Identification

Jeunesse

Je sauve le monde quand je m'ennuie, Guillaume Guéraud

Ecrit par Cathy Garcia , le Dimanche, 04 Novembre 2012. , dans Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Le Rouergue

Je sauve le monde quand je m’ennuie, illustrations nb de Martin Roméro, collection zig zag, octobre 2012, 96 p. 7 € . Ecrivain(s): Guillaume Guéraud Edition: Le Rouergue

 

Voilà un petit livre bien drôle et plein d’énergie qui prend le parti des rêveurs, des têtes en l’air, des touchent pas terre. Le pouvoir de l’imagination versus les tables de multiplication. Eugène, alias le Capitaine Sans-Gêne, s’est donné pour mission de sauver le monde des méchants, et de protéger tout particulièrement Lisa.

« Lisa est la plus jolie fille de toute l’école. Elle est forte en tout. Et tout le monde est amoureux d’elle. Même moi ».

Hélas, même Kévin, qui est « le gros costaud de la classe. Tout le monde veut être son ami. Sauf moi ».

Et en réalité, ou plutôt de l’autre côté de la réalité, en vérité, Kévin a été mis à terre et massacré bien plus d’une fois, par le capitaine Sans-Gêne, alias le cavalier le plus intrépide, le chevalier plus fort que les Jedi, le meilleur joueur de foot de la galaxie…

Une vie d'ours, Christophe Fourvel et Janik Coat

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 01 Novembre 2012. , dans Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres

Une vie d’ours, Le Baron perché, septembre 2012, 32 p. 16,30 € . Ecrivain(s): Christophe Fourvel et Janik Coat

 

Un papa ours, une maman ours et des oursons… mais pas de Boucle d’Or dans cet album surprenant et délicat. Il ne s’agit pas d’une réécriture du conte en effet mais d’une leçon de vie indispensable : celle des générations qui se succèdent, de l’écoulement du temps qui compose une vie et conduit à la mort, avant de relancer un cycle nouveau. A partir d’un sujet complexe, les auteurs réalisent une œuvre évidente et sincère.

A partir de petits détails du quotidien de notre famille ours, se dessine ce processus presque intangible : une cruche que le plus fort peut soulever lorsqu’elle est pleine, une truite que le plus adroit parvient à pêcher avec facilité, une tarte aux mûres que l’on fait trop cuire, une cruche qui devient trop lourde à porter, un poisson que l’on laisse échapper. La vitalité, la force se transmettent, circulent d’une génération à l’autre : c’est « parce que la nature est bien faite ». Les ours dessinés sur le même modèle : de grands yeux ronds, un lourd museau noir, une allure trapue, ne se distinguent que par un accessoire (fleur, chapeau, vêtement de couleur) et leur taille qui évolue au fur et à mesure que les pages se tournent. Comme des ours gigognes en somme.

Les orphelines d'Abbey Road Tome 1, le Diable vert, Audren

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Samedi, 27 Octobre 2012. , dans Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, L'école des loisirs

Les orphelines d’Abbey Road, tome 1. Le Diable vert, octobre 2012, 282 p. 14,80 € . Ecrivain(s): Audren Edition: L'école des loisirs

« – Je sais bien, ma grande, mais là, on n’a pas de solution ! déclara Margarita. Il faudrait sans doute que le chat se rallume… ou je ne sais quelle fantaisie délirante du genre. Même dans les romans que je lis, on ne trouve pas d’histoire aussi dingue ».

