature.

Cette cotation est attribuée par le rédacteur / la rédactrice de la critique ou par le comité de rédaction.

Notre cotation :

VL1 : faible Valeur Littéraire

VL2 : modeste VL

VL3 : assez haute VL

VL4 : haute VL

VL5 : très haute VL

VL6 : Classiques éternels (anciens ou actuels)


  • Vu : 7135

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Arto Paasilinna

Arto Paasilinna est né dans un camion à Kittilä, en Laponie finlandaise, le 20 avril 1942. En plein exode, sa famille fuyant les Allemands est chassée vers la Norvège, puis la Suède et la Laponie finlandaise. Paasilinna (« forteresse de pierre » en finois) est un nom inventé par son père, qui s’était fâché avec ses parents au point de changer de nom.

« J’ai connu quatre états différents dans ma prime jeunesse. La fuite est devenue une constante dans mes récits, mais il y a quelque chose de positif dans la fuite, si avant il y a eu combat. »

Dès l'âge de treize ans, il exerce divers métiers, dont ceux de bûcheron et d'ouvrier agricole. « J’étais un garçon des forêts, travaillant la terre, le bois, la pêche, la chasse, toute cette culture que l’on retrouve dans mes livres. J’ai été flotteur de bois sur les rivières du nord, une sorte d’aristocratie de ces sans-domicile fixe, je suis passé d’un travail physique à journaliste, je suis allé de la forêt à la ville. Journaliste, j’ai écrit des milliers d’articles sérieux, c’est un bon entraînement pour écrire des choses plus intéressantes. »

En 1962 - 1963, il suit les cours d'enseignement général de l'École supérieure d'éducation populaire de Laponie, puis entre comme stagiaire au quotidien régional Lapin Kansa (Le Peuple lapon).

Il collabore de 1963 à 1988 à divers journaux et revues littéraires. Également auteur de vingt romans traduits dans de nombreux pays, Arto Paasilinna est scénariste pour le cinéma et la télévision. Il s'intéresse aux arts graphiques et écrit des poèmes.

Figure emblématique de la littérature finlandaise, Arto Paasilinna a remporté depuis quelques années les faveurs d'un public fidèle grâce à une œuvre originale, peuplée de personnages singuliers, mais aussi par un sens de l'humour et de la narration rare. 
Avouons-le d'emblée, tout, chez Paasilinna, n'est que redites et c'est ce qui fait son charme, la répétition d'une recette dont lui seul connaît le secret.

Depuis la publication du Lièvre de Vatanen, le roman qui l'a véritablement lancé, l'écrivain originaire de Laponie se plaît à envoyer promener ses personnages un peu partout en Finlande, à la manière de vagabonds existentialistes partis en quête du petit rien qui manquait à leur vie : la liberté.
« Les Finlandais ne sont pas pires que les autres, mais suffisamment mauvais pour que j’aie de quoi écrire jusqu’à la fin de mes jours. »


Bibliographie
• Le Lièvre de Vatanen. Éd. Denoël, 1989, 1994, 2002, 2006/ Gallimard Folio, 1993.
Le Meunier hurlant. Éd. Denoël, 1991, 2002/ Gallimard Folio, 1994.
• Le Fils du Dieu de l’orage. Éd. Denoël, 1993/ Gallimard Folio, 1995.
La Forêt des renards pendus. Éd. Denoël, 1994/ Gallimard Folio, 1996.
• Prisonniers du paradis. Éd. Denoël, 1996/ Gallimard Folio, 1998.
• La Cavale du géomètre. Éd. Denoël, 1998/ Gallimard Folio, 2000.
• La Douce empoisonneuse. Éd. Denoël, 2001/ Gallimard Folio, 2003.
• Petits suicides entre amis. Éd. Denoël, 2003.
• Un homme heureux. Éd. Denoël, 2005.
Le Bestial Serviteur du pasteur Huuskonen. Éd. Denoël, 2007.
• Le Cantique de l'apocalypse joyeuse. Éd. Denoël, 2008.
• Les Dix Femmes de l'industriel Rauno Rämekorpi. Éd. Denoël, 2009.
• Sang chaud, nerfs d'acier. Éd. Denoël, 2010.


(Calou l'ivre de lecture)


A propos du rédacteur

Léon-Marc Levy

 

Lire tous les articles de Léon-Marc Levy


Directeur du Magazine

Agrégé de Lettres Modernes

Maître en philosophie

Auteur de "USA 1" aux éditions de Londres

Domaines : anglo-saxon, italien, israélien

Genres : romans, nouvelles, essais

Maisons d’édition préférées : La Pléiade Gallimard / Folio Gallimard / Le Livre de poche / Zulma / Points / Actes Sud /