Identification

Une folle en liberté, Beate Grimsrud

Ecrit par Christian Massé 21.01.13 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Roman, Pays nordiques, Actes Sud

Une folle en liberté, traduit du norvégien par Alex Fouillet, 2012, 445 p. 24 €

Ecrivain(s): Beate Grimsrud Edition: Actes Sud

Une folle en liberté, Beate Grimsrud

 

Tu sais, quand je me suis réveillée vers trois heures du matin, j’ai regardé ma main droite et j’ai senti très nettement que mes cinq doigts, c’est moi. Espen, Emil, Erik, le prince Eugen et Eli. Espen, c’est le petit doigt, mais je ne sais pas si c’est Erik ou Eli dans l’index. Ça me rend furieuse…

Espen est le personnage populaire que personne ne veut jouer au théâtre dans une pièce où son rôle serait le principal. C’est lui qui décide de tout et qui vient dans les larmes des autres. Espen pleure souvent dans les yeux de la narratrice. Surtout quand elle est en détention préventive. Emil est celui qui pense que tant qu’on peut jouer au football, rien de grave ne peut arriver. La narratrice écrit souvent son nom en grosses lettres enfantines sur son cahier. Erik est celui qui est là où le monde n’est pas. Exclu de lui-même, il donne des coups de pied et boxe dans le vide. Il a seize ans, comme la narratrice. C’est un rebelle qui lui ordonne parfois de casser des bouteilles. Retenu en détention avec elle, il est obsédé par l’idée d’aller chercher le nouveau costume d’Eugen. Le prince Eugen veut à tout prix que la narratrice doit montrer qui elle est vraiment. Il ne cesse de le lui répéter. Enfin, Eli : Eli en hébreu veut dire « mon Dieu ». C’est à la fois un nom de fille et un nom de garçon. Elle est venue en Suède pour aller dans une université populaire.

Je suis en plein travail sur un documentaire à propos de ma vie de footballeuse. J’ai écrit le manuscrit, mis en scène et joué dans le film. Nous avons auditionné beaucoup de petites filles pour trouver celle qui me jouera petite.

Mais des staphylocoques apparaissent sur le front de la narratrice dans une blessure qui ne se cicatrise pas. Erik est satisfait : il trouve que son visage de poupée commence à vivre. C’est une adulte, désormais, qui fait souvent le rêve de changer de sexe. Dans le dortoir où elle est internée, elle se sent transparente et la seule à être vivante. Les troubles des autres la menacent. Elle se plante près d’une table où les infirmiers jouent aux échecs. D’un coup de pied, elle fait tout valser. La minute suivante, elle se retrouve collée au sol, le pantalon baissé et une seringue dans la fesse droite. Le journal de bord des infirmiers indique :

la patiente dit que la seule chose dont elle a envie, c’est se battre, avec n’importe qui. Puis elle dit que la seule chose qu’elle veut, c’est que quelqu’un la frappe […] Elle demande qu’on la tue […] Psychose polymorphe aiguë à composante schizophrénique.

 

Christian Massé


  • Vu : 1548

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Beate Grimsrud

 

Née en 1964 en Norvège, boxeuse et ancienne footballeuse professionnelle, l’auteure narratrice écrit de la prose, des pièces de théâtre et des scénarios. Son roman (Esquiver la hache, 1998, inédit en français) a été récompensé par le prix de la Radio suédoise et Une folle en liberté a reçu le prix des Critiques lors de sa sortie, en Norvège.

A propos du rédacteur

Christian Massé

Lire tous les articles de Christian Massé


Rédacteur


Christian Massé, la soixantaine, vit installé en Touraine depuis 1990, après dix huit années passées à Paris. Marié, père de cinq enfants.

A publié :


Entre noir à Jean-Jaurès, éd. Denis Jeanson, 1997.
Le Drôle-au-diable, récit, éd. Le Temps des Cerises, Paris, 2001.
La mesure du temps, anthologie, éd. Denis Jeanson, 2004, épuisé.
La Loire dans tous ses ébats, nouvelle ligérienne, éd. Le Petit Pavé, Brissac, 2007.
La dernière nuit de Josepha, roman, éd; Le Temps des Cerises, 2008.
Les troubadours dans la ville, ouvrage collectif (? De la plume à la dague ?, nouvelle de CM) édité par le

La mesure du temps, anthologie, éd. Denis Jeanson, 2004, ré-édité en 2012.

Le mauvais génie, nouvelle, façon Oulipo, La comtesse de Ségur et nous, ouvrage collectif, éd. Le Jardin d'Essai.

La colère des imbéciles remplit le monde. Opuscule sur l'écrivain Georges Bernanos, à partir de son essai "Les grands cimetières sous la lune". BNF 2013.

Lettres de Lucien Gerfault à son père, roman épistolaire, éd. Antya, 2013.

Et Siroco nous était conté?Récit d'un séjour effectué en mer Méditerranée sur le vaisseau de guerre SIROCO, du 9 au 14 juin, éd. Antya,2013.

Palestine...Terre sainte, Terre souffrante.Opuscule d'une conférence tripartite organisée par la paroisse de Saint Côme en Loire en octobre 2010. Ed. Antya.

Le temps ininterrompu, anthologie, éd. Antya, 2014.

Consuelo, c'est moi, récit critique, "Lire George Sand", ouvrage collectif, éd. Le Jardin d'Essai, 2014.

Le temps numérique, anthologie (chroniques littéraires numériques), éd. Antya, 2015.

L'atelier de l'avenue du Maine, adaptation théâtrale du roman de Marguerite Audoux, "L'atelier de Marie-Claire", éd. Le Jardin d'Essai, 2015.

Le Journal retrouvé, récits auto biographiques, auto édité, 2016.

Les genêts, éd. Antya, 2017, ré édition (1ère édition: Les Lettes Libres, 1986)

La dernière nuit de Josepha, roman, éd. Antya, 2017, ré édition (1ère édition: Le Temps des cerises, 2008)

Flaure, peintre du figuratif,éd. Les Dossiers d'Aquitaine, collection Beaux livres. 2018

 

A été membre de l'Union des écrivains, pendant 15 ans.
Membre de la Société des Gens de Lettres (depuis fin décembre 2010)

- Animateur de rencontres littéraires et artistiques (Tours).

- Président de l'association Les Arts en écho !


Président de l'Association littéraire La Plume ligérienne (organise des soirées littéraires dans des lieux non institutionnels)