Identification

Hannah Szenes, Martine Gozlan

Ecrit par Fabrice del Dingo 12.12.14 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Biographie, Histoire

Hannah Szenes, Ed. de l’Archipel, novembre 2014, 224 pages, 18,95 €

Ecrivain(s): Martine Gozlan

Hannah Szenes, Martine Gozlan

 

Les larmes de Golda Meir

Inconnue en France, Hannah Szenes est une héroïne en Israël. Son histoire est pourtant celle d’un destin brisé : la vie est un bien perdu quand on n’a pas vécu comme on aurait voulu.

Née en Hongrie en 1921, c’est la fille du dramaturge Bela Szenes (dont les comédies ne sont pas parvenues jusqu’à nous) qui est mort lorsqu’elle avait 5 ans.

Dans les années 30, l’antisémitisme se développe en Europe de l’Est, de nombreuses professions sont interdites aux juifs. Certains d’entre eux décident donc de rejoindre la terre de leurs ancêtres, la Palestine, qui était la terre promise de Moïse.

Craignant de n’avoir aucun avenir en Hongrie, Hannah, qui a déjà écrit ses premiers poèmes, apprend l’hébreu. « Le seul espoir d’en finir avec l’antisémitisme, c’est le sionisme… »

En 1939, cinq vagues d’émigrations successives ont entraîné l’arrivée de quelque 500.000 juifs en Palestine. Hanna part en septembre 1939, au moment de la déclaration de la guerre.

Hannah est une intellectuelle solitaire et elle a du mal à se lier. On la cantonne à des tâches matérielles, le ménage ou la blanchisserie (le féminisme est une notion inconnue en Palestine dans les années 40), elle qui ne rêve que d’écrire des poèmes et des pièces de théâtre. Elle supporte mal la vie en communauté et ne prise guère les dortoirs.

Les travaux subalternes et l’inaction commencent à lui peser. Alors Hannah s’engage en 1942 dans lePalmach, c’est-à-dire l’unité de choc des forces de la Palestine qui a été créée l’année précédente. Son idée : aider les juifs hongrois à organiser une résistance contre les nazis et faire sortir sa mère de Budapest.

Elle apprend le métier des armes, la poétesse se mue en combattante. Elle rencontre Golda Meir qui ne peut retenir ses larmes : elle, elle sait que ces jeunes qui veulent partir pour sauver leurs frères d’Europe n’en sortiront pas tous vivants.

Hannah part pour Le Caire où elle subit l’entraînement des parachutistes destinés à rejoindre les services secrets britanniques.

La suite est terrible. Hannah est parachutée en Yougoslavie au moment où les nazis viennent d’envahir la Hongrie. La prudence voudrait qu’elle renonce, mais Hannah est tout sauf raisonnable. Elle décide de franchir la frontière et elle est rapidement capturée par la police collabo hongroise.

Battue, torturée elle ne parle pas. En prison, le courage qu’elle montre impressionne même ses geôliers. A l’issue d’un procès honteux où elle tient tête à ses juges et où elle annonce que le régime nazi vit ses derniers instants, Hannah Szenes est fusillée le 7 novembre 1944 avant même que le jugement la condamnant à mort ait été rendu.

Martine Gozlan lui rend pleinement justice. Elle est allée sur ses pas et, au terme d’un long périple, elle a posé, comme dans La liste de Schindler, un caillou blanc sur sa tombe. « Face à la mer comme à la mort, et comme le peuple juif, Hannah Szenes est indestructible ».

 

Fabrice del Dingo


  • Vu : 1737

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Martine Gozlan

 

Martine Gozlan est écrivain et journaliste. Elle a longtemps travaillé à l’Événement du Jeudi et elle est désormais rédactrice en chef au Journal Marianne. Spécialiste de l’Islamisme, elle a publié une dizaine de livres dont Israël contre Israël.

 

A propos du rédacteur

Fabrice del Dingo

 

Lire tous les articles et textes de Fabrice del Dingo

 

A publié quatre livres dont des pastiches sous le titre global de « Rentrée littéraire ». Y figuraient notamment l’inénarrable Premier roman de Margarine Peugeot, la fille cadette de Dieu, et les testicules alimentaires de Michel Ouelleburne (éditions J-C Lattès).

 

Prix concours en 2010 pour « La tarte et le suppositoire » signé Michel Ouellebeurre (éditions de Fallois 2011).

A publié « Mein lieber Sarko » d’Angela M (éditions de Fallois 2012).

A également prêté sa plume à quelques ouvrages d’auteurs à la dérive

A concocté de nombreux pastiches en prose ou en vers : http://dominikdevillepai.e-monsite.com/

A collaboré à la revue Critic@.

A publié un roman, "Barcarolle" en Février 2014 aux Editions de Fallois sous la signature de Fabrice Amchin.