Identification

Trois gouttes de sang et un nuage de coke, Quentin Mouron

Ecrit par Valérie Debieux 23.10.15 dans La Une Livres, Les Livres, Critiques, Roman, La Grande Ourse

Trois gouttes de sang et un nuage de coke, juin 2015, 224 pages, 18 €

Ecrivain(s): Quentin Mouron Edition: La Grande Ourse

Trois gouttes de sang et un nuage de coke, Quentin Mouron

 

« Le pick-up noir est stationné à l’angle de la rue Parker et de la rue Mount Auburn. Le vieux Jimmy Henderson a laissé tourner le moteur et il finit d’engloutir la part de pizza au peperoni achetée dans le resto qui fait l’angle. L’habitacle sent la friture, le sang frais, le tabac froid. Des emballages de nourriture et de boisson jonchent le sol. Un morceau de carcasse de cerf enveloppé dans du plastique est posé sur le siège passager. Un fusil de chasse – Winchester calibre 12 à pompe – est appuyé contre le tableau de bord. Suspendu au rétroviseur, un déodorant en forme de Christ crucifié.

La rue Mount Auburn est calme. L’épicerie vient de fermer et la nuit est tombée. […] Jimmy allume ses phares. Il va repartir quand il aperçoit la silhouette d’un homme vers Mount Auburn depuis le bout de la rue Parker. Un homme qui n’est pas de ceux que l’on croise à Watertown. […] L’homme s’arrête à la hauteur du pick-up. “Bonsoir” balbutie Jimmy. L’homme s’incline légèrement ».

Qui a tué Jimmy Henderson ?

Sale boulot pour McCarthy, le shérif de Watertown : « Des types égorgés comme l’a été le vieux Jimmy, ce n’est pas rare. Pourtant, c’est la première fois qu’il se trouve face à un mort à qui on a crevé les yeux, tranché la langue et coupé les joues jusqu’au ras des oreilles ». Chercher un criminel dans cette ville, pas facile : phagocytée par des hommes politiques corrompus, pratiquant selon le lieu, le vice ou la vertu, par des mafieux manipulant aussi bien le livre de cantiques que la gâchette, par des hommes d’affaires au costume parfaitement coupé, sans conscience ni scrupules, par des individus véreux se livrant à toutes sortes de petits trafics, la ville grouille de gens peu fréquentables. Le shérif sait de quoi il en retourne ; cette ville, il la connaît bien : voilà dix ans qu’il la patrouille, la surveille et en écoute le moindre bruissement. Ce crime lui rappelle d’ailleurs une autre affaire, celle de ses débuts à Watertown, l’affaire « Sherman Valley », l’histoire d’une jeune mère de famille retrouvée, elle aussi, les yeux crevés et le visage défiguré. On n’a jamais retrouvé le coupable…

De passage à Watertown, Franck, un jeune détective, à l’élégance recherchée et voyante, cocaïnomane, en parfaite osmose avec l’atmosphère de la ville, mène, de son côté, sa propre enquête.

Pour l’un comme pour l’autre, les mêmes questions : qui a tué Jimmy Henderson ? Pourquoi l’avoir défiguré ? Un ou plusieurs tueurs et sur ordre de qui ? Chercher la réponse à ces questions va conduire les deux hommes dans les méandres et les coulisses de la société bostonienne où se croisent, sans se mélanger, toutes les couches de la société, ayant pour dénominateur commun l’attrait de l’argent, du pouvoir, du sexe et de la drogue, avec par nécessité ou, parfois, par gratuité, le recours à la violence.« […] Mais il se peut que nous ayons tout faux, et que ce meurtre soit le fait de quelqu’un qui n’agit pas de manière rationnelle, ou selon un code qui nous échappe, un vrai taré dont nous ne savons rien sinon qu’il traîne dans nos rues – et qu’il tue. Un type qui n’agit sans autre motif que son propre plaisir ».

Avec son style percutant et vif, Quentin Mouron présente un thriller rythmé, agrémenté de pertinentes considérations au sujet du fonctionnement de la société. Parfaitement conduite de la première à la dernière ligne, l’intrigue de l’ouvrage incite le lecteur à passer rapidement d’une page à l’autre. Pas de temps mort, pas une seconde d’ennui. Et au final, un dénouement surprenant.

 

Valérie Debieux

 


  • Vu : 1137

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Quentin Mouron

 

Quentin Mouron, poète, novéliste et romancier naît en 1989 à Lausanne. Il possède la double nationalité suisse et canadienne. Il est très remarqué en 2011 avec Au point d’effusion des égouts (Prix Alpes-Jura), puis avec Notre-Dame-de-la-Merci (2012) et La Combustion humaine (2013). Trois gouttes de sang et un nuage de coke est son premier ouvrage publié en France.

 

A propos du rédacteur

Valérie Debieux

 

 

Lire tous les articles de Valérie Debieux


Valérie Debieux a été Directrice adjointe, rédactrice et responsable de la communication sur les réseaux sociaux (septembre 2011-juillet 2014)

Rédactrice et responsable du secteur littérature suisse

Ecrivain et traductrice littéraire née en Suisse en 1970

Membre de l’Association des Amis de Jean Giono: http://www.jeangiono.org/


Le site de Valérie Debieux :

www.lagalerielitteraire.com