Identification

Aimer et ne pas l’écrire, Montaigne et Marie, Claire Tencin

Ecrit par Philippe Chauché 12.11.14 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Roman

Aimer et ne pas l’écrire, Montaigne et Marie, Editions Tituli, mai 2014, 101 p. 16 €

Ecrivain(s): Claire Tencin

Aimer et ne pas l’écrire, Montaigne et Marie, Claire Tencin

« C’est alors que… – et là est le pouvoir du récit, ou le destin d’un Grand Homme – c’est alors qu’il découvre sur le guéridon la lettre de Marie Le Jars de Gournay. A 16 heures précisément, son cœur se met à battre à la volée. La lettre d’une jeune femme : Cher Maître, Michel est flatté, j’ai vingt-trois ans et j’ai tout lu de vous (Il y a une légère confusion orthographique entre “lu” et “bu”, Michel préfère y lire “bu”) ».

C’est alors que… c’est alors que la foudre frappe le moraliste. Un nouveau coup de foudre, d’une toute autre nature que celui provoqué par la rencontre avec Etienne de La Boétie, d’une nature plus charnelle. Marie de Gournay a lu et ne cesse de lire les Essais, Andréa Marot, projection romanesque de Claire Tencin, en sait beaucoup sur Montaigne, mais très peu de Marie, cette femme savante. Au hasard des rencontres, elle est saisie par l’histoire de cette fille par alliance et son Proumenoir de Monsieur de Montaigne, miroir où se déploie l’arc électrique de la passion amoureuse. Les Essais électrisent Marie de Gournay. Elle ne cessera de vouloir vérifier si le corps de Montaigne peut s’accorder à cette admiration, comme celui de l’amant de Bordeaux d’Andréa. Il y a de l’électricité romanesque dans l’air, et Claire Tencin va en quelques éclairs saisir ce qui s’est joué entre le Maître et son élève et ce qui se joue entre Andréa et son professeur. Quand j’admire, j’admire, quand j’écris, j’écris, quand j’aime, j’aime, le réel est toujours à prendre à la lettre et au sérieux.

« Cette jeune âme l’effleure comme la brise, l’emmène dans sa fantaisie, le délivre de lui-même, de cet objet sur lequel il s’est penché quotidiennement pendant presque vingt ans. Au fond, il attendait cette délivrance depuis la mort d’Etienne ».

Montaigne et Marie, question de phantasia, d’apparition, d’apparence, mais aussi de tempo libre. Marie de Gournay ne cessera sa vie durant de s’y accorder, et de vivre intensément l’indépendance absolue du corps et de l’âme, sous le vent léger et troublant des Essais qui ne cessera d’effleurer ses livres. Marie et Andréa, sœurs lettrées savent que la plus belle des conspirations est celle du trait de la pensée au galop du corps. L’une a passé sa vie à le vérifier, l’autre s’y emploiera le temps du roman. Montaigneenveloppé dans sa retraite, dans sa librairie, ne dira rien de cette fantaisie dans le château de Gournay, de cette victoire sur la mortde ces noces clandestines, suivant la destinée de ses Essais, les complétant, les perfectionnant jusqu’à sa mort, sans jamais pourtant oublier sa fille d’alliance.

« Ces trois mois au château de Gournay l’ont ragaillardi, c’est un fait. Il a cessé de songer à la mort. Sa douleur est devenue moins cruelle. Durant ces trois mois, Michel viendra et repartira. Le duo corrige inlassablement les Essais. En catimini, le Proumenoir de Michel de Montaigne s’invente dans l’esprit échauffé de Marie. Elle sait déjà qu’elle l’écrira pour lui ».

Aimer et ne pas l’écrire, est le roman gracieux de cet échauffement, de cette rencontre étourdissante, entre le moraliste, son élève, et Andréa Marot, dont le nom apparaît en lettres noires sur un panneau signalétique à quelques centaines de mètres du domaine de Montaigne, c’est sûr, il y a quatre siècles, ils se sont connus ici.

 

Philippe Chauché

 


  • Vu : 2893

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Claire Tencin

 

Claire Tencin a notamment publié Ange Pieraggi, l’étoffe de la peau (essai), Editions Jacques Flament ; Je suis un héros, j’ai jamais tué un bougnoul, Editions du Relief. Elle participe à l’Atelier du Roman et dirige la revue numérique ardemment.com.

 

A propos du rédacteur

Philippe Chauché

 

Lire tous les articles de Philippe Chauché

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, espagnole, du Liban et d'Israël

Genres : romans, romans noirs, cahiers dessinés, revues littéraires, essais

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Minuit, Seuil, Grasset, Louise Bottu, Quidam, L'Atelier contemporain, Tinbad, Rivages

 

Philippe Chauché est né en Gascogne, il vit et écrit à St-Saturnin-les-Avignon. Journaliste à Radio France durant 32 ans. Il a collaboré à « Pourquoi ils vont voir des corridas » (Editions Atlantica), et récemment " En avant la chronique " (Editions Louise Bottu) reprenant des chroniques parues dans La Cause Littéraire.

Il publie également quelques petites choses sur son blog : http://chauchecrit.blogspot.com