Identification

Village, Joachim Séné (par Ahmed Slama)

Ecrit par Ahmed Slama 23.09.19 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Roman, publie.net

Village, août 2018, 264 pages, 20 €

Ecrivain(s): Joachim Séné Edition: publie.net

Village, Joachim Séné (par Ahmed Slama)

 

Auteur d’une œuvre singulière et qui commence à prendre de l’épaisseur, Joachim Séné revient, toujours aux éditions Publie.net, avec Village, son roman le plus abouti à mon sens et où se déploie toute sa virtuosité scripturale.

Avec Village, nous ne sommes pas loin de Claude Simon, écrivain qui semble nourrir cette prose faite de description sensible et fine. Mais avant de pousser plus avant, arrêtons-nous quelques instants sur ce titre, village ; aucun déterminant ne précède le nom, rien ne vient cerner en quelque sorte ce titre, Village, qui se trouve être le personnage central du roman. Non pas ce village vu par le filtre d’un ou plusieurs personnages, mais la vie même de Village lui-même prétexte à un déploiement virtuose.

 

Village-réseau

Attardons-nous sur la couverture et qui, je trouve, recoupe avec une subtilité certaine la matière même du roman ; avec ces lignes, ces ondulations et qui traversent toute la surface d’une sorte de carte formant ici ou là des figures. Il va de même pour Village, le roman, car au fil des pages c’est un réseau singulier qui se tisse dans et par l’écriture de Joachim Séné et dont les contours se découvrent parcelle par parcelle ; village à la fois au cœur du libre, mais également pré-texte au foisonnement auditif et visuel – « Il n’y a que le silence venteux des champs autour de toi et le bruit de la chaîne et de son long passage dans le dérailleur, le craquement des pédales aussi, sur lesquelles, dans cette côte, tu appuies comme à l’arrêt – ce n’est plus un film c’est une photo » –, bien plus qu’une photo, qu’un film, Village est un kaléidoscope de sensations que nous révèle l’écriture de Joachim Séné, qui saisit, retranscrit, restitue les sensations subtiles, celle d’une ballade à vélo, d’un paysage tout nimbé de poussière et que balaient quelques brins de brises, ou encore ces « marches qui craquent (…) chacun a sa méthode pour ne pas faire craquer les marches six et quatorze, que l’on numéroterait ainsi de bas en haut, comme de les monter deux à deux en commençant à poser le pied sur la première, ou à défaut en corrigeant la lancée, par exemple en ne sautant pas la troisième marche, et puis petit à petit le corps apprend cela et le cerveau ne compte plus, ne prépare plus la montée ou la descente, les pieds tombent seuls sur les marches qui ne craquent pas et il est certain que la couleur de la moquette qui recouvre les marches six et quatorze est plus vive », la couleur d’une moquette, le grain singulier de roues de vélo sur l’asphalte, tout est signifiant, tout est signifiance dans ce village, rien ne fait détail, ou plutôt les moindres détails nous permettent de restituer ce village dans son intégralité, sa vie, son histoire…

 

Village-Histoire

Cette écriture singulière porte également un tissu d’histoires, racontars reportés de bouches à oreilles, de ces anecdotes dont tout le sel est d’être accessoires, ou encore les histoires d’hommes et de femmes, celles du vieux Glaise qui a connu les affres de la deuxième guerre mondiale et dont le nom même résonne avec les terres et les cultures de ce village. Ou encore cette famille d’à côté dont on connaît l’ensemble des membres et dont la maison serait une extension de la nôtre, dont on connaîtrait les moindres recoins. Et ce sont toutes ces histoires ou plutôt ce réseau d’histoires qui vont se déployer de page en page, magnifiés par le récit qu’en fait Joachim Séné, comme pour cet apprenti, Simon, et dont le corps semble se fondre dans celui de la moissonneuse batteuse : « On est là directement dans la tête de l’engin, avec nos mains qui deviennent une partie de la machinerie, comme ce qui, en nous, parfois, prend le contrôle, certains jours de peine, quand l’esprit hors du crâne regarde bouger le corps, quelque chose nous meut ».

 

Ahmed Slama


  • Vu : 554

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Joachim Séné

 

Né à Amiens en 1975, Joachim Séné vit à Paris. Il a publié chez Publie.net : Sans, C’était, Arthur Maçon, et La crise. A paraître : La crise suivi de Je ne me souviens pas, réédition chez Publie.net, octobre 2017. C’était, réédition janvier 2018. Village, septembre 2018. Il publie régulièrement dans son atelier ouvert Fragments, chutes et conséquences, et anime également un site de renumérisation, Relire.net, et le site de créations sonores et littéraires L’aiR Nu.

 

A propos du rédacteur

Ahmed Slama

 

Ahmed Slama,

Agenceur de mots littéraire : finaliste du Prix du Jeune Ecrivain Français 2015 et 2016, lauréat du prix de la revue Rue Saint-Ambroise, retrouvez son feuilleton Topologie des Clopes. Agenceur de mots journalistique au BondyBlog. Il se propose, chaque semaine, de cartographier le réseau littéraire numérique à travers sa chronique, LittéWeb, à retrouver dans La Cause Littéraire.