Identification

Vie & opinions de Gottfried Gröll, Christophe Manon (par Ahmed Slama)

Ecrit par Ahmed Slama 08.11.18 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Poésie

Vie & opinions de Gottfried Gröll, Dernier Télégramme, 2017, 120 pages, 13 €

Ecrivain(s): Christophe Manon

Vie & opinions de Gottfried Gröll, Christophe Manon (par Ahmed Slama)


Gottfried Gröll, avec un nom pareil, on doit l’entendre venir, le Gottfried, et de loin. On le remarque en tout cas, en librairie, ce fut mon cas tout du moins, avec sa couverture, toute sobre, du noir ? Non à mieux y regarder du bleu, nuit, bel objet que nous offrent là, les éditions du Dernier Télégramme. On poursuit l’exploration, l’alternance des pages blanches et des noires jusqu’aux textes qui s’étalent sur une bonne centaine de pages. Avec ce rythme condensé, loin d’être engoncé. Onze vers – paraît qu’on appelle ça un onzain, ça désigne également une commune du Loir-et-Cher, mais ça n’a rien avoir avec le sujet – onze vers par onze vers donc, on avance dans les pages, dans Vie & opinions de Gottfried Gröll.

Le déséquilibre constant :

On avance, donc, par ces vers, phrases toutes coupées, découpées, et qui créent, à la lecture, ce déséquilibre qui nous fait avancer. La progression du sens, à la fin du vers, oblitérée, et puis ça reprend en bas, pas toujours dans le sens que l’on présageait. Tout un dispositif qui font de ce Vie & opinions de Gottfried Gröll, non pas ce qu’une certaine idée du style formaté et convenu désigne par Page turner, mais un Line Switcher. On les goûte, ces vers, avec satisfaction, avec jubilation quand Gröll-Manon – que j’appellerai, moi, Grönon – va, le temps de quelques vers, se faire pamphlétaire, trempant sa langue virtuose dans le vitriol. Et ça touche à tout alors, aux flics, bien sûr


Parfois ça distribue des coups de poings

dans la gueule mais surtout sur les peaux

de couleur. On appelle ça broyer du noir.


… à cette mythologie du français, et comme langue et comme nation, c’est que les français,


… Ils entretiennent à cet égard une certaine

fierté tout en ronds de chapeau et entretiennent

avec leur langue un rapport de surveillance qui se

manifeste par une forme de contrôle qu’on appelle

francophonie ou académie dans la presse à torchons.


De l’aphorisme diesel :

L’aphorisme se définit comme suit : sentence énoncée en peu de mots. Et de mots, les pages de Vie & opinions de Gottfried Gröll, elles en regorgent. Il y a ces vers, d’abord, leur continuité, et qui à chaque page brodent un motif. Puis, tout au milieu de ce motif de surgir, comme porté, emporté par ce rythme salvateur qui va, d’un coup, accoucher d’un aphorisme des plus ciselés. Qui vous tape dans l’œil, l’ouïe, mais surtout l’esprit :


Les poissons c’est de l’eau

concentrée qui danse.


Un aphorisme qui vous reste encore, bien après avoir refermé Vie et opinions de Gottfried Gröll. Le refermer, ce livre, avec la déception de la fin, qu’il faudra encore attendre le prochain Christophe Manon. On peut dès lors toujours se rassurer en allant piocher dans les autres livres de Manon, Extrêmes et lumineux, par exemple,  dont Benoît Artige vous parle, par ici.


Ahmed Slama

 


 

  • Vu : 144

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Christophe Manon

 

Christophe Manon est né en 1971 à Bordeaux. Il a publié de nombreux ouvrages de poésie, notamment Protopoèmes aux éditions de l’Atelier de l’agneau en 2009, Testament (d’après François Villon) aux éditions Léo Scheer en 2011, et Cache-cache aux Editions Derrière la salle de bain en 2012. Il a collaboré à de nombreuses revues et se produit régulièrement dans des lectures publiques. Il a codirigé les éditions ikko et la revue Mir.

 

A propos du rédacteur

Ahmed Slama

 

Ahmed Slama,

Agenceur de mots littéraire : finaliste du Prix du Jeune Ecrivain Français 2015 et 2016, lauréat du prix de la revue Rue Saint-Ambroise, retrouvez son feuilleton Topologie des Clopes. Agenceur de mots journalistique au BondyBlog. Il se propose, chaque semaine, de cartographier le réseau littéraire numérique à travers sa chronique, LittéWeb, à retrouver dans La Cause Littéraire.