Identification

Deux livres de Ernest Pignon-Ernest et André Velter

Ecrit par Philippe Chauché le 13.11.15 dans La Une CED, Les Chroniques

Deux livres de Ernest Pignon-Ernest et André Velter

 

 

Pour l’amour de l’amour, Figures de l’extase, Ernest Pignon-Ernest, André Velter, Gallimard, octobre 2015, 176 pages, 35 €

Dans la lumière déchirante de la mer, Pasolini assassiné, Ernest Pignon-Ernest, André Velter, Karin Espinosa, Actes Sud, novembre 2015, 80 pages, 25 €

 

« Elles étincellent à force d’être livides. / Elles sont au monde pour se libérer du monde. Elles souffrent d’une famine qui creuse plus que la faim. / Elles s’inventent un ciel infernal qui a un goût d’azur calciné ».

Pour l’amour de l’amour est une traversée, une traversée mystique, une envolée lyrique, un éblouissement christique, où les corps se livrent pour se délivrer de la trop lourde pesanteur des siècles qu’ils habitent. Ces corps ont pour noms Marie Madeleine, Hildegarde de Bingen, Angèle de Foligno, Catherine de Sienne, Thérèse d’Avila, Marie de l’Incarnation, Louise du Néant et Madame Guyon. Ernest Pignon-Ernest se met à la hauteur de leur union mystique avec ses crayons et ses fusains, comme Carl Theodor Dreyer mettait sa caméra à la hauteur d’un miracle dans OrdetPour l’amour de l’amourprolonge les expositions proposées par Ernest Pignon-Ernest à la Chapelle Saint-Charles d’Avignon, au prieuré Ronsard à Saint-Cosme et dans la chapelle de la Salpêtrière à Paris, lieux uniques qui s’offraient à ces portraits en pied démesurés et qui semblaient s’élever en toute grâce et volupté. Pour cet ouvrage le dessinateur a invité son ami André Velter, poète musicien, que l’on sait traversé par le duende*. On est là au centre tellurique de la mystique, de l’élévation, du surgissement, de l’envolée, et l’attention du dessinateur, sa profonde inspiration, la justesse de son trait, de ses drapés, de ses mains, de ses peaux, des regards, des corps offerts, la profondeur de ses gris et de ses blancs, surgissent comme autant de songes. Point d’illustration, mais un saisissement d’un corps qui se donne, s’élève dans un mouvement de joie et de douleur. Point de commentaire mais la vibration de mots et de phrases qui se glissent sur le papier comme une voix sur un accompagnement de guitare. André Velter est leur voix secrète, l’écrivain se saisit de leur histoire, de leurs aventures, de leurs tremblements, témoin de leur joie céleste, de leur lave et leur volcan.

 

« De la passion tu t’étais fait une loi rebelle et la loi nouvelle que s’inventaient les hommes. Tu étais l’ultime excessive, l’ultime femme de la mystique effrénée qui livrait tout son être dans un cri sans limite : “Ô mon Dieu, enseignera-t-on avec méthode à faire l’amour à l’Amour même” » (Madame Guyon).

« Rodeur je fus à perte de vertige / Et presque à perte d’âme,

Si proche de la cendre de Giordano Bruno, / De la prison de Gramsci,

Des catacombes, des ruelles incertaines, / des terrains vagues du bord de la mer,

Si livré à la gangue des nuits, / Quand la passion est le pur scandale

Qui vous passe dans la peau » (André Velter).

« D’abord la silhouette, sans tête. Puis la recherche de l’expression juste, à la fois aiguë et bienveillante, regard intense et soutenu, traits reconnaissables sans ressembler pourtant à tous les portraits vus et revus dans les journaux, les livres, les sites internet. Les calques se superposent, s’annulent au fur et à mesure, jusqu’à composer, enfin, un visage déterminé (c’est moi qui souligne). Parfois des coulées noires dévalent le long du crâne, du cou, jusqu’aux épaules » (Karin Espinosa).

