Identification

Tout est provisoire, même ce titre, Mix ô ma prose (par Cathy Garcia)

Ecrit par Cathy Garcia 09.09.19 dans La Une Livres, Critiques, Les Livres, Poésie

Tout est provisoire, même ce titre, Cactus Inébranlable, coll. Les p’tits cactus #49, janvier 2019, 80 pages, 9 €

Ecrivain(s): Mix ô ma prose

Tout est provisoire, même ce titre, Mix ô ma prose (par Cathy Garcia)

 

« Être fier d’aller de l’avant,

Debout sur un tapis roulant »

 

En voilà un drôle de zèbre (clin d’œil à ceux qui se reconnaîtront) ce Mix ô ma prose ! Son Tout est provisoire, même ce titre, est un vrai festin, un concentré de nourriture aussi délicieuse que corrosive, le lecteur n’en fera cependant pas indigestion car le plat est drôlement bien équilibré. Avec intelligence, justesse, une lucidité à vif et une ironie salvatrice, l’auteur qui n’aime pas signer de son nom, pose des pensées qui claquent, des mots kits de survie dans un monde carré à sens unique où l’impératif d’avoir, de réussir, mentir, gonfler, tricher, paraître mieux pour gagner du creux, assomment toute tentative de réelle humanité.

« Je voulais être,

Je me suis fait avoir ».


Et savoir exprimer l’essentiel en deux phrases, c’est un art.

 

« Entre moi et le bleu du ciel,

Le langage institutionnel ».

 

Tout est provisoire, même ce titre, est une sorte de pense pas bête libert’air qui sans se prendre au sérieux, ni donner de leçons à personne, creuse des issues de secours vers des cieux plus sauvages, plus authentiques, vers la liberté d’être soi envers et avec tout en échappant aux injonctions de l’artifice.

 

« Connaissant la musique,

Je reste hors de portée ».

 

« De nos jours,

Réfléchir,

C’est refléter

Ce qui est proposé ».

 

« La nature enfin dominée,

Belle et triste comme un herbier ».

 

« Tout est cher,

Même la réalité a augmenté ».

 

« C’est vous qui composez votre menu,

Et c’est comme cela qu’ils nous ont eus ».

 

« Avoir un cœur de pierre

Pour faire carrière ».

 

Mais l’auteur, s’il pense que son nom n’a pas d’importance, ne se cache pas tant que ça : maniant l’humour sans céder à la facilité, il s’expose au contraire, se dénude, dans sa fragilité, son handicap à la normalité et ses « rêves savonnettes ».

 

« Si je devais résumer ma vie :

Tant pis ! »

 

« J’ai pris de la mort avec sursis ».

 

« Avec la société d’aujourd’hui,

J’ai des rapports non consentis ».

 

« Ma vie parmi les hommes :

Syndrome de Stockholm ».

 

« Pas évident,

quand nos centres d’intérêt

Sont à la marge ».

 

« Mes utopies

Sur un bûcher

Sont accusées

De sorcellerie ».

 

« Depuis le temps que la lutte est finale… »

 

« Je me suis coupé de la société

Et la plaie ne s’est jamais refermée ».

 

Si vains les efforts pour « en être ».

 

« L’ego gonflé à bloc

Pour aller en soirée

Tenter de s’éclater ».

 

« Toujours à fond,

Mais en surface ».

 

« Merde, le fond de ma pensée est percé ! »

 

« Miroir, miroir, mon beau miroir,

Suis-je le plus rebelle ? »

 

« Suis-je négatif parce que j’ai refusé

d’être un cliché ? »

 

« Je reste à l’écart

Et il se creuse ».

 

Comme il le dit lui-même, Mix ô ma prose fait

« de la poésie

Par souci d’intégrité

Car c’est bien connu,

Elle ne se vend pas ».

 

« Pour être précis,

La formule exacte est :

Poète autotorturé ».

 

Mais le poète a pris l’option linguistique pour mettre à jour nos tics de langage.

 

« Ah des tics !

J’ai eu peur, j’avais compris

“d’éthique” ! »

 

« J’ai beau lécher les vitrines,

Aucune trace de cyprine ».

 

« Et pour une fois

Qu’il y a quelque chose de gratuit

c’est la méchanceté ».

 

« Ainsi les publicités pourraient être

Mensongères ? »

 

« Au lieu de la campagne

C’est la ville qu’on devrait battre ».

 

Il gratte le vernis qui recouvre nos mots pour nous faire entendre ce qui est vraiment dit :

 

« Même pour la lecture,

Ils nous ont foutu des grilles ».

