Identification

Le club des longues moustaches, Michel Bulteau (par Philippe Leuckx)

Ecrit par Philippe Leuckx 20.11.20 dans La Une Livres, Anthologie, La Table Ronde - La Petite Vermillon, Critiques, Les Livres, Récits

Le club des longues moustaches, Michel Bulteau, 208 pages, 7,30 €

Edition: La Table Ronde - La Petite Vermillon

Le club des longues moustaches, Michel Bulteau (par Philippe Leuckx)

 

On a pu oublier certains auteurs de la fin du XIXe, début du XXe, parce que de grandes pointures, comme Proust, Gide, ont certes fait de l’ombre à des écrivains talentueux, que la renommée a moins choyés.

Bulteau, amoureux de cette littérature-là, issue de poètes et de romanciers arborant de belles bacchantes, fous de l’Italie, d’une certaine manière de vivre dans de beaux hôtels, et par là-même un peu en marge des autres auteurs, en profite pour nous donner un essai qui réactualise ces moments de littérature, sauve de l’oubli nombre d’auteurs qui le méritent, et que même un Petit Robert des noms propres ne cite plus, nous plonge dans une atmosphère de la Belle Epoque et au-delà.

Si le Petit Robert aligne encore des notices relatives à Emile Henriot, Edmond Jaloux ou Henri de Régnier, Abel Bonnard, Francis de Miomandre, Jean-Louis Vaudoyer ont disparu corps et biens. C’étaient des amis, des italophiles, italianistes dans l’âme, qui ont écumé Venise, Rome, ont évoqué à grand renfort de livres de souvenirs (Esquisses… Promenades italiennes… Rome… Stendhaliana, etc.) les splendeurs intimes, cachées ou célèbres de la péninsule.

On lit avec gourmandise et érudition ces deux cents pages d’anecdotes, de fragments des livres, d’histoire littéraire. Plusieurs d’entre ces écrivains ont terminé à l’Académie Française, c’est dire qu’ils furent reconnus pour leur culture immense, pour leur écriture, parfois précieuse, toujours soignée. Ce furent des écrivains aptes à saisir des ambiances, à séduire par leurs atmosphères, ou par leurs errances vagabondes, surannées, désuètes ou culturelles.

Ces gens savaient vivre, prendre les voyages comme projets de vie, assumer aussi leur légère oisiveté d’écrivains en balade.

Bulteau connaît tout du parcours de chacun, comme il a mesuré la longueur ou la forme de leurs belles moustaches-fin de siècle, signe de ralliement et de fraternité littéraire.

On sent l’auteur de cet essai fier d’avoir déniché des auteurs, qui paraissaient du second rayon, et qui ont tout à nous apprendre sur une certaine qualité de vie et de regard artistique.

Les écrivains précités savent décrire, humer l’air italien, partager des recettes, des lieux, des sites de beauté pure.

De tempérament mélancolique et itinérant, ces écrivains happent avec maestria l’air du temps, savent éloquemment parler des femmes désirées, possédées ou rêvées ; ils annoncent aussi une certaine élite intellectuelle des années 20 qui siégeait abondamment sur la Riviera.

Ce goût des écrivains perdus, et retrouvés, donne à cet essai brillant, magnifiquement documenté, un parfum indispensable, comme celui d’un outil dont on se serait passé, et qui manque toujours.

Un fameux jalon des lettres françaises, pour des auteurs nés entre 1864 et 1889.

 

Philippe Leuckx

 

Michel Bulteau, poète et essayiste français, né en 1949, est l’auteur, entre autres, de : Apollon jeté à terre Andy Warhol, le désir d’être peintre.

  • Vu : 295

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Philippe Leuckx

 

Lire tous les articles de Philippe Leuckx

 

Philippe Leuckx est un écrivain et critique belge né à Havay (Hainaut) le 22 décembre 1955.

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, italienne, portugaise, japonaise

Genres : romans, poésie, essai

Editeurs : La Table Ronde, Gallimard, Actes sud, Albin Michel, Seuil, Cherche midi, ...