Identification

Hospitalité des gouffres, Réginald Gaillard (par Philippe Leuckx)

Ecrit par Philippe Leuckx 10.12.21 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Poésie

Hospitalité des gouffres, éd. Ad Solem, novembre 2020, 128 pages, 17 €

Ecrivain(s): Réginald Gaillard

Hospitalité des gouffres, Réginald Gaillard (par Philippe Leuckx)

 

Doublement fêté par le Prix Max-Jacob et le Prix Verlaine de l’Académie française, Hospitalité des gouffres, préfacé par Jean-Yves Masson, est un grand livre. L’oxymore du titre dit assez la conscience poétique de son auteur, près d’affronter les affres de l’enfance comme les promesses « à la cendre ».

Si les ténèbres « rôdent », il y a foi en la force même du vers « qui persiste dans le crâne », telle une lumière. Il faut porter des fardeaux, et « les temps sont courts » ; il faut user de légèreté pour saisir « une main qui soulève la tempête du salut ». Atteindre « l’arbre de vie » : tel est le vœu de ce livre fortement architecturé. Entre désir, constat, souhait et espérance.

Le « gouffre » était là, loin dans le temps, au temps des femmes de l’enfance. « Un enfant de ferme désormais seul » pleure ses « terres jurassiennes ». Un poète rameute le meilleur, quitte à énoncer ces blessures sans repos, sans répit.

Nous voilà lecteur hôte des gouffres !

L’écriture privilégie les distiques et tercets qui rythment ces poèmes ponctués de souffles et respirations ; cette « partition intérieure » incise le propos, le rend plus subtil, le scinde en petites flexions, justes et prenantes :

« Si peu de lumière, dans cet infâme chaos,

persiste et enflamme au pinacle ta beauté.

Préserve-la dans le souvenir intact

que tu portes de la clarté la plus pure,

avant que revienne, à la fin,

la douce violence de l’éblouissement ».

Les figures (oxymores, injonctions, symétries, métaphores) dessinent un art poétique exigeant dans « la percée des mots ».

Le livre, copieuse réflexion sur les profondeurs d’une âme, interroge son propre auteur, cet « homme qui vient », « qui vient seul », en quête d’aide et d’appel, pour obtenir de « toi seul (qui) a(s) les mots qui guérissent ». Ecrire doit « arracher » les mots, selon une détermination qui implique tout entière la conscience d’être et d’agir.

Cette implication nous vaut nombre de questions ardentes qui révèlent une âme (« Pourquoi te laisses-tu vaincre par le vide ? »). Les réponses sont dans l’acte même d’écrire, en sourdine, avec délicatesse, ce contrat exigeant avec soi-même.

 

Philippe Leuckx

 

Réginald Gaillard, poète et écrivain français né en 1972 à Béthune, est l’auteur de quatre recueils de poésie, dont : L’attente de la tour Polymères ; et d’un roman remarqué, La Partition intérieure.

  • Vu : 1069

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Réginald Gaillard

 

Réginald Gaillard est l’auteur de trois livres de poésie. Il anime la revue Nunc, et dirige les éditions poétiques de Corlevour.

 

A propos du rédacteur

Philippe Leuckx

 

Lire tous les articles de Philippe Leuckx

 

Philippe Leuckx est un écrivain et critique belge né à Havay (Hainaut) le 22 décembre 1955.

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, italienne, portugaise, japonaise

Genres : romans, poésie, essai

Editeurs : La Table Ronde, Gallimard, Actes sud, Albin Michel, Seuil, Cherche midi, ...