Identification

Une vie devant soi (Poème)

Ecrit par Colette Daviles Estinès 08.11.13 dans La Une CED, Ecriture, Création poétique

Une vie devant soi (Poème)

 

 

 

 

 

Jeter les mots en bas des socles où ils étaient vissés

Travestis de silences comme une fêlure de voix

Les paroles s’échappent d’un trop plein de taire

C’est une plaie ouverte et joyeuse

Une trace de rigole

Un roulis-éboulis de pensées qui se cherchent

Où en étais-je, déjà ?

J’en étais au sens des aiguilles du temps

Aux adieux distillés comme un parfum de fleur

Finalement libérée, merci

Je laisse mes plumes là-bas

Et viens on y va, viens

On y va

Alors vas-y

Vacille

Et je pose mes pas sur des pages ouvertes

J’y mettrai des fenêtres coloriées lagon

Des empreintes de sel séché à ton soleil

Des reflets d’avenir

Ce sera juste moi, un peu dépossédée

Presque tue mais vivante

 

Une sorte de vie devant soi

 

Colette Daviles Estinès

 


  • Vu : 1907

Réseaux Sociaux

A propos du rédacteur

Colette Daviles Estinès

Tous les textes de Colette Daviles Estinès


Rédactrice

 

Naissance au Vietnam, enfance en Afrique. Anciennement paysanne, aujourd'hui citadine.

Elle puise son inspiration dans un sentiment de perpétuel exil.

Quelques textes publiés à La Barbacane ainsi que dans la revue en ligne LE CAPITAL DES MOTS