Et voilà bien l’impression du lecteur en refermant ce roman. Quelle histoire délirante mais quelque peu décevante ! Car Les orphelines d’Abbey Road semble être un roman scindé en deux, ne parvenant pas à choisir entre deux genres : roman d’apprentissage doté d’une subtile intrigue psychologique et fantastique. Certes, les deux pourraient cohabiter, se marier, mais ici il s’agit plutôt d’une succession qui ne fonctionne pas. C’est un livre qui en contient deux : dans le premier, nous sommes longuement plongés dans un étrange orphelinat tenu par des sœurs peu engageantes et égoïstes. Les jeunes filles qui y sont recueillies souffrent de la faim et du froid, se font punir pour des broutilles. Certaines sont presque forcées à devenir sœurs à leur tour. Margarita, Joy la narratrice et Prudence décident de s’enfuir en passant par un souterrain secret caché sous l’abbatiale. Lorsque Prudence s’aventure seule dans ce dédale, elle en revient métamorphosée et tombe gravement malade. Ses amies vont tout tenter pour la guérir. Les mystères planent : quel est ce manuscrit découvert sous l’autel et rédigé en latin ? quelle relation entretient Lady Bartropp avec le jardinier Dawson ? quelle est cette trace de brûlure étrange sur le poignet de Prudence ?

Une princesse au palais, Cécile Roumiguière et Carole Chaix

Ecrit par Myriam Bendhif-Syllas , le Jeudi, 18 Octobre 2012. , dans Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Thierry Magnier

Une princesse au palais, 29 août 2012, 40 p. 19 € . Ecrivain(s): Cécile Roumiguière et Carole Chaix Edition: Thierry Magnier

Dans la salle du Café du Palais, elle attend sa grand-mère parmi les clients qui se croisent et se succèdent, les créatures étranges, les objets qui se pressent et s’animent soudain. Le patron est un magicien. La dame antilope se tait. Un ange du temps veille. Deux lapins nommés Peek et Poke commentent les faits et gestes de la jeune fille qui n’aura bientôt plus besoin d’eux. Comme le flux qui parcourt son corps, comme ce mouvement irrépressible du temps qui s’écoule, les personnages atterrissent et repartent du café dans de vastes mouvements : les religieuses se régalent, les amoureux se racontent des secrets, les demoiselles du théâtre s’égayent le temps d’un café…

« La salle est pleine.

Hirondelles noir et blanc sans fil où se poser, le serveur et deux serveuses virevoltent.

Elle, elle sourit en les regardant avancer en crabe entre deux tables, un seau à champagne dans une main, un plateau en équilibre dans l’autre.

Les voix chuchotées, les mots qui fusent, les ordres de plats lancés en cuisine, les odeurs de viandes rôties, de chocolat noir et de fromages mêlées…

c’est le moment qu’elle préfère ».

Génie toi-même !, Philippe Brasseur

Ecrit par Cathy Garcia , le Lundi, 15 Octobre 2012. , dans Jeunesse, Les Livres, Recensions, La Une Livres, Casterman

Génie toi-même !, Philippe Brasseur (textes et dessins nb), illustrations couleurs de Virginie Berthemet, octobre 2012, 80 p. 14,50 € . Ecrivain(s): Philippe Brasseur Edition: Casterman

 

Génie toi-même est un livre d’activités, destiné aux enfants à partir de 9 ans, mais aussi aux adolescents et adultes qui auraient la curiosité d’y jeter un œil. En marchant sur les traces de grands génies connus, toutes époques confondues, que ce soit dans les sciences ou les arts, sont proposés à foison idées, pistes, suggestions, jeux et défis pour développer son propre génie, unique comme il se doit. Un peu fouillis, et du coup peut-être un peu difficile d’accès pour les plus jeunes, il est cependant possible à ces derniers de glaner ci et là ce qui résonne et d’apprendre au passage pas mal de choses à propos des faits et gestes de grands créateurs ou chercheurs, tels Fleming, Dali, Edison, Copernic, Picasso, Proust, Gaudi, Duchamp, Darwin, Lennon, Freud ou Einstein et beaucoup d’autres encore. Connaître leurs façons d’aborder leur travail, leurs recherches, découvrir leurs manies, trucs et astuces, qui ouvrent le champ à bien d’autres possibles.

Les Livres