 

Dans la lumière déchirante de la mer, est la trace d’un dessin, d’une pietà de Pier Paolo Pasolini, qui tend les bras et porte un corps mort, le sien. Pasolini s’avance ainsi avec sa propre mort, sorti du tombeau, pour ne rien oublier**, son sacrifice, son assassinat, et les silences complices sur les murs de Rome, d’Ostie, de Matera et de Naples.

Ernest Pignon-Ernest n’est pas qu’un artiste des chapelles et des musées, des galeries et des collections, c’est également et surtout un dessinateur des murs et des rues, ses dessins collés y vieillissent, ils y gagnent en épaisseur, en traces, cette patine du temps dont se préservent les musées. L’artiste a ainsi porté le corps de Rimbaud, de Genet, d’Artaud, de Neruda et Desnos, des corps comme des cathédrales qui s’offrent aux passants. Les rues s’en souviennent, les passants ne croisent plus comme avant ces dessins offerts à la pluie et aux graffitis, aux mains anonymes et aux regards éblouis. La mort de Pasolini sur une plage d’Ostie le premier novembre 1975 reste un mystère, une mise à mort sans réponse qu’interroge l’artiste niçois. Comme toujours le trait est net et précis, trace inspirée des grands anciens qui l’ont précédé, Piero de la Francesca, le Caravage, Giotto, et le Greco. Dessiner c’est offrir au regard ce qui ne se voit pas, c’est garder des traits du visage et du corps les signes que le temps y a déposés, c’est donner à voir, à entendre le chant profond (cante jondo) du corps qui s’avance.

Pour l’amour de l’amour et Dans la déchirure de la mer se répondent merveilleusement, les Figures de l’extase sont aussi celles de la révolte, quitter la terre pour le Paradis pour ces femmes transportées, transformer le monde par la poésie, le cinéma et la parole pour l’artiste de l’Evangile selon saint Mathieu.

 

Philippe Chauché

 

duende : grâce absolue que l’on applique au flamenco et à la tauromachie, née de l’instant, certains évoquent un envoûtement, une illumination où l’art se dépasse et devient indépassable et impossible à reproduire.

** Karin Espinosa

 

Ernest Pignon-Ernest, maître de l’art éphémère, dessinateur d’exception, artiste de la mémoire et des mythes, on lui doit notamment Face aux murs, Delpire, Ernest Pignon-Ernest avec André Velter, Gallimard, Miracle du dessin, texte de Gérard Mordillat, Repères, Editions Galerie Lelong. En 2016, le MAMAC de Nice propose une Grande rétrospective de ses œuvres.

André Velter, poète, et éditeur chez Gallimard. Il a notamment écrit La vie en dansantL’amour extrêmePaseo GrandeLe Tao du Toreo avec des dessins d’Ernest Pignon-Ernest.

Karin Espinosa, homme de radio, a entrepris une thèse de doctorat consacrée aux figures dans le théâtre urbain d’Ernest Pignon-Ernest, et a tenu le journal de bord de ces collages sur Pasolini dont l’ouvrage porte de vives traces.

  • Vu: 1979

A propos du rédacteur

Philippe Chauché

 

Lire tous les articles de Philippe Chauché

 

Rédacteur

Domaines de prédilection : littérature française, espagnole, du Liban et d'Israël

Genres : romans, romans noirs, cahiers dessinés, revues littéraires, essais

Maisons d’édition les plus fréquentes : Gallimard, Minuit, Seuil, Grasset, Louise Bottu, Quidam, L'Atelier contemporain, Tinbad, Rivages

 

Philippe Chauché est né en Gascogne, il vit, travaille et écrit à Avignon. Journaliste à  Radio France, il suit notamment le Festival d’Avignon. Il a collaboré à « Pourquoi ils vont voir des corridas » publié par les Editions Atlantica et publie quelques petites choses sur son blog : http://chauchecrit.blogspot.com