Identification

L'obsession : le roman arabe contemporain est malade !

Ecrit par Amin Zaoui le 19.03.14 dans Chroniques régulières, La Une CED, Les Chroniques

L'obsession : le roman arabe contemporain est malade !

 

SOUFFLES ...


Je ne veux pas tomber dans des généralités infécondes, mais ce que je développe est phénoménal et mérite d’être pensé. Repenser. Le roman arabe contemporain est otage d’obsessions. Il est obsédé par la politique, démesurément idéologique. Il est fait de dénonciations, de lamentations et de “faux barrages” dressés par les islamistes ! Et parce qu’ils sont hantés par une seule obsession, les romanciers arabes écrivent la même chose, dans un même texte qui change de titre. Ils écrivent de la même façon la même amertume. Dans un monde Arabo-musulman où le romancier, dans sa vie privée comme dans ses pensées politiques ou philosophiques, est assiégé par une chaîne de montagnes d’interdits, de toutes couleurs, dans ce monde où la liberté individuelle est confisquée, l’individu n’est qu’un rien appartenant à un troupeau qui, à son tour, aux yeux des pouvoirs, n’est qu’un double rien !

Dans ce monde affolant et affolé, l’écriture romanesque est habitée par une seule obsession : la politique. La politique dans son sens péjoratif ! Cette situation littéraire perdure depuis l’ère des mouvements de libération nationale, dans la première moitié du siècle dernier. Dans une vie agitée, menacée et incertaine, le romancier arabisé ou arabophone n’a pas réussi à créer une distance de méditation ou de recul pour mieux regarder, mieux lire et analyser le cours de l’histoire. Dans la littérature romanesque arabe contemporaine, la distance existante entre le discours littéraire relevant de l’imaginaire d’un côté et le discours politique de l’autre est minime ou inexistante, presque. La voix idéologique est criarde. Là où la liberté politique, la liberté d’expression, la liberté d’opinion est menacée, interdite ou de façade, le discours littéraire romanesque se trouve noyé dans le politique, fait dans la dénonciation ou dans la célébration. Dans une terre d’islam où la religion, par sa présence politiquement intégriste ou hégémonique et socialement hypocrite, le lecteur se voit livré à un roman qui n’est que l’écho de la voix religieuse ou une autre contre la répression religieuse. Mais, dans les deux cas, on est toujours dans un discours politico-idéologique dénonciateur et hargneux ! Dans un bled où la femme est muselée, vue et considérée comme la sœur jumelle de la démone. La faute. Source de la honte. Handicapée. Célibataire, mariée, mère ou grand-mère, elle est mineure, incapable. Réduite à une chose ! Dans un monde pareil où la femme est condamnée à vivre, toute sa vie, derrière les barreaux d’accusation, le texte romanesque n’est qu’un tas d’obsessions sexuelles, de maladies sentimentales ou de déséquilibres charnels. Dans un espace cauchemardesque appelé le monde Arabo-musulman, où la misère, tous genres de misères, est incontestable, le roman n’est qu’un long texte répété et répétitif inondé d’obsessions sociales. Dénonciation d’el-hogra, l’humiliation. Dans une culture littéraire condamnée à subir les séquelles des saisons politiques, le roman arabe contemporain n’est que la résultante de cette situation : il n’est, lui aussi, que texte saisonnier. Dans ce monde Arabo-musulman, culturellement et politiquement déséquilibré, où le citoyen subit l’injustice, la dictature, l’intolérance, l’exclusion et le fanatisme, le roman arabe contemporain se ressemble. Le lecteur sent qu’il est en train de lire, cela perdure depuis presque un siècle, le même texte, un seul texte dont les personnages changent de nom et de ville. Et l’exception confirme la règle.

 

Amin Zaoui

(Liberté du jeudi 13 mars 2014)

 


  • Vu: 2506

A propos du rédacteur

Amin Zaoui

Lire Tous les textes d'Amin Zaoui

 

Rédacteur


Amin Zaoui est un écrivain algérien né le 25 novembre 1956 à Bab el Assa (Algérie). il écrit chaque jeudi deux articles un en arabe dans le quotidien arabophone echorouk et en français dans le quotidien francophone liberté.

 

 

 

1984-1995 : enseignant à l’université d'Oran (département des langues étrangères)

1988 : Doctorat d'État en littératures maghrébines comparées

1991-1994 : directeur général du Palais des Arts et de la Culture d’Oran

2000-2002 : enseignant à l’université d’Oran (département de la traduction)

2002-2008 : directeur général de la Bibliothèque nationale d'Algérie

2009 : membre du conseil de direction du Fonds arabe pour la culture et les arts (AFAC)

Conférencier auprès de plusieurs universités : Tunis, Jordanie, France, Grande-Bretagne.

 

Publications en français

Les romans d’Amin Zaoui ont été traduits dans une douzaine de langues : anglais, espagnol, italien, tchèque, serbe, chinois, persan, turque, arabe, suédois, grec…

 

Sommeil du mimosa suivi de Sonate des loups (roman), éditions le Serpent à plumes, Paris, 1997

Fatwa pour Schéhérazade et autres récits de la censure ordinaire (essai collectif), éditions L'Art des livres, Jean-Pierre Huguet éditeur, 1997

La Soumission (roman), édition le Serpent à Plumes, Paris, 1998 ; 2e édition Marsa, Alger. Prix Fnac Attention talent + Prix des lycéens France

La Razzia (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 1999

Histoire de lecture (essai collectif), éditions Ministère de la Culture, Paris, 1999

L’Empire de la peur (essai), éditions Jean-Pierre Huguet, 2000

Haras de femmes (roman), éditions le Serpent à Plumes, 2001

Les Gens du parfum (roman), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

La Culture du sang (essai), éditions le Serpent à Plumes, Paris, 2003

Festin de mensonges (roman), éditions Fayard, Paris, 2007

La Chambre de la vierge impure (roman), éditions Fayard, Paris, 2009

Irruption d’une chair dormante (nouvelle), éditions El Beyt, Alger, 2009

 

En arabe

 

Le Hennissement du corps (roman), éditions Al Wathba, 1985

Introduction théorique à l’histoire de la culture et des intellectuels au Maghreb, éditions OPU, 1994

Le Frisson (roman), éditions Kounouz Adabiya, Beyrouth, 1999

L'Odeur de la femelle (roman), éditions Dar Kanaân, 2002

Se réveille la soie (roman), éditions Dar-El-Gharb, Alger, 2002

Le Retour de l'intelligentsia, éditions Naya Damas, Syrie, 2007

Le Huitième Ciel (roman), éditions Madbouli, Égypte, 2008

La Voie de Satan (roman), éditions Dar Arabiyya Lil Ouloume, Beyrouth ; éditions El Ikhtilaf, Alger, 2009

L'Intellectuel maghrébin : pouvoir - femme et l’autre, éditions Radjai, Alger, 2009