 

« Même le respect

Il faut le forcer ».

 

« Avec tous ces profils,

On ne se regarde plus en face ».

 

« Quand on aime, on ne compte pas

Mais on se calcule ».

 

« Les décisions sont si lourdes

Qu’il nous faut un porte-parole ».

 

« Je ne connais pas le prix de la vie,

Mais il m’a tout l’air soldé ces temps-ci ».

 

« On a plus de compassion pour les batteries ;

Quand elles sont faibles, on les recharge ».

 

« Sinon pour la prise de conscience,

C’était le bon voltage ? »

 

« Ne dites pas que l’on va droit dans le mur ;

Faites comme tout le monde, dites futur ».

 

Il dévoile l’absurde dont nos cécités quotidiennes camouflent l’évidence.

 

« À part l’épargne,

Y’a quoi comme plan ? »

 

« Rien ne marche,

Tout fonctionne ».

 

« Même nos codes se barrent ».

 

« Le plus inquiétant

C’est que tout soit normal ».

 

« Tellement intégré

Que j’ai disparu ».

 

« Il y a un scénario à la base

Ou c’est improvisé ? »

 

« Putain les gens,

Merde, quoi !

Ça se voit !!! »

 

Tout est provisoire, même ce titre, est un petit shoot qui devrait être remboursé par la Sécu :

 

« Bien sûr que l’on a progressé ;

Au départ, il y avait un point

Et on a une ligne à l’arrivée ».

 

« Franchement, Dieu n’est pas si con

Aucune enquête de satisfaction ».

 

Petite mais efficace piqûre de rappel pour temps sombre : tant qu’il y a de l’humour,  il y a encore une chance pour qu’il y ait de la vie, de la vraie, vivante, impertinente qui se glisse en douce sous des plumes de poètes, là où elle sait qu’elle sera respectée, protégée.

 

Cathy Garcia

 

  • Vu : 470

Réseaux Sociaux

A propos de l'écrivain

Mix ô ma prose

 

Derrière Mix ô ma prose se cache Olivier Boyron, un Viennois d’origine qui a eu le privilège de grandir dans la « vallée de la mort ». Malgré un cadre apaisant et propice au recueillement, il peine à s’adapter au monde qui l’encercle. Pour lui, le chaos n’est déjà plus une théorie mais une réalité dont il dépassera la fiction au travers de nombreuses expériences : écriture, dessins, peintures, théâtre de rue… Mix ô ma prose, lui, naît en 2002 d’une rencontre avec le slam dont il devient un des pionniers en Rhône-Alpes avec La Section lyonnaise des Amasseurs de Mots et Les Polysémiques, association qu’il fonde à la même période. En 2006 il co-fonde La Tribut du Verbe, une compagnie de slam poésie qui propose toujours spectacles et performances. En 2016 Les Polysémiques rajoutent une branche éditions à leurs activités, il en devient le responsable d’éditions. Malgré tout, toujours mal à l’aise avec les conventions, il stoppera net sa déjà courte bio.

 

A propos du rédacteur

Cathy Garcia

 

Lire tous les articles de Cathy Garcia

 

Rédactrice

Domaines de prédilection : littérature française et étrangère (surtout latino-américaine & asiatique)

Genres : romans, poésie, romans noirs, nouvelles, jeunesse

Maisons d’édition les plus fréquentes : Métailié,  Actes Sud

 

Née en 1970 dans le Var.

Premier Prix de poésie à 18 ans. Premiers recueils publiés en 2001.

A Créé en 2003 la revue de poésie vive NOUVEAUX DÉLITS. http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com

Fin 2009, elle fonde l’association NOUVEAUX DÉLITS :

http://associationeditionsnouveauxdelits.hautetfort.com/

Plasticienne autodidacte, elle compose ce qu’elle appelle des gribouglyphes,  mélange de diverses techniques et de collages. Elle illustre plusieurs revues littéraires et des recueils d’autres auteurs. Travail présenté publiquement depuis fin 2008 et sur le net :

http://ledecompresseuratelierpictopoetiquedecathygarcia.hautetfort.com

Elle s’exprime aussi à travers la photo, pas en tant que photographe professionnelle, mais en tant que poète ayant troqué le crayon contre un appareil photo : http://imagesducausse.hautetfort.com/ Ce qui  a donné lieu à trois Livr’art visibles sur internet dans la collection Evazine :

http://evazine.com/livre_art.htm