Identification

Polars

La politique du tumulte, François Médéline

Ecrit par Yan Lespoux , le Vendredi, 04 Janvier 2013. , dans Polars, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, La Manufacture de livres

La politique du tumulte, septembre 2012, 336 pages, 20,90 € . Ecrivain(s): François Médéline Edition: La Manufacture de livres

 

La politique du tumulte, c’est l’histoire, en 1993, du début de la fin d’une amitié de trente ans, dont on se souvient tous, qui va servir de toile de fond à la naissance d’une histoire d’amour. Une histoire condamnée, avant d’avoir même commencé, par un barbouze chargé d’étouffer un scandale sexuel susceptible de faire ressurgir toute une série de manipulations plus anciennes qui pourraient gêner les desseins d’hommes lancés à la poursuite d’un pouvoir en vacance.

De cette intrigue complexe mêlant à l’arrière-fond des luttes intestines de la droite française de l’époque, les barbouzeries facilitées par le ministre de l’intérieur corse de l’époque, des faits-divers librement inspirés de l’affaire Ranucci et de l’affaire Alègre, émerge une impressionnante galerie de personnages. Si chacun d’entre eux détient une partie de la vérité, le travail de Secondi, barbouze omniscient, froid et calculateur, sera de faire en sorte que le puzzle ne soit pas assemblé tant qu’il ne servira pas les intérêts de ceux pour qui il travaille ou les siens propres.

La demeure éternelle, William Gay

Ecrit par Yan Lespoux , le Mercredi, 19 Décembre 2012. , dans Polars, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman, Seuil

La demeure éternelle (The Long Home) traduit de l’anglais (USA) Jean-Paul Gratias, septembre 2012, 339 p. 21 € . Ecrivain(s): William Gay Edition: Seuil

Dans les années 1940, dans une région reculée du Tennessee, Dallas Hardin règne par la terreur sur Mormon Springs. Après avoir fait son nid dans la demeure de Thomas Hovington, s’arrogeant son commerce d’alcool clandestin et sa femme, Hardin apparaît comme intouchable, multipliant menaces, vengeances et meurtres en toute impunité. Jusqu’à ce que le jeune Nathan Winer croise sa route et celle d’Amber, la fille de Hovington. C’est que si Nathan n’a jamais su ce qu’était devenu son père, disparu dix ans plus tôt, Hardin, lui, le sait bien, puisqu’il l’a tué de ses propres mains.

Dans ce premier roman (deuxième publié en France), William Gay joue la partition classique de la lutte du Bien contre le Mal. Sous le regard de William Tell Oliver, vieux voisin qui l’a pris sous son aile et cache bien mal ses blessures et son remords de n’avoir jamais affronté Hardin, Nathan, malgré son apparente innocence, va peu à peu prendre conscience de l’inéluctabilité du combat qui l’opposera à celui qui règne sans partage sur ce bout de Tennessee abandonné par la loi des hommes, et où seule la volonté de Dieu, du diable ou de quelques forces ambivalentes de la nature (le gouffre, symbole central, qui apparaît sur le terrain de Hovington en ouverture du livre sert autant à dissimuler les méfaits qu’à les faire ressurgir) peut instaurer un certain ordre.

Le voleur de cadavres, Patricia Melo

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 29 Novembre 2012. , dans Polars, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Amérique Latine, Roman, Actes Noirs (Actes Sud)

Le Voleur de Cadavres. Trad. Du portugais (Brésil) par Sébastien Roy. 218 p. 19,80 € . Ecrivain(s): Patricia Melo Edition: Actes Noirs (Actes Sud)

 

Livre étrange et fort, bousculant tous les archétypes du roman noir, le voleur de cadavres interroge sur la frontière ténue qui sépare le bien et le mal chez des personnages pourtant bien « gentils », presque touchants d’humanité.

Première surprise, le cadre de l’histoire. Loin des villes grondantes, du bitume mouillé, des néons blafards et des truands. Le narrateur/héros de l’histoire a quitté la ville qu’il ne supportait plus, Sao Paulo, pour se reposer dans une sorte de paradis terrestre, le Pantanal, dans le Mato Grosso à l’ouest de Brésil. Paradis écologique qui constitue l’écosystème le plus dense de la planète, avec un réseau extraordinaire de cours d’eau et de lacs, des forêts somptueuses et une faune d’une richesse exceptionnelle.

Notre homme va à la pêche sur le fleuve Paraguay. Il fait un temps splendide. Tout est paisible. Soudain un petit avion se fait entendre, tombe dans le fleuve nez en avant, et se plante dans l’eau devant notre pêcheur ébahi.

L'assassin qui est en moi, Jim Thompson

Ecrit par Yan Lespoux , le Samedi, 24 Novembre 2012. , dans Polars, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman, Rivages/noir

L’assassin qui est en moi, The Killer Inside Me, 1952, trad. de l’anglais (USA) Jean-Paul Gratias, Ed. Rivages/Noir, octobre 2012, 271 p. 8,65 € . Ecrivain(s): Jim Thompson Edition: Rivages/noir

 

Comme elle l’a déjà fait en révisant les traductions de certains romans de Donald Westlake ou comme l’ont aussi fait récemment les éditions Gallmeister avec Ross Macdonald, les éditions Rivages se lancent aujourd’hui dans de nouvelles traductions des romans de Jim Thompson initialement parus, dans des versions tronquées et qui ont bien mal vieilli, à la Série Noire.

De fait, auteur majeur dans l’histoire du roman noir, Thompson méritait bien des traductions à la hauteur de son talent. Et c’est justement avec ce qui constitue un de ses meilleurs romans – et l’un des plus connus – que Rivages se lance dans ce projet.

Lou Ford, adjoint du shérif de Central City, petite ville du Texas, dissimule sous son apparence polie et serviable un monstre. Un tueur qu’il a réussi à maintenir sous un vernis de normalité mais que l’arrivée dans la ville d’une séduisante prostituée, Joyce Lakeland, va faire ressurgir. Et quand l’assassin qu’il porte en lui commence à s’exprimer, les cadavres s’accumulent autour de Lou Ford malgré tous les efforts qu’il peut déployer pour cacher sa véritable nature.

Cool, Don Winslow

Ecrit par Yan Lespoux , le Vendredi, 16 Novembre 2012. , dans Polars, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman, Seuil

Cool (Kings of Cool), traduit de l’anglais (USA) par Freddy Michalski, septembre 2012, 379 pages, 21 € . Ecrivain(s): Don Winslow Edition: Seuil

 

Après le succès, doublé d’une adaptation cinématographique réalisée par Oliver Stone, de Savages, paru en France en 2011, Don Winslow reprend les mêmes personnages et recommence. Certes, la fin de Savages laissait peu de place à une suite éventuelle. Et, donc, Winslow de nous livrer non pas une suite mais ce que, selon un néologisme barbare tiré du mot anglais prequel, on appelle désormais un préquelle, c’est-à-dire un épisode prenant place avant la première aventure.

Pour le lecteur, cela ressemble à s’y méprendre à un coup marketing. Le premier roman mettant en scène le trio de jeunes californiens lancés dans le business du cannabis haut-de-gamme a été un succès ? Réutilisons-les !

C’est dire si l’on a pris ce livre avec des pincettes. Parce que ce n’est pas parce qu’on a aimé Savages (même si, avec le recul, il est indéniable qu’il avait un côté tape-à-l’œil qui dissimulait ses défauts) que l’on va aveuglément apprécier ce nouvel opus, surtout après la déception qu’a été il y a seulement quelques mois la sortie d’un autre roman de Winslow, L’heure des gentlemen.