Identification

La rentrée littéraire

Arrive un vagabond, Robert Goolrick

Ecrit par Alexandre Muller , le Samedi, 01 Septembre 2012. , dans La rentrée littéraire, Les Livres, Recensions, La Une Livres, USA, Roman, Anne Carrière

Arrive un vagabond, 318 p. trad. USA Marie de Prémonville, 23 Août 2012, 21,50 € . Ecrivain(s): Robert Goolrick Edition: Anne Carrière

Toute cette affaire a eu lieu il y a des dizaines d’années à Brownsburg. C’était une ville comme il en existait immédiatement après la guerre. Une ville avec son épicerie générale où l’on vendait des cocas et des sodas acidulés. Avec son enfilade de boutiques quasi identiques, un boucher, un coiffeur, une banque, une quincaillerie et son école.

Ici les gens vivaient une vie simple, sans aspirer à plus qu’ils ne pouvaient avoir, avec unique projet de vivre paisiblement, de mourir et de monter au paradis. Au crépuscule, les pères et les mères de famille s’asseyaient sous la véranda pour discuter d’une voix douce les événements du jour et siroter du thé glacé. On écoutait aussi la radio le soir. On ne verrouillait pas sa porte. On ne voyait pas un chien en laisse.

Les habitants appartenaient à la terre, à cet endroit particulier, comme leur appartenaient leurs voitures ou leurs vaisselles. Qu’ils soient blancs ou noirs, ils n’avaient pour réconfort que la religion qui les aidait à accepter ce qu’ils enduraient et les montagnes environnantes.

Voilà pour le décor.

La grande bleue, Nathalie Démoulin

Ecrit par Martine L. Petauton , le Samedi, 01 Septembre 2012. , dans La rentrée littéraire, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, La Brune (Le Rouergue)

La grande bleue, Août 2012, 205 p. 18,80 € . Ecrivain(s): Nathalie Démoulin Edition: La Brune (Le Rouergue)

 

« Divorcer, c’est se donner une chance d’être la femme que l’on voit naître autour de soi, en ces années 70, avec toutes ces nanas qui changent à vue d’œil, comme si une femme se réinventait maintenant, au risque de se casser la gueule »… Livre de femme, mais écrit pour tous, par une Marie de 68 à 81, qui vous prend à la gorge, elle et son histoire, dès les premières lignes. Et, c’est peu dire ; car, chef d’œuvre en vue !

Ne sait-il pas, ce livre, fabriquer – talent d’artisan – une époque, un milieu (les usines), dans cet Est, là-bas, qui bascule dans la crise ; donner une formidable présence à des filles, femmes et mères, dans lesquelles on se reconnaîtra toutes, celles, contemporaines de Marie, et toutes celles à venir.

Livre qu’on regarde, comme un documentaire à la précision d’horloger : quotidien des familles, formica et voiture de ce temps là ; alcool, folie au bout, pêche au bord des rivières… cadences, abrutissement, rêves : « dans “la piscine”, dans le premier plan, celui où Delon prend le soleil sur la pierre, il y a derrière lui, quelque chose qui n’est pas le ciel, ce bleu horizon, “c’est la mer” ; une voix l’a crié, naïve, dans le cinéma silencieux ».

Rétrospective, Avraham B Yehoshua

Ecrit par Anne Morin , le Vendredi, 31 Août 2012. , dans La rentrée littéraire, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Bassin méditerranéen, Roman, Grasset

Rétrospective, trad. hébreu Jean-Luc Allouche, 24 août, 478 p. 22 € . Ecrivain(s): Avraham B Yehoshua Edition: Grasset

 

L’innocence, la défense, au double sens de protéger, et d’interdire, sont moins les prétextes que les fils conducteurs de ce livre dense qui commence par une rétrospective et s’achève sur une perspective, une ouverture, un point de fuite, un point d’orgue.

Un metteur en scène israélien vieillissant, à la limite de l’épuisement sinon de l’éreintement, est convié à une rétrospective de ses œuvres par un prêtre cinéphile, directeur des archives à Saint-Jacques de Compostelle. Il est accompagné de Ruth, l’actrice fétiche qui a traversé la majeure partie de ses films.

