Identification

L'amour du vélo : 2 livres, par Jean Durry

Ecrit par Jean Durry le 03.10.17 dans La Une CED, Les Chroniques

L'amour du vélo : 2 livres, par Jean Durry

 

Le goût du vélo, Textes choisis et présentés par Hélène Giraud, Mercure de France, juin 2017, 128 pages, 8 €

 

Dans la jolie lignée de la collection, ce Goût du vélo est une nouvelle réussite qui rassemble intelligemment sous son petit format des textes assez savoureux pour faire partager l’envie de telle ou telle activité.

Cette fois-ci, Hélène Giraud, qui les présente, les a choisis et regroupés selon quatre thèmes : le vélo pour « sentir et ressentir » ; « changer le monde » ; « rire » ; « se dépasser » c’est-à-dire la compétition. Les meilleurs auteurs français pour la majorité sont au rendez-vous, soit 29, de Maurice Leblanc, Pierre Giffard, Alphonse Allais, Emile Zola, Jarry, Jules Romains jusqu’à nos jours, Pierre Sansot décrochant seul la palme d’une double citation.

Merci – ou plutôt mercycle – beaucoup.

 

Zen ou l’art de pédalerClaude Marthaler, Editions Olizane, mars 2017, 160 pages, 15 €

 

Dans ce bréviaire, cette reprise de textes mis à jour pour la plupart déjà connus mais épuisés, Claude Marthaler, pédaleur suisse (né à Genève) convaincu, exprime avec sérénité sa prosélytique « Vélosophie ». « Vagabondant avec ivresse sur [la] terre ronde depuis toujours », après un galop d’essai de trois années entre l’Europe – l’Himalaya – et retour, il partit vers le Japon et circulant de par la planète ne s’en revint que sept ans plus tard à l’orée du XXIe siècle. D’autres périples « entre selle et terre » ont suivi.

Aujourd’hui il exprime à nouveau et plus que jamais le suc, pour ne pas dire les leçons, de ce mouvement perpétuel et des réflexions que celui-ci ne cesse de générer. Faut-il « partir, pour découvrir pourquoi l’on part ? ». « Pédaler est une manière d’aborder le monde » et ceux qui l’habitent, car à l’encontre de l’hystérie, la croissante dictature, de la vitesse, voyager lentement, c’est rencontrer rapidement ». Au cœur des espaces, contre ou poussé par le vent, tendant vers les cimes au long des pentes interminables ou les dévalant, il s’est trouvé tel qu’en lui-même « infime, dérisoire et vivant ». Roulant bientôt vers la soixantaine, il sait désormais que « le vélo est aussi une expression concrète du temps, parce qu’on éprouve différemment son propre corps selon les âges », et que si « on ne cesse pas de pédaler quand on vieillit, […] on vieillit quand on cesse de pédaler ».

 

Jean Durry

 

  • Vu: 273

A propos du rédacteur

Jean Durry

Lire tous les articles de Jean Durry


Rédacteur

Ardent défenseur de la langue française, Jean Durry a rejoint avec un vif plaisir l’équipe de « La Cause Littéraire ». Fils de Marie-Jeanne Durry, créatrice en 1945 du « Bulletin Critique », et lui-même président (2001-2013) des « Amis du Bulletin Critique du Livre en Français », il a fait du « Sport, culture vécue » son propre fil conducteur. Ecrivain – grand prix « Sport et littérature » 1992 -, historien et analyste du sport et de l’olympisme, fondateur du Musée National du Sport qu’il a dirigé près de 4 décennies (1963-2001), conférencier international, chroniqueur (presse, radio, télévision), président de la Fédération International du cinéma et de la vidéo sportifs (1987-1991), il a été le concepteur de quelque 200 expositions en France et hors de France.