Identification

Le Bâton d’Euclide. Pouvoir politique et liberté de création (par Mustapha Saha)

Ecrit par Mustapha Saha le 26.09.19 dans La Une CED, Les Chroniques

Le Bâton d’Euclide. Pouvoir politique et liberté de création (par Mustapha Saha)

 

La citation d’Euclide, « En géométrie, il n’y a pas de chemin réservé aux rois », au-delà de son contexte particulier d’une relation légendaire entre un philosophe libre de toute entrave et un monarque omnipuissant, omniprésent, qui entendait tout contrôler, tout surveiller, tout régir, les affaires publiques et les mœurs privées, pose la problématique des rapports forcément conflictuels, pour ne pas dire aporétiques, entre la liberté de création, qui implique une émancipation totale de l’esprit et du comportement de toute emprise institutionnelle, et l’obéissance sociale exigée par le pouvoir établi. Euclide signifie à Ptolémée qu’il a beau être le maître du monde, il ne peut avoir aucune influence sur la science, la poésie, l’art, parce ces univers échappent à son petit monde. Les muses fécondatrices du génie humain choisissent rarement les hommes de pouvoir pour inséminer leur inspiration. Devant la création artistique, littéraire, scientifique, tous les humains sont égaux, ne les distinguent que la qualité singulière de leur passion et leur obstination à lui donner vie.

Ptolémée n’avait qu’un seul souci, légitimer et consolider son pouvoir, entrer dans l’histoire comme un monarque des lumières, auquel aucun domaine politique, militaire, économique, social, culturel, n’échappât. Parce qu’il se voulait également un érudit, fin connaisseur de tous les sujets, il assistait assidûment aux cours d’Euclide à l’Académie où il interpella le professeur, comme un étudiant surdoué voulant se faire remarquer, d’où ce dialogue à l’origine de la célèbre citation :

– Je viens de lire ton cinquième livre des Éléments. Il est sans doute fort beau, mais je n’ai rien compris. N’y a-t-il pas un chemin plus court pour définir la notion de rapport ? dit Ptolémée.

– Il n’est pas dans les sciences de voie directe réservée aux rois, répliqua Euclide, qui reprit son bâton et poursuivit son cours.

Euclide était un génie précoce, un esprit anticipateur, un homme libre, pleinement conscient de sa valeur scientifique, indifférent aux sirènes de la gloire. Le savant, qui produisit très jeune ses premières découvertes, malheureusement disparu dans la force de l’âge, était connu pour sa franchise dévastatrice, son caractère frondeur, ses réparties tranchantes, qui ménageaient les faibles et frappaient les puissants. A peine avait-il déposé les trois volumes de son traité à la Bibliothèque d’Athènes, il s’en alla explorer les savoirs lointains le long du Nil, contempler les configurations parfaites des pyramides, taquiner les muses sous le soleil de Gizeh. Il savait que l’art, la poésie, la science, la culture en général, n’avaient jamais obéi à aucun pouvoir, terrestre ou céleste, qu’elles labouraient leurs jardins loin des sentiers battus, qu’elles n’avaient d’autre motivation que l’exploration des savoirs inconnus, d’autre carburant que l’énergie imaginative, d’autre finalité que l’épanouissement intellectuel de l’humanité, et que les monarques véritablement éclairés sont ceux qui ont l’intelligence de reconnaître l’effervescence créative, quand elle émerge, fusse dans les marges délaissées, et de lui fournir les moyens matériels de se réaliser. Si Ptolémée est entré dans l’histoire par le grand propylée, c’est parce qu’il avait cette intelligence intuitive de maître d’ouvrage. Quand le brouillard politique se densifie, le monarque éclairé guette les lueurs des lendemains ensoleillés.

 

Mustapha Saha

 

  • Vu: 601

A propos du rédacteur

Mustapha Saha

Lire tous les articles de Mustapha Saha

 

Depuis son enfance, Mustapha Saha explore les plausibilités miraculeuses de la culture, furète les subtilités nébuleuses de l’écriture, piste les fulgurances imprévisibles de la peinture. Il investit sa rationalité dans la recherche pluridisciplinaire, tout en ouvrant grandes les vannes de l’imaginaire aux fugacités visionnaires. Son travail philosophique, poétique, artistique, reflète les paradoxalités complétives de son appétence créative. Il est le cofondateur du Mouvement du 23 mars à la Faculté de Nanterre et figure historique de mai 68 (voir Bruno Barbey, 68, éditions Creaphis). Il réalise, sous la direction d’Henri Lefebvre, ses thèses de sociologie urbaine (Psychopathologie sociale en milieu urbain désintégré) et de psychopathologie sociale (Psychopathologie sociale des populations déracinées), fonde la discipline Psychopathologie urbaine, et accomplit des études parallèles en beaux-arts. Il produit, en appliquant la méthodologie recherche-action, les premières études sur les grands ensembles. Il est l’ami, dans les années soixante-dix et quatre-vingt, de grands intellectuels et artistes, français et italiens. Il accompagne régulièrement Jean-Paul Sartre dans ses retraites romaines et collabore avec Jean Lacouture aux éditions du Seuil. Il explore l’histoire du « cinéma africain à l’époque coloniale » auprès de Jean-Rouch au Musée de l’Homme et publie, par ailleurs, sur les conseils de Jacques Berque, Structures tribales et formation de l’État à l’époque médiévale, aux éditions Anthropos.

Artiste-peintre et poète, Mustapha Saha mène actuellement une recherche sur les mutations civilisationnelles induites par la Révolution numérique (Manifeste culturel des temps numériques), sur la société transversale et sur la démocratie interactive. Il travaille à l’élaboration d’une nouvelle pensée et de nouveaux concepts en phase avec la complexification et la diversification du monde en devenir.