Identification

Un homme jetable, Aude Walker

Ecrit par Sophie Adriansen 13.01.12 dans La Une Livres, Les Livres, Recensions, Roman, Editions du Moteur

Un homme jetable, Editions du Moteur, 5 janvier 2012, 96 p. 12,50 €

Ecrivain(s): Aude Walker Edition: Editions du Moteur

Un homme jetable, Aude Walker

Jules a vingt ans, le diable au corps et une envie pressante de quitter le nid où sa mère change d’homme comme de robe. Il veut trouver un boulot, n’importe quoi qui l’emmène loin et lui fasse gagner un peu d’argent à envoyer à sa petite sœur – n’importe quoi, quitte à se brûler les ailes ; n’importe quoi, et c’est encore mieux si cela lui brûle les ailes. Jules est en quête d’adrénaline, et c’est en se faisant embaucher en intérim dans les centrales nucléaires qu’il va en trouver, en approchant du plus près qu’il peut « la radioactivité, ce mal invisible, inodore, inconnu » (page 49).

C’est un univers que découvre Jules, et le lecteur avec lui : les centrales réparties dans l’Hexagone, les hommes qui font ce que d’autres ne se risquent pas à tenter, les amitiés qui naissent entre ces gens qui se retrouvent d’un site à l’autre, les différences entre les agents EDF et les intérimaires – ces différences, il finira par en faire un combat quand l’injustice frappera à la porte de la caravane.

« Cette matière humaine qui avance comme un seul homme vers la centrale, ça m’impressionne. Je me rends compte que je n’ai lu que des choses sur la configuration technique de la centrale et sur les légendes noires du nucléaire : les bombes H et A, Tchernobyl, les incendies, les accidents, les explosions, mais j’ai oublié les hommes. Sur les hommes, je ne sais rien » (page 18).

La prose vive et hachée, souvent peu tendre aussi, d’Aude Walker, campe à merveille la fougue et l’impétuosité, la jeunesse et l’inconscience d’un personnage qui essaie à tout prix de se sentir vivant. Le rythme évolue à mesure de la progression, laissant s’insinuer dans les mots « les tentacules invisibles de l’atome qui petit à petit étreignent » (page 51) le héros. Aude Walker a l’art de distiller des informations précises sur un monde opaque s’il en est sans étouffer ni lasser le lecteur, qui ressort de son roman instruit tout en finesse.

Mais Un homme jetable est aussi et surtout un texte engagé, politique, qui dénonce les dangers d’un mal que d’aucuns disent nécessaire et les risques que l’on fait prendre à autrui en même temps qu’il rend hommage aux populations que la misère, quelle qu’en soit la nature, pousse à se sacrifier, ces êtres pas moins humains que les autres qui mettent leur vie dans la balance.

Et les gagnants, on le sait bien, sont toujours les mêmes depuis la nuit des temps.


Sophie Adriansen


  • Vu : 2124

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Aude Walker

Aude Walker est née à Paris le 12 juin 1980 de parents musiciens. Elle découvre trop tôt la littérature avec des écrivains autrichiens suicidaires de la fin du XIXème siècle et écrit sa première nouvelle à 11 ans. Après des études de lettres et de dramaturgie, elle devient journaliste en presse écrite (Figaro étudiant, Technikart, Glamour) et en télévision (FR5 puis M6, où elle cherchait des nains amputés pour le très éphémère « Sacrée Laurence »). Après Saloon (Denoël, 2008), Un homme jetable est son deuxième roman.


A propos du rédacteur

Sophie Adriansen

 

Sophie Adriansen est l'auteur de plusieurs ouvrages en littérature générale et en littérature jeunesse, notamment Je vous emmène au bout de la ligne (Max Milo), Trois années avec la SLA (Editions de l'Officine), Un meeting (StoryLab), J'ai passé l'âge de la colo ! (Editions Volpilière), Louis de Funès - Regardez-moi là, vous ! (Editions Premium), Quand nous serons frère et sœur (Editions Myriapode). Ses nouvelles ont été publiées en recueils et dans différentes revues.

Elle participe à des jurys littéraires et tient depuis 2009 le blog de lecture Sophielit.

www.sophieadriansen.fr

 

http://www.lacauselitteraire.fr/j-ai-passe-l-age-de-la-colo-sophie-adriansen J'ai passé l'âge de la colo !