Le monde du cinéma, par essence monde du décor, de l’illusion, de la chimère où les acteurs deviennent des figures : « (…) la femme avec laquelle j’ai été marié ne comprenait pas la nature de la relation que j’ai continué d’entretenir avec la figure – Ruth – que le scénariste m’avait laissée » (p.244), revient à Yaïr Mozes, le metteur en scène, comme un boomerang, au soir de sa vie et de son inspiration.

Autour de moi, Manuel Candré

Ecrit par Léon-Marc Levy , le Jeudi, 30 Août 2012. , dans La rentrée littéraire, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Joelle Losfeld

Autour de moi, 31 août 2012.102 p. 11,90 € . Ecrivain(s): Manuel Candré Edition: Joelle Losfeld

Ce petit livre – par la taille – constitue une véritable découverte littéraire. Manuel Candré, pour son premier roman, s’inscrit d’entrée dans ce que la littérature nous réserve de temps en temps, trop rarement, la révélation d’un talent explosif.

Autour de moi est structuré comme un journal intime asynchrone puisque relatant des événements et des affects vécus quelques décennies auparavant, rédigé entre le 4 juillet 2007 et le 9 septembre 2010. Nous sommes conviés à la rude visite de l’enfance du narrateur. Evénements intimes qui ont pour cadre la cellule familiale et donc pour héros le père, la mère, les grands-parents, le « autour de moi » d’un enfant qui, devenu adulte et mûr, se retrouve littéralement obsédé par ces images, ces souvenirs brûlants et douloureux d’une famille à la fois héroïque et banale, grande et pathétique, belle et indigne. Une famille. Dans l’hypothèse permissive qu’elle implique, dans les bassesses qu’elle génère, dans les moments magnifiques où se croisent les rêves de chacun, et dans les trous où échouent lamentablement les idéaux les plus beaux.

L’enfant souffre deux fois semble nous dire ce morceau d’enfance. Il souffre des malheurs, la mort de la mère, l’alcoolisme et la brutalité du père, la dureté de la vie. Mais il souffre aussi, une fois de plus, la plus âpre sûrement, de sa propre fragilité, de sa faiblesse d’enfant, de la palpitation de ses rêves profonds, de l’absurdité magnifique de ses espoirs.

Pour seul cortège, Laurent Gaudé

Ecrit par Martine L. Petauton , le Mercredi, 29 Août 2012. , dans La rentrée littéraire, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Roman, Actes Sud

Pour seul cortège, Août 2012, 186 p. 18 € . Ecrivain(s): Laurent Gaudé Edition: Actes Sud

 

« Pas un bruit ne dérange l’immobilité de l’air. La tourbe jaune et épaisse des berges a des reflets de safran. Des felouques sont à quai. Le cortège tout entier doit traverser le fleuve. Elle se serre contre le catafalque. Elle ne veut pas le quitter… ». Tout Laurent Gaudé tient dans ces lignes ; tout son roman, aussi.

Une écriture d’un classicisme à la fois sobre et flamboyant ; bel usage d’une langue précise et musicale ; quelque part, un regard distancié, et au cœur des choses, un peu comme au théâtre. Scène visuellement présente : atmosphère, bruits, odeurs et couleurs ; peu de personnages, mais qu’on n’oubliera plus… Et si, dans Gaudé, étaient nos besoins essentiels en littérature ?

Il y a dans ce livre-là, qui pourrait bien être un de ses meilleurs, cette lumière si particulière à son œuvre ; celle des enfers, de la mer mangeuse d’émigrés ; celle de l’Afrique des grands rois de jadis ; et, bien sûr, de l’écrasante chaleur de l’été des Scorta… Ce livre-là pourrait bien être gros de tous les autres, en abîme, en écho… Chez Gaudé, plus qu’ailleurs, chaque livre est un fleuve qui déroule récit et personnages ; il faut fermer les yeux, écouter ; le plus beau geste du lecteur.