Identification

1994, Adlène Meddi

Ecrit par Léon-Marc Levy 16.11.18 dans La Une Livres, Cette semaine, Les Livres, La rentrée littéraire, Critiques, Rivages/noir, Maghreb, Roman

1994, septembre 2018, 328 pages, 20 €

Ecrivain(s): Adlène Meddi Edition: Rivages/noir

1994, Adlène Meddi

Honneur 2018 de la Cause Littéraire

Bien au-delà du roman noir passionnant qu’il nous offre, Adlène Meddi nous dresse un portrait saisissant de l’Algérie des terribles années 90, de ses horreurs, de ses lâchetés et des dégâts irréparables causés aux cœurs et aux esprits de ceux qui les ont traversées. Surtout quand ces cœurs avaient alors 15 ou 16 ans, et qu’ils étaient pleins d’espoir et d’amour avant de connaître la dévastation. Pleins d’idéaux aussi et d’élans libertaires.

Amin, Sidali, Farouk, Kahina, Nawfel et les autres sont lycéens, jeunes, insouciants, remplis de rêves de succès et d’amour. Leur amitié est fusionnelle, ils sont inséparables. On est en 1992 et Alger offre un écrin lumineux à nos compères, à leurs flirts, à leurs jeux, à leurs plaisanteries. Mais l’histoire va frapper et – comme toujours quand l’histoire frappe – violemment, impitoyablement. C’est le début des « années de Braise », celles où le sang algérien va couler à flots, celles où les Algériens vont massacrer des Algériens. Les tueurs sont des deux côtés, Barbus du FIS où flics et militaires ivres de vengeance devant l’hécatombe des leurs. Et, peu à peu, inexorablement, tous vont glisser dans le fleuve de l’histoire, dans le fleuve de sang.

Le fils, le père, l’ami, le frère, bientôt plus rien n’a de sens, ni de limites. Plus de victimes et d’assassins. Tous victimes et assassins. « On est les agneaux, on est les bouchers ».

« Deux camarades dont l’un avait fini par tuer l’autre, douze ans après. Amin avait envie de vomir, ils étaient devenus des cannibales. Le goût du sang et de la chair dans la bouche. Cannibales. Ils ont fait de nous des cannibales, avait-il pensé là, face à cette image de Sidali et Salim ensemble, menant la fronde sur la route vers Alger, au milieu des automobilistes terrifiés ou excédés et face aux canons de la police. Des cannibales ».

Sidali exilé à Marseille pour fuir les reîtres de la police algéroise, brisé par ses souvenirs de cauchemar, par sa jeunesse martyrisée. Déserté par les sentiments, oublié par l’amour.

« Crevé de mourir, là-bas, à Marseille. Incapable d’aimer. Juste baiser. Et encore. Toujours ce regard désabusé de la pute, ramassée à l’Opéra ou au Cours Lieutaud ou ailleurs. Tout en remontrances muettes, parce que l’érection refuse d’obtempérer à la sollicitation appuyée de ses doigts frénétiques ou de ses lèvres méthodiques. Echec du corps trop habité par la mort ».

Sidali qui, 10 ans plus tard, en 2004, va tenter le retour au pays pour essayer de sortir son ami Amin, reclus dans un asile pour malades mentaux, matraqué de médicaments psychotropes qui l’abrutissent.

Alors, les souvenirs affluent, dans ce petit jardin où les amis avaient naguère l’habitude de se réunir pour rire, chanter, s’aimer. Les images perdues du passé assaillent Sidali, dont une, obsédante, où il revoit la jolie Kahina remonter le petit chemin, main dans la main avec son amoureux, Amin. « Amin ne reviendrait pas, souriant, après avoir raccompagné Kahina, Amin crevait en silence dans sa camisole, brisé par les médicaments, orphelin d’un père qui lui avait fait la guerre, fils d’une mère détruite à jamais. Voilà le présent qui se tenait à ses pieds ».

A l’ombre des Barbus, fous de Dieu, fous tout court, des flics paranoïaques assoiffés de vengeance – parmi lesquels la figure terrible de Zoubir Sellami, père d’Amin, colonel dans les forces de sécurité – les jeunes gens vont connaître leur descente aux enfers, jusqu’au pire, jusqu’au plus incroyable.

La puissance narrative d’Adlène Meddi est d’avoir su tricoter, en mailles fines et serrées, les fils de fer barbelé de l’Histoire et ceux, en soie, des destins individuels, bouleversés, malaxés, meurtris par la folie des hommes. On est emporté par ce double flux, oscillant entre l’empathie pour les jeunes héros et l’horreur devant les événements décrits et ses tristes acteurs.

Un grand roman algérien.

 

Léon-Marc Levy

 


  • Vu : 1506

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Adlène Meddi

 

Adlène Meddi, né le 16 août 1975 à El Harrach, banlieue Est d’Alger, est un journaliste, reporter et écrivain algérien de langue française. Il est depuis 2009 le rédacteur en chef de l’hebdomadaire El Watan weekend.

 

 

A propos du rédacteur

Léon-Marc Levy

 

Lire tous les articles de Léon-Marc Levy


Directeur du Magazine

Agrégé de Lettres Modernes

Maître en philosophie

Auteur de "USA 1" aux éditions de Londres

Domaines : anglo-saxon, italien, israélien, maghrébin

Genres : romans, nouvelles, essais

Maisons d’édition principales : Rivages, L’Olivier, Joëlle losfeld, Gallimard, Seuil