Identification

Jeunesse

Une princesse au palais, Cécile Roumiguière et Carole Chaix

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 18 Octobre 2012. , dans Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Thierry Magnier

Une princesse au palais, 29 août 2012, 40 p. 19 € . Ecrivain(s): Cécile Roumiguière et Carole Chaix Edition: Thierry Magnier

Dans la salle du Café du Palais, elle attend sa grand-mère parmi les clients qui se croisent et se succèdent, les créatures étranges, les objets qui se pressent et s’animent soudain. Le patron est un magicien. La dame antilope se tait. Un ange du temps veille. Deux lapins nommés Peek et Poke commentent les faits et gestes de la jeune fille qui n’aura bientôt plus besoin d’eux. Comme le flux qui parcourt son corps, comme ce mouvement irrépressible du temps qui s’écoule, les personnages atterrissent et repartent du café dans de vastes mouvements : les religieuses se régalent, les amoureux se racontent des secrets, les demoiselles du théâtre s’égayent le temps d’un café…

« La salle est pleine.

Hirondelles noir et blanc sans fil où se poser, le serveur et deux serveuses virevoltent.

Elle, elle sourit en les regardant avancer en crabe entre deux tables, un seau à champagne dans une main, un plateau en équilibre dans l’autre.

Les voix chuchotées, les mots qui fusent, les ordres de plats lancés en cuisine, les odeurs de viandes rôties, de chocolat noir et de fromages mêlées…

c’est le moment qu’elle préfère ».

Génie toi-même !, Philippe Brasseur

Ecrit par Cathy Garcia , le Lundi, 15 Octobre 2012. , dans Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Casterman

Génie toi-même !, Philippe Brasseur (textes et dessins nb), illustrations couleurs de Virginie Berthemet, octobre 2012, 80 p. 14,50 € . Ecrivain(s): Philippe Brasseur Edition: Casterman

 

Génie toi-même est un livre d’activités, destiné aux enfants à partir de 9 ans, mais aussi aux adolescents et adultes qui auraient la curiosité d’y jeter un œil. En marchant sur les traces de grands génies connus, toutes époques confondues, que ce soit dans les sciences ou les arts, sont proposés à foison idées, pistes, suggestions, jeux et défis pour développer son propre génie, unique comme il se doit. Un peu fouillis, et du coup peut-être un peu difficile d’accès pour les plus jeunes, il est cependant possible à ces derniers de glaner ci et là ce qui résonne et d’apprendre au passage pas mal de choses à propos des faits et gestes de grands créateurs ou chercheurs, tels Fleming, Dali, Edison, Copernic, Picasso, Proust, Gaudi, Duchamp, Darwin, Lennon, Freud ou Einstein et beaucoup d’autres encore. Connaître leurs façons d’aborder leur travail, leurs recherches, découvrir leurs manies, trucs et astuces, qui ouvrent le champ à bien d’autres possibles.

Zhang, le peintre magicien, Pascal Vatinel

Ecrit par Cathy Garcia , le Lundi, 08 Octobre 2012. , dans Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Actes Sud Junior

Zhang, le peintre magicien, illustrations Peggy Adam, août 2012, 112 p. 7,70 € . Ecrivain(s): Pascal Vatinel Edition: Actes Sud Junior

Dans la veine des contes traditionnels chinois, comme celui du pinceau magique, voici une très belle histoire tissée de la série « Fleur de Printemps », du même auteur, cette fois autour de l’art de la peinture sur soie. L’histoire est racontée par le grand-père Lao Cheng, à sa petite-fille Fleur de Printemps, alors qu’elle s’exerce à la calligraphie sous sa conduite.

 

« – Peur, dis-tu ? Quel mot dois-tu tracer ?

– “Paix”.

– Alors, le seul moyen de bien l’écrire est que tu te sentes toi-même paisible. Si tu as peur, ton cœur ne pourra guider correctement ta main. Penses-y ».


Une belle histoire vaut souvent mieux qu’un grand discours, aussi pour lui faire comprendre la base essentielle de cet art, il se met donc à lui raconter l’histoire de Zhang, le peintre magicien.

Inventaire illustré des arbres, Virginie Aladjidi, Emmanuelle Tchoukriel

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Dimanche, 07 Octobre 2012. , dans Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Albin Michel

Inventaire illustré des arbres, septembre 2012, 72 p. 15,10 € . Ecrivain(s): Virginie Aladjidi, Emmanuelle Tchoukriel Edition: Albin Michel

Profitons de l’automne, alors que les arbres se parent de leurs plus belles couleurs, pour faire découvrir leur variété et leurs particularités. Dans ce sublime inventaire, au charme désuet et à la précision scientifique, les jeunes lecteurs vont pouvoir s’initier à l’art de l’inventaire arboricole, apprendre à reconnaître essences, feuilles et fruits. Aidés par un précis de vocabulaire illustré, nos naturalistes se voient proposer un parcours dans un arboretum idéal où les feuillus de nos campagnes jouxtent les essences asiatiques ou africaines, où le frangipanier côtoie le mélèze ou l’olivier.

Les planches à l’aquarelle d’Emmanuelle Tchoukriel sont d’une grande finesse et dégagent une sereine poésie. Virginie Aladjidi les annote et présente chaque arbre ou arbuste de façon concise tout en ciblant quelques détails surprenants, propres à marquer les mémoires. Ainsi, la feuille du ginkgo est-elle « constituée d’épines collées les unes aux autres » ; de ce fait, il n’est « ni feuillu, ni conifère ». Les baies du sorbier des oiseleurs, mangées par les oiseaux, voient leurs graines disséminées grâce à leurs fientes. « L’aulne est parfois associé à la mort, sans doute parce que son bois devient rouge sang quand il est abattu et qu’il servait à fabriquer des gibets ». Taille, longévité, forêt d’origine et animaux associés se trouvent indiqués.

Les enfants invisibles : histoires d'enfants des rues, Marie-José Lallart et Olivier Villepreux

Ecrit par Cathy Garcia , le Lundi, 01 Octobre 2012. , dans Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Actes Sud Junior

Les enfants invisibles : Histoires d’enfants des rues, illustrations Guillaume Reynard, septembre 2012, 96 p. 17 € . Ecrivain(s): Marie-José Lallart et Olivier Villepreux Edition: Actes Sud Junior

Dans ce livre, Marie-José Lallart, ex-fonctionnaire internationale à l’Unesco, prête sa voix aux enfants des rues de différents pays. Elle explique la démarche dans une préface inaugurée par un proverbe du Burkina Faso, qui en dit bien plus qu’un grand discours.

« Le contenu d’une cacahuète est suffisant pour que deux amis puissent le partager ».

« Les Écoles de l’espoir » est une association créée à l’initiative du footballeur professionnel international Mikaël Silvestre, qui souhaitait aider les enfants à accéder à l’alphabétisation au Niger, et puis dans d’autres pays d’Afrique et d’ailleurs, grâce au lien avec d’autres associations et le soutien d’autres sportifs célèbres. C’est par cette association que Marie-José Lallart a pu rencontrer ces enfants des rues : les bui doi au Viêtnam (« poussière de vie »), los desechables en Colombie (« les jetables »), bana imbia (« les chiens ») en république du Congo, les shégués, ou phaseurs « celui qui passe » de Kinshasa, considérés parfois pour leur plus grand malheur, comme des « enfants sorciers ».

« Le seul fait d’aller à l’école permettrait sûrement que l’on nous regarde différemment, car c’est bien le regard des autres qui est le pire ennemi des “shégués” ».