Identification

Des hommes et leurs mondes, Nadia Agsous, Entretiens avec Smaïn Laacher, Sociologue

Ecrit par Martine L. Petauton 20.12.14 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Essais

Des hommes et leurs mondes, Entretiens avec Smaïn Laacher, Sociologue, Editions Dalimen, novembre 2014, 212 pages

Ecrivain(s): Nadia Agsous

Des hommes et leurs mondes, Nadia Agsous, Entretiens avec Smaïn Laacher, Sociologue

Croisement de deux grands regards sur le monde de l’émigration ; celui du sociologue, professeur à l’Université de Strasbourg, et membre du Centre d’études des mouvements sociaux, Smaïn Laacher, et de Nadia Agsous, journaliste, écrivain. Celle-là, pose les questions qu’il faut – une mine en soi – au spécialiste des migrants, pour permettre, en quelques chapitres, riches et fouillés, de dresser, non le point exhaustif, mais un tableau honnête, sur l’école des émigrés, les femmes et la violence, les clandestins, ou, les sans-papiers. Commençant cet ouvrage d’entretiens, une question : « Immigration, une présence provisoire ? » et le terminant, un inventaire fourmillant d’interrogations : « Insurrections arabes, penser la démocratie ».

Tout dans ce livre provoque intérêt et fixe l’attention, sur des sujets que chacun, à son aulne, s’il se veut citoyen, doit maîtriser, au-delà de ces discussions entre collègues, ou, pire, de comptoirs, où « on sait », on « a la solution »… que ce soit dans la sympathie, ou le rejet. Sus aux idées reçues, et leur poison socialement mortel ; voilà probablement une des raisons d’exister de cet ouvrage. Quel sujet porte, en effet, autant de poncifs, a priori, représentations à redresser ou à changer, que « l’Émigration » ?

Difficile de faire le choix d’éclairer cet entretien plutôt que celui-ci, cet aspect du vaste problème, plutôt que celui-là, sachant que – pas d’ordre, on arpente – la finesse et l’extrême précision des questions de Nadia et leur écheveau, la pédagogie, illustrée d’exemples concrets, des réponses de Smaïn Laacher, rendent la promenade remarquable d’efficacité pour le lecteur. On savait, mais on apprend encore, on affine, on rectifie. Bref, l’exercice intellectuel réussi.

Architecturé librement autour des livres récents du sociologue, chaque entretien débutant par un extrait de chaque ouvrage, Nadia Agsous nous offre l’essentiel de « ce qu’immigrer veut dire » (quel beau titre !), « mythologie du sans-papier », « le peuple des clandestins », ces « êtres sans feu ni lieu », et – sujet cœur – « femmes invisibles ».

Smaïn Laacher vit en France, et son regard, ses recherches, partent d’ici, incluant une bonne – dit-il, modestement – connaissance des pays du Maghreb, et de l’Égypte. Il nous invite à observer l’Émigration côté voyage, déplacement, l’installation, la vie ici, ses rebonds de génération en génération. Ceux, de là-bas, demeurent, pour autant, dans son œil (ainsi des évènements des insurrections arabes). Laacher, Agsous, et tous ceux-là, ici, là-bas, forment un tout. Circule donc beaucoup d’empathie dans ce livre questions/réponses. Le Matériau, il est vrai, est si éloigné d’autres objets d’études scientifiques. D’aucuns, ailleurs, auraient voulu  assécher une telle recherche. Le fait qu’il n’en soit rien ici, de la questionneuse au répondeur, est pour beaucoup dans l’intérêt du livre !

Sujets privilégiés : ce qui ne « court » pas les articles, les émissions TV ; ce que l’expertise va sortir un peu de l’ombre : sans–papiers : réalité/notre imaginaire ; clandestins de Sangatte et d’après ; enfants « miraculés » de cette école de la République à laquelle Laacher rend un vibrant hommage ; femmes ! celles de ces infernaux voyages par la mer, ou les chemins d’Europe ; femmes de l’émigration, dont nous ignorons si souvent les violences conjugales, culturelles, religieuses dont elles font l’objet. Pages, lettres nourrissent les récits d’autant de précisions et fabriquent autre chose que la sécheresse des chiffres et statistiques : le vivant dans son quotidien, de cette Nadia, ce Karim…

Nadia Agsous nous guide au plus près sur ce chemin de connaissances par ses questions – son livre à elle ; sa pensée, son expression sociologique et politique, son regard acéré d’observatrice de ce qui travaille notre société, de ces « hommes et leurs mondes » : « le sans-papier est défini comme un être transgressif ; qu’est-ce qui caractérise cette dimension transgressive ? À quel moment du parcours du migrant, l’illégalité s’impose-t-elle au sans-papier ? ». La procédure, par le canal-questions de Nadia est une plus-value considérable dans le panier/connaissance, capacité à se faire une opinion, que nous avons en mains à la fin du livre. Bien au-delà d’un traditionnel travail sociologique ; un accouchement d’essentiel.

Cela a été signalé plus haut ; la richesse du livre vient de l’intellectualité et du scientifique du sujet, baignant constamment dans l’humain. Dans un chapitre, Nadia convoque son expert aux confidences ; qui est-il, lui ? Pages émouvantes, que celles où Smaïn Laacher évoque ses parents, l’école, le parcours et les rencontres, politiques notamment. Éclairant, aussi, la déclinaison de sa démarche d’expert. Derrière ce scientifique, l’homme, et derrière l’objet de ses études, des hommes. Dans chaque question de Nadia Agsous… l’humanité, pour un sujet de la plus haute importance pour chacun d’entre nous.

Beau livre d’homme, et de citoyen.

 

Martine L Petauton


  • Vu : 2220

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Nadia Agsous

 

Journaliste, chroniqueuse littéraire dans la presse écrite et la presse numérique. Elle a publié avec Hamsi Boubekeur Réminiscences, Éditions La Marsa, 2012, 100 p. Auteure de "Des Hommes et leurs Mondes", entretiens avec Smaïn Laacher, sociologue, Editions Dalimen, octobre 2014, 200 p. Page Facebook

 

A propos du rédacteur

Martine L. Petauton

Tous les articles de Martine L. Petauton

 

Rédactrice

 

Professeure d'histoire-géographie

Auteure de publications régionales (Corrèze/Limousin)