Identification

Là où la nuit / tombe, Stéphane Sangral (par Claire-Neige Jaunet)

Ecrit par Claire-Neige Jaunet 17.12.18 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Poésie, Editions Galilée

Là où la nuit / tombe, avril 2018, 109 pages, 12 €

Ecrivain(s): Stéphane Sangral Edition: Editions Galilée

Là où la nuit / tombe, Stéphane Sangral (par Claire-Neige Jaunet)

 

Chaque soir la nuit tombe, où que l’on se trouve – où l’on se trouve : quoi de plus banal, naturel, anodin… que ce phénomène cosmique quotidien qui rythme notre vie et notre temps terrestre.

Anodin ? Pas lorsque Stéphane Sangral entre dans les heures nocturnes et s’aventure dans un enchaînement de séquences qui, ayant mis « la vie en panne », proposent une matière à déchirer : la nuit.

La nuit : un espace pour les mots qui portent en eux « le fond », l’avers du jour qui, lui, est « la forme » de notre existence. Des mots qui donnent une nouvelle couleur à la ville, à la vie, aux rêves, et cherchent le chemin à travers l’informe, en quête de certitudes entre vérité et mensonges, en quête de « vrais soi » – au prix de doutes et au risque de noyade : le Néant qui accapare tout guette le moi.

Car la nuit et ses heures qui passent est le moment des sanglots, des épines, des craintes, du mystère, de tous les nœudsde l’être. C’est un océan où le moi se perçoit goutte perdue dans une immensité où la raison claire « tourne en rond », et cherche dans le langage, pour s’y retrouver, de nouvelles modalités : des phrases perdent leur structure ; des mots ne trouvent plus leur place habituelle, dans la phrase ou dans la page ; des redondances de natures diverses tournent en rond pour saisir quelque chose ; la ponctuation cède la place à la libre respiration du propos ; des signes typographiques s’invitent dans le discours et, sortis de leur usage conventionnel, deviennent des signes au sens plein ; des lettres tombent ça et là sur la page, comme des feuilles d’automne sur un sol pluvieux, ou comme des astres éparpillés dans la cartographie du ciel.

… Car la nuit est trouée par les mots-étoiles qui trouvent le lien entre « l’écorce du jour » et la substance du dedans. Le poète est le veilleur que l’insomnie conduit, entre lectures et écriture, vers cette substance nocturne qui « est un poème » fait d’ombre et de lumière. La nuit est noire, comme l’encre qui trace la parole ou comme le tableau sur lequel la parole s’écrit, avec des mots d’exilé qui construisent une réalité plus qu’il ne saisissent le réel.

« La nuit dort et je veille et veille sur la Nuit » : ainsi se définit le poète. Mais est-ce assez pour sortir du cercle infernal du Temps, de la Mort, de l’étrangeté de vivre et des abîmes de la vie, de l’angoisse du matin qui vient dévorer la nuit et nous fait revenir dans le temps qui passe et qui nous conduit « là où le temps n’est plus à soi »… Là où la nuit / tombe

 

Claire-Neige Jaunet

 


  • Vu : 454

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Stéphane Sangral

 

Né en 1973, Stéphane Sangral est poète, philosophe et psychiatre.

 

A propos du rédacteur

Claire-Neige Jaunet

 

Claire-Neige Jaunet écrit régulièrement des chroniques de poésie pour Mobilis (pôle régional de coopération des acteurs du livre et de la lecture en Pays de la